Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Bilan EURO 2012 : Les confirmations

Bilan EURO 2012 : Les confirmations
A.K
  • On 2 juillet 2010

                         Les confirmations :

On les attendait au tournant, on les imaginait aller loin dans la compétition. Voici la sélection de nos confirmations de cet Euro 2012.

L’Allemagne

La Mannschaft, éternelle Mannschaft ! L’Allemagne est toujours au rendez-vous des grandes compétitions dit-on, et bien une fois n’est pas coutume cette année les Allemands ont aussi marqué cet Euro 2012 en se hissant jusqu’au dernier carré. C’est vrai, on pouvait imaginer les joueurs de Joachim Löw en finale et même vainqueur mais dans cette compétition internationale – sans doute la plus dure – elle a du affronter une Italie des grands soirs, sa bête noire. Mais le parcours de l’Allemagne reste exemplaire, ces derniers sont parvenus à assumer parfaitement leur place de favoris du groupe B et ont terminé 1er de ce groupe de la mort tant indécis. Vainqueurs du Portugal (1-0), des Pays-Bas (2-1) et du Danemark (2-1) ils ont été les seuls à terminer le groupe sur un 9pts sur 9 possibles. En quart de finale l’Allemagne s’est facilement défait de la Grèce, pourtant très accrocheuse et solide, pour finalement s’incliner en quarts face à l’Italie. L’Allemagne a donc tout gagner pour s’incliner une seule fois, la seule fois où il ne fallait pas perdre, mais le pays de Merkel a de beaux jours devant lui; possédant une équipe jeune, une exemplarité dans les comportements et une confiance propre à l’Allemagne, la Mannschaft peut préparer sereinement la Coupe du Monde 2014 au Brésil avec sa palette de jeunes perles (Reus, Götze, Kroos, Özil, Bender, Schürrle, Müller, Hummels, Boateng…) qui n’ont pas atteint – encore – les 24ans. Peu d’équipe si ce n’est aucune ne peut se targuer d’avoir mieux.

Le Portugal

Ils auraient pu être dans les surprises au vue des difficultés qu’ils ont eu à se qualifier pour cet édition 2012, mais après avoir vu l’historique dans les grandes compétitions des Portugais, leur place en demi-finale est loin d’être anodine. Le Portugal c’est une petite Allemagne; toujours présente dans les grandes compétitions, toujours bien placé mais jamais vainqueur. Cette année encore le Portugal voit sa folle course arrêtée contre l’Espagne en demi-finale (0-0). Les Portugais commencent d’abord l’Euro par une défaite contre les Allemands (0-1), on se souvient alors des difficultés que les hommes de Bento ont éprouvées en qualifications et l’on se dit qu’avec les Pays-Bas et le Danermark à jouer, cela sera sans doute très dur pour les Portugais. Il n’en fut rien, le Portugal s’est immédiatement repris de son revers contre les Allemands en s’imposant 3-2 face au Danemark et en écartant les Pays-Bas (2-1). Le Portugal est donc parvenu à se sortir du groupe de la mort, une première satisfaction. En quarts de finale, ils se défont de la République Tchèque non sans mal (1-0) et rêvent alors d’une victoire aux couleurs portugaises le 1er juillet. En demi-finale le Portugal s’arrête, les coéquipiers de Cristiano Ronaldo s’inclinent aux tirs au but après un match accroché contre l’Espagne (0-0). Le Portugal a encore frappé dans cet Euro, comme à l’habitude ils ont été bien placés, pas vainqueurs. Une confirmation donc qu’il sera intéressante d’observer au Brésil; il manque peu de chose à cette équipe pour passer dans le rang des « surprises »… Une victoire finale.

L’Espagne

Surprise, déception, confirmation, cette Espagne là est passée par tous les statuts au cours de cet Euro. Jugée décevante et ennuyeuse dans son jeu, ayant flirté quelques fois avec l’élimination (face au Portugal) ou à une position dangereuse (contre l’Italie ou la Croatie), l’Espagne par son expérience et sa soif de victoires a su faire taire les critiques en s’imposant après un marathon d’un mois 4-0 face à l’Italie. Un beau pied de nez aux critiques qui ne donnait pas cher de la peau des espagnols au point aujourd’hui pour certains, de considérer cette 3e victoire consécutive en compétition internationale comme une surprise. Il n’en est rien, les Espagnols sont toujours restés fidèles à leur marque de fabrication faite de passes courtes et de possession de balles pour parvenir – comme à chaque fois depuis 2008 maintenant – à gagner toutes les compétitions dans lesquelles elle est engagée. A l’instar de l’Allemagne, la Roja possède aussi des perles, des jeunes talents désireux de poursuivre l’état de grâce de leurs aînés, à se demander quand est-ce que la série folle de l’Espagne se terminera.

La fin de ce bilan, avec les surprises de cet Euro 2012

The following two tabs change content below.

A.K

Etudiant. Rédacteur sports & société.
Previous Story

There are no older stories.

Submit a Comment