Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Une histoire royale… dans la normalité

Une histoire royale… dans la normalité
Laure

Le mannequin italien et le petit homme hongrois filaient le parfait amour. Carlita admirée des femmes, Carlita désirée des hommes, Carlita muse du président.. Mais le siège de Napoléon laissa place à un autre personnage moins royal.

Les roucoulements des petits oiseaux ont rapidement laissé place aux à des potins desquels les pies bavardes se sont saisies. Fini le bling-bling, la présidence normale est arrivée. Tel un couple normal, « une crise » n’a pas tardé à surgir. Non, le couple n’a pas déjà annoncé la rupture. Mais la journaliste au nom imprononçable a rapidement mis son bien-aimé dans une position inconfortable sur le trône de président . Alors que celle-ci se montrait discrète et solidaire pendant les joutes électorales, elle a suscité la polémique lors de l’annonce sur son compte Twitter du soutien à l’opposant à l’ex-Royale. Piratage de compte Twitter ou querelle de dames ? La question n’a pas été résolue mais a laissé entrer les critiques et les moqueries.

Quid du rôle d’une femme de président ? « Tais-toi et souris ? » Non répliquent les féministes : « Pourquoi une femme de président ne pourrait-elle pas s’exprimer comme une autre ? ». « Ce rôle est plus compliqué à jouer que celui d’une femme normale», répliquent d’autres. Il faut alors nuancer entre la prise de position et la retenue dans le cas où l’enjeu politique est important ». Et le destin de la dynastie royale dans cette affaire ? On parle d’une traversée du désert avec un certain centriste en échec. Pourtant, dans la volonté de préserver sa lignée, celle-ci n’abandonnera pas. Son message est clair : la politique a besoin d’elle, elle a encore des valeurs à défendre. Tant pis si les Hollandais lui ont volé la gloire.

The following two tabs change content below.

Submit a Comment