Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

3 Comments

Les oubliés du monde « intellectuel »

Les oubliés du monde « intellectuel »
Arnaud

Ils sont nombreux ces enfants oubliés du Monde, ceux dont on ne parle jamais, ni à la télé, ni devant la machine à café. De Paris à Conakry, en passant par les favelas brésiliennes ou les cités abandonnées de la Russie de Poutine. Les exemples ne manquent pas de tous ces petits êtres humains qui, chez nous, n’intéressent pour ainsi dire personne. Ils peuvent mourir de faim ou de la malaria, ils peuvent être enfants-soldats, victimes de leurs aînés, ils peuvent naître alcooliques, grandir sur une immonde décharge, le Monde qui se prétend « civilisé » se fout de leur sort. Considérant sans doute inéluctable cette part de misère qu’il ne faut pas voir.

Les enfants nord-coréens jurent fidélité à Kim Jong-un – Photo Jon Chol Jin, AP

Qui s’intéresse, par exemple, à ces millions d’enfants nord-coréens contraints de subir un régime autoritaire dont la barbarie semble sans limites ? L’ONU, certes, sanctionne certains agissements, condamne parfois, dénonce les violations des obligations internationales de ce pays. Mais rien de concret n’est jamais mis en œuvre à l’encontre de cet état tortionnaire qui devrait être la cible numéro un de toutes les puissances qui possèdent, à l’évidence, des moyens considérables d’agir militairement. Dans ce cas précis, face à une telle folie, que faire d’autre que la guerre ?

  Cette faculté, propre à nos démocraties occidentales qui se targuent pourtant toutes de toujours défendre  les droits de l’Homme, qui consiste à être capable d’un tel désintérêt, devrait inquiéter, au moins interpeller quelques-uns de nos représentants démocratiquement élus par nos soins. Mais il n’en est évidemment rien. Pas de mandat pour ça nous diront-ils, pas les moyens non plus, ni le temps, ni l’envie finit-on par penser. Et comme eux, comme l’ONU, la majorité des citoyens déplore ce qu’ils peinent même à imaginer. Bien sûr qu’une telle tragédie ne devrait pas exister, mais nous n’en sommes pas responsables, c’est le Monde qui est ainsi fait, depuis la nuit des temps. Injuste et cruel.

  La réalité semble pourtant bien différente du discours officiel qu’on veut bien nous laisser entendre. Dénoncer un tel régime capable de tant d’atrocités à l’encontre de tout un peuple, ce n’est pas du misérabilisme, encore moins une façon pour ceux qu’ils l’écrivent de vouloir passer pour meilleur que les autres. Il s’agit seulement de constater une incontestable réalité qui montre d’un côté des innocents massacrés et, de l’autre, des puissances uniquement soucieuses de défendre des intérêts économiques jugés cruciaux. Cet oubli consenti ne s’explique pas par un manque de pouvoir ou de moyens mais bien par une absence assumée de volonté. Voilà ce que nous devrions apprendre à nos enfants gâtés.

BHL – AFP ERIC FEFERBERG

Malheureusement, une fois prononcées, ces belles paroles s’envoleront et nous retournerons tous à nos (pré)occupations du jour. Cela ne fera pas de nous des complices involontaires de la dictature nord-coréenne. S’il suffisait de dénoncer ici ce qui ressemble beaucoup, de notre part, à de la non-assistance à un peuple en danger pour enfin éveiller quelques consciences influentes, cela se saurait. Si les grands penseurs, dont la France se prétend riche, se décidaient enfin à sortir de leur affligeante torpeur, cela ferait longtemps que le sort de tous ceux qu’oppriment sans relâche des dirigeants dignes de Staline et d’Hitler réunis, occuperait dans nos têtes une place toute différente. Mais ce n’est plus, depuis belle lurette, leur souci premier. Promouvoir leur dernier ouvrage sur des plateaux de télévision prend du temps, tout leur temps. Dire que c’est regrettable est un doux euphémisme.

The following two tabs change content below.

Comments

  1. Bonjour à vous
    j’ai aimé votre article sur « Les oubliés du monde « intellectuel et je me pose bien la question de savoir si c’est à cause seulement des intellectuels que ces gens ne sont pas reconnus du public?!

    • Arnaud

      Bonjour Marcel,
      les intellectuels ne sont évidemment pas les uniques responsables mais compte tenu de leur statut, il me semble qu’ils portent plus que d’autres une part de responsabilité non négligeable. Le fait qu’ils ne se mobilisent que très rarement pour des causes qui en vaudraient pourtant la peine me parait très regrettable.

  2. Marion

    Bonjour,
    Peut-être que je me trompe, mais je ne pensais pas que le régime nord coréen était forcément beaucoup plus atroce que les enfants malades, morts de faim, soldats, prostitués, drogués… de partout dans le monde. Je suppose que si vous parlez de la Corée, c’est que vous avez des arguments valables, et je serais très heureuse de les connaitre.
    De plus, si ce régime est si barbare, comment faire pour intervenir ? On va faire la guerre ? Comme on envoie des soldats de partout pour de mauvaises raisons dans le monde entier ?
    Je suis désolée de vous embêter, sachant que je ne m’y connais pas plus que ça. Je veux tellement croire qu’on peut rendre le monde beau et gentil, seulement personne n’a de vraies solutions. Les gens sont enfermés dans leur petite vie, et ceux qui ont la possibilité d’agir ne le font pas. Ne le veulent pas. Et là je rejoins votre article sur les intellectuels :).

Submit a Comment