Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

[Opinion] L’armée n’a pas sa place dans la lutte contre la délinquance

[Opinion] L’armée n’a pas sa place dans la lutte contre la délinquance
Valentin

Jeudi 30 août, la sénatrice PS Samia Ghali, maire des 15e et 16e arrondissements de Marseille, déclarait publiquement que face au problème de la drogue, “il n’y a que l’armée qui puisse intervenir”. Dans le même temps, elle s’insurgeait du meurtre d’un Marseillais, abattu la veille d’une rafale de kalachnikov alors qu’il était arrêté à un feu rouge.

Pour Samia Ghali, la police est désormais impuissante pour lutter contre les trafics de drogue. Il faut donc selon elle avoir recours à l’armée pour stabiliser la situation.

Cette décision a été vivement critiquée, à droite comme à gauche. Ainsi, François Hollande a affirmé hier que “l’armée n’a pas sa place dans les quartiers”. Comme l’a rappelé Manuel Valls, il n’y a “pas d’ennemi intérieur”, à Marseille comme ailleurs.

De son côté, le syndicat Alliance Police Nationale, par la voix de David-Olivier Reverdy, est tout aussi critique : “Ce dont nous avons besoin, c’est de renforts conséquents, notamment au sein de services comme celui du renseignement criminel ou de l’investigation. Quant à l’armée, chacun son métier, elle n’a pas sa place dans nos quartiers”.

Mais ce qui motive la proposition de Samia Ghali, c’est le fait que les policiers ne sont pas suffisament armés “face aux engins de guerre” des délinquants. Ce n’est pas tout à fait exact : les policiers, en sus de leur arme de service, disposent de fusils à pompe et de pistolets mitrailleurs, utilisables en cas de besoin. De même, les unités spéciales de la police, telles que le RAID ou le GIPN, sont parfaitement compétentes face à ce genre de situations.

L’armée et la police sont deux forces de l’ordre différentes, avec des missions bien distinctes. S’il est possible de les faire coopérer pour des missions de haute importance, il faut veiller à ne pas tout mélanger. La police n’interfère pas dans le travail régulier des armées. Qu’il en soit de même dans l’autre sens.

The following two tabs change content below.

Submit a Comment