Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

One Comment

[Opinion] Lettre ouverte à Manuel Valls

Lettre ouverte à Manuel Valls
Thibault

Monsieur Valls,

Le 6 mai dernier, les Français, par plus de 18 millions de voix, ont décidé de mettre fin à une période fétide et nauséabonde que fut celle du sarkozysme. Sans doute n’ont-ils pas revendiqué une confiance aveugle en les idées de M. Hollande, mais de nombreux électeurs ont porté leurs espoirs en une politique de gauche, une vraie politique de gauche. Une politique qui va à l’encontre de celle menée pendant cinq ans ; cette politique intolérante, sectaire, haineuse et rebutante des Hortefeux, Besson, Guéant, Morano et autres.

Alors, Monsieur le ministre, il me semble primordial de ne pas confondre « fermeté » et « rigidité », « autorité » et « autoritarisme » comme l’a fait le gouvernement précédent. C’est pourquoi, il faut stopper les démantèlements de campements Roms tels qu’ils sont menés aujourd’hui.

Il est exact que ces populations vivent dans des conditions plus qu’insalubres, voire même terribles et inacceptables. De tels campements avec de telles conditions ne peuvent être tolérés sur le territoire de la République, des Droits de l’Homme et du siècle des Lumières. Mais actuellement, aucune solution n’est proposée à ces populations qui sont, malheureusement, livrées à elles-mêmes, victimes de discriminations, et stigmatisées par une grande partie de la société. La plupart des Roms sont reconduits à la frontière, puis renvoyés en Roumanie ou en Bulgarie, où ils subissent une marginalisation encore plus insupportable. Aucune solution de logement et de travail n’est proposée à ces familles une fois les camps démantelés, et les enfants se voient contraints d’interrompre leur scolarité.

L'expulsion des Roms

Photo : Reuters

Cette situation est encore plus inacceptable. Il est urgent d’agir pour les Roms, dans un souci d’intégration, d’égalité et de liberté. La réunion interministérielle présidée par le Premier ministre reste un pas en avant, mais un tout petit pas. Des mesures plus ambitieuses et plus réalistes sont attendues de la part d’un véritable gouvernement socialiste. Ne vous contentez pas de faire du sarkozysme de gauche, par pitié. La France ne doit plus être pointée du doigt par les instances européennes : les Français ne peuvent pas accepter une telle humiliation en terme de Droits de l’Homme.

François Hollande, le Premier ministre ainsi que tous les membres du gouvernement, et Manuel Valls en premier lieu, doivent démontrer que la France reste la patrie des Droits de l’Homme, qu’elle n’oublie pas ses devoirs en terme d’égalité, de liberté et de fraternité. Le gouvernement précédent les a bafoués et piétinés ; le nouveau gouvernement, porteur d’espoir, se doit d’honorer les principes de la République.

The following two tabs change content below.

Thibault

Comments

  1. Suzanne

    Bel article, dont je partage les analyses.
    Merci

Submit a Comment