Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

3 Comments

Découverte de l’Urbex, exploration urbaine

Découverte de l’Urbex, exploration urbaine
Hugo Travers

« Vous connaissez l’Urbex ? ». On peut poser cette question à des dizaines de passants dans la rue, ils seront très peu à connaître ce mot.  L’Urbex, ou exploration urbaine, est une activité clandestine qui est souvent illégale et donc du coup très peu médiatisée. Envoyé Spécial avait consacré l’année dernière un reportage à cette pratique, mais ça n’est pas allé plus loin. Et pourtant, l’Urbex attire chaque année des milliers de nouveaux adeptes dans le monde !

Manoirs, hôpitaux, mines, anciennes usines… Le monde regorge de lieux autrefois en activité, mais aujourd’hui abandonnés… ou presque. Ainsi, les explorateurs urbains s’y infiltrent, munis de tous les équipements nécessaires pour assurer leur sécurité. Dans ces vestiges du passé, il plane une atmosphère parfois inquiétante, mais toujours passionnante. Et c’est pour immortaliser ces instants mystérieux que les urbexeurs emportent toujours avec eux un appareil photo.

Ces explorateurs modernes ont une règle d’or : ne rien endommager. Ceci étant dit, des arrêtés préfectoraux interdisent souvent l’accès à ces lieux, et la médiatisation de la pratique est donc minime.

En voyant ces images, vous vous direz surement que vous voulez vous aussi devenir urbexeur. L’exploration de lieux abandonnés synonymes de tant d’histoire, la découverte de vestiges du passé en intéresse plus d’un, alors pourquoi si peu passent à l’acte ? La raison est simple : aucun urbexeur ne divulgue ouvertement la localisation des vestiges qu’il a visité afin qu’ils restent bien délaissés, et c’est du coup difficile de s’y mettre, faute d’avoir des spots à explorer.

La face cachée des villes nous est dévoilée, et nous ouvre les yeux au-delà des frontières qui nous sont imposées. C’est ce qui fait la magie de l’Urbex, avec ses photographies mystérieuses et inspirantes.

 

 

The following two tabs change content below.

Hugo Travers

Fondateur de Radio Londres, lycéen de 17 ans, curieux insatiable.

Comments

  1. « Envoyé Spécial avait consacré l’année dernière un reportage à cette pratique, mais ça n’est pas allé plus loin »

    Pas allé plus loin ? il ne se passe pas un mois sans qu’il y ait un reportage télé ou presse sur le sujet 😉

    • Hugo.T

      seth qui répond en personne, c’est un honneur ! 😉 Ecoutez, on ne peut pas dire que ce soit la pratique la plus médiatisée, enfin un français lambda qui ne cherche pas forcément d’articles sur l’Urbex en croisera rarement !

Submit a Comment

Cancel reply