Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Au Cateau-Cambrésis, les élus aussi se serrent la ceinture !

Au Cateau-Cambrésis, les élus aussi se serrent la ceinture !
Hugo Travers

Les élus du Cateau-Cambrésis, ville du Nord d’environ 7 200 habitants, ont voté mercredi
dernier la baisse de 10% de leurs indemnités. Une mesure « solidaire » à l’heure où tous
les Français souffrent un peu plus de la crise chaque jour.

Ceci n’est pas une blague. Le maire de la ville, Serge Siméon a justifié cette décision par le
fait « que l’Etat, depuis de nombreuses années, n’a plus les moyens de sa politique ». Cette
baisse des indemnités devrait permettre « entre 12 000 et 15 000€ d’économie » poursuit-il.
Seulement, l’initiative est bonne à condition que l’argent économisé soit utilisé à bon
escient.

Il est important de préciser que même si l’argent ne se voit pas investi dans des « projets
utiles », l’essentiel est de voir que ces élus que nous aimons tant détester prennent
conscience que les Français n’ont pas besoin de mots mais d’exemples. Cependant, ce beau
geste beaucoup trop rare à mon goût doit encore plus être souligné lorsque l’on sait ce à
quoi ces économies vont servir.

Le projet est de « refaire une politique de la famille et de solidarité un peu plus accrue
qu’elle ne l’est déjà » a confié Serge Siméon. Des mots, toujours des mots, mais pas ici. Car
en plus d’avoir décidé de baisser leurs indemnités, d’avoir établi une ligne de conduite pour
la réutilisation de cette argent, les élus ont aussi prouvé leur attachement à leur ville et leurs
administrés en proposant des solutions concrètes.

Des preuves ? Les voici : la municipalité envisage donc d’offrir un « cadeau de naissance » à
chaque nouveau-né, d’offrir une calculatrice scientifique aux élèves accédant à la sixième ou
encore d’offrir une bourse de 100 € aux élèves ayant pour ambition d’accéder à l’université.
Enfin, les licences sportives des jeunes (3-18 ans) se verraient en partie financées à hauteur
de 25 €.
Mais le maire, ses adjoints et conseillers municipaux, en plus de la jeunesse, ont aussi
pensé aux anciens, à la vieille génération qui a trimé toute sa vie pour s’offrir un petit
chez soi. Le conseil municipal du Cateau-Cambrésis a pris pour décision de donner un coup
de pouce supplémentaire au Centre communal d’action sociale (CCAS) en lui versant une
subvention de 50 000 €. Une aide bienvenue et qui devrait permettre le maintien à domicile
des personnes âgées.

Comme dit précédemment, ce geste est rare, trop rare pour ne pas être souligné.
Cependant, le cas du Cateau-Cambrésis n’est pas isolé puisqu’en avril 2012, les élus d’Epinac
(Saône-et-Loire) ont baissé leurs indemnités de 15 % et ceux de la commune de Barjols
(Var) de 30 % un mois plus tard. Daniel Nironi, maire de Barjols, et dont beaucoup devraient
s’inspirer, explique son choix ainsi que celui de ses conseillers. « On ne peut pas exiger
des services municipaux et des bénévoles de se serrer la ceinture sans nous-mêmes être

solidaires. Et montrer l’exemple… On ne fait pas cela pour avoir bonne conscience, on estime
juste que tout le monde doit faire des sacrifices ». Croisons les doigts…

The following two tabs change content below.

Hugo Travers

Fondateur de Radio Londres, lycéen de 17 ans, curieux insatiable.

Submit a Comment