Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Big Brother des parkings

Big Brother des parkings
Olivier Perou

En dessous de l’agitation du point central de la ville de Toulouse, la Place du Capitole, des hommes veillent au bon fonctionnement du parking souterrain. Ce sont les «rondeurs de la nuit». Ils tournent régulièrement autour des quatre niveaux du parc pour vérifier la sécurité, aider les gens saoules et ceux un peu perdus. Ils sont les yeux et les oreilles du parking de nuit.


 

 

Abdel a vingt-et-un ans. Il est intérimaire depuis deux ans dans ce parking. «J’adore mon job. Il faut savoir être réactif et observateur». Jean, basket et blouson noir ; l’algérien d’origine scrute les caméras de surveillance toutes les trente secondes. Le bureau de l’accueil est à la vue de tous avec les baies vitrées qui l’entourent. Un véritable aquarium. Abdel a pour seul compagnon un mannequin féminin en carton du nom de l’entreprise qui gère le parking. «Elle est plutôt mignonne» avoue-t-il. Une unique plante verte orne ce qui ressemble à une salle d’attente pour les clients. Le lieu parait bien moins vivant qu’au dessus, sur la place. «Quand j’ai commencé à travailler la nuit, je ne savais pas ce qu’il s’y passait. Vous demandez à n’importe quel passant de la Place du Capitole et ils ne s’imagineront pas la vie qu’il y a sous terre, dans un parking. Il y a toujours des gens, des voitures. Il y a de la vie ici» confie le rondeur. Derrière les bureaux, une douche, des toilettes et une cuisine équipée. Pour Abdel, c’est sa «deuxième maison». Il lui arrive souvent de faire des pauses. Alors il remonte à la surface. «Faut que je prenne l’air sinon on étouffe en dessous» admet-il tout en allumant une cigarette.  Il fera cinq «pauses clope» dans la nuit. Abdel doit savoir s’occuper. Il n’y a pas toujours quelque chose à faire et doit éviter de s’endormir: «Je prends l’air, je mange, je regarde un film sur mon ordinateur ou je regarde les jolies filles qui passent.»

 

Quand il a l’œil fixé sur les caméras, il fait la chasse à ceux qu’il appelle «les pisseurs». Beaucoup de gens sortent des bars de la Place du Capitole et descendent dans le parking pour se soulager à l’abri des regards. Ils n’échappent pourtant pas à la vigilance d’Abdel. «Quand je les attrapent, je leur donne le seau et la serpillère et ils nettoient. Ce n’est pas des toilettes publiques ici.» À deux heures du matin, le parking n’est pas beaucoup plus calme. La valse des gens sortant des bars commence. Les gens se rendent à l’accueil parce qu’ils ont «perdu leur ticket de stationnement» et ne peuvent pas sortir du parking. Le jeune gardien doit s’assurer qu’ils ne fraudent pas. Dix huit personnes viendront chercher un ticket de remplacement cette nuit là.

«R.A.S. dans le bordel»

 

La nuit, Abdel n’est pas tout le temps seul. À minuit un autre gardien vient lui rendre visite. Laurent a 45 ans. Il est chargé de faire des rondes dans les niveaux toutes les heures, jusqu’à quatre heures. «Observer et analyser, c’est mon métier», insiste-t-il. Ancien militaire parachutiste, pompier volontaire et gendarme réserviste, il travaille trois à quatre jours par semaine. Il doit veiller à la sécurité des usagers. Il vérifie tous les extincteurs et regarde s’il n’y a pas de personnes «un peu louches». Il n’a jamais eu de conflits directs avec les usagers. «Il faut savoir être diplomate» convient-il. Après avoir inspecté chaque niveau, il s’empare de son talkie-walkie : «Laurent à tour de contrôle. R.A.S dans le bordel.» La tour de contrôle, c’est le bureau d’Abdel. D’ici, il voit tout, il peut communiquer avec tous les points de paiement ou faire un appel général. «Les gens m’entendent sans me voir. Je peux les surveiller et les entendre. Je suis les yeux et les oreilles de ce parking», analyse fièrement le jeune. Aujourd’hui, le parking du Capitole est en travaux. Le parking accueillera bientôt des bornes de recharge pour voitures électriques. Pour Abdel, ces nouvelles installations l’obligeront à être plus vigilant: «Je vais devoir faire plus attention. J’espère avoir de nouvelles caméras.»

The following two tabs change content below.

Submit a Comment