Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Une semaine d’économie en trois graphiques. #7

Une semaine d’économie en trois graphiques. #7
Romain Faquet

Tous les week-ends, Romain Faquet revient sur l’actualité économique qui a marqué la semaine, avec trois graphiques décryptés.

 

 

  • L’attribution du prix Nobel d’économie à Jean Tirole relance le débat sur le contrat unique de travail. Si ce dernier aurait comme avantage de mettre fin au dualisme du marché du travail, sa mise en place s’accompagnerait de fait d’une baisse de la protection de l’emploi pour une partie des salariés. A ce stade, il faut garder en mémoire que les économistes n’ont jamais clairement démontré l’existence d’un lien de causalité solide entre le niveau de protection de l’emploi et le taux de chômage. A preuve la pente relativement faible de la régression linéaire représentée sur le graphique suivant.
Relation entre le taux de chômage et le niveau de protection de l'emploi dans 18 pays de l'OCDE. Source: Natixis

Relation entre le taux de chômage et le niveau de protection de l’emploi dans 18 pays de l’OCDE.
Source: Natixis

 

 

  • Une étude de l’agence de notation S&P balaye l’argument selon lequel un plan de relance mené par l’Allemagne pourrait augmenter la croissance en zone euro et aider significativement les pays périphériques. Argument récemment repris par Emmanuel Macron qui rêve d’un pacte franco-allemand échangeant 50 milliards d’économies contre 50 milliards d’investissements. S&P a simulé l’impact d’un choc de demande de 60 milliards d’euros sur l’économie allemande répartis en 2015 et 2016. Le PIB allemand augmenterait de 0,7 point tandis que son excédent courant baisserait de 2 points pour s’établir à 5,5% du PIB. Le PIB français comme les PIB espagnol et italien n’augmenteraient quant à eux que de 0,1 point avec seulement une dizaine de milliers d’emplois créés dans chacun de ses pays. Seul point positif, une telle relance ferait augmenter l’inflation en zone euro de 0,4 point, avec toutefois une crainte de surchauffe en Allemagne (i.e. une inflation supérieure à 2%). Du point de vue théorique, une stratégie économique bien plus efficace est connue de tous : investir directement dans les pays du sud de la zone euro avec de l’argent allemand.
Augmentation de la croissance suite à un choc de 1% du PIB en Allemagne sur deux ans. Source: Standard & Poor's

Augmentation de la croissance suite à un choc de 1% du PIB en Allemagne sur deux ans.
Source: Standard & Poor’s

 

 

  • Il y a 19 200 demandeurs d’emploi supplémentaires inscrits à Pôle emploi en catégorie A fin septembre 2014 par rapport à fin août 2014, soit une augmentation de 0,6% sur un mois et de 4,3% en glissement annuel. Comme l’indique le graphique ci-dessous, les entrées à Pôle Emploi résultent notamment de la fin des contrats précaires. Les chefs d’entreprise semblent ainsi très réservés sur une reprise même temporaire de l’activité dans les mois qui viennent en présence d’une demande agrégée atone.
Fins des contrats précaires et licenciements économiques entre 2007 et 2014. Source : Philippe Waechter

Fins des contrats précaires et licenciements économiques entre 2007 et 2014.
Source : Philippe Waechter

The following two tabs change content below.

Romain Faquet

Romain Faquet est étudiant en économie à ESCP Europe et à l'ENSAE.

Submit a Comment