Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

15 Comments

Charlie, Dieudonné et liberté : réponse aux cyniques

Charlie, Dieudonné et liberté : réponse aux cyniques
Marie Zafimehy

Reprenant le fameux slogan « Je Suis Charlie » en le détournant en « Je me sens Charlie Coulibaly », Dieudonné a encore fait parler de lui. Dimanche soir, les internautes ont pu constater en lisant le message qu’il avait posté sur sa page Facebook, qu’il soutenait l’action d’Ahmedy Coulibaly, le terroriste impliqué dans la prise d’otage de l’Hyper Casher situé Porte de Vincennes. Immédiatement des voix se sont élevées dénonçant l’hypocrisie générale autour de la liberté d’expression défendue dimanche dans la rue. Il faut alors le rappeler : comme toutes les autres libertés, la liberté d’expression est limitée.

 

Peut-être faut-il commencer par un léger rappel de droit constitutionnel. La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et, a fortiori, la Constitution est claire : « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui » (art.4). La liberté est donc par définition limitée. Quant à la précision concernant la liberté d’expression, elle n’est pas moins évidente (art. 11) : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi ». Or, « les cas déterminés par la Loi » sont entre autre l’apologie du terrorisme, et l’incitation à la haine et à la violence. Non, on ne peut pas s’exprimer absolument librement. Et heureusement.

 

 

Photographie du message posté par Dieudonné sur Facebook dimanche 11 janvier, relayé par son compte Twitter.

Photographie du message posté par Dieudonné sur Facebook dimanche 11 janvier, relayé par son compte Twitter.

 

 

ob_54265d_01-1165

Une du n°1165 de Charlie Hebdo publié le 15 octobre 2014. « Le Pen, Zemmour : non au regroupement familial ».

Quand Dieudonné poste sur son compte Facebook « Je me sens Charlie Coulibaly », ce n’est pas être hypocrite que de penser à sanctionner ses propos. Même après avoir marché dimanche 11 janvier. Le condamner ne serait pas une atteinte à la liberté d’expression mais précisément un moyen de dénoncer ce qui la pervertit : la haine et l’intolérance sous toutes leurs formes. Oui, Dieudonné a le droit de ne pas soutenir Charlie Hebdo. Oui, Dieudonné a le droit s’exprimer à ce sujet. Oui, il peut le faire sur les réseaux sociaux. Mais non, il ne peut pas sous couvert de la liberté d’expression se prévaloir d’un terroriste dont les actes ont engendré la morts de cinq personnes. Non, il ne peut pas se prévaloir de cet homme qui a tué au nom d’une idéologie unanimement condamnée. Non, il ne serait pas normal qu’on le laisse insulter en paix les mémoires des victimes, le deuil de leurs familles et les valeurs de la démocratie républicaine.

Non, la liberté d’expression de Charlie Hebdo n’est pas la même que celle de Dieudonné. Quand le premier caricaturait et se moquait allègrement de toutes les religions, le dernier ne fait que stigmatiser et insulter une seule d’entre elle, le judaïsme. L’accusation de délit de blasphème de Charlie Hebdo par certains, ne tient d’ailleurs pas : en France, pays laïc, pareil délit n’existe pas. Au contraire, il est possible – et aisément – d’accuser Dieudonné d’antisémitisme, d’incitation à la haine, et même – oui – d’apologie du terrorisme. De la même manière l’éviction d’i-Télé du polémiste Éric Zemmour n’est pas le résultat d’un deux poids deux mesures dénoncé à tort et à travers sans réelle réflexion. Même si Zemmour est plus subtil que Dieudonné, il n’en reste pas moins que ses écrits sont xénophobes et prônent des théories dépassées et unanimement réfutées.  Car Éric Zemmour, comme Dieudonné, incarnent précisément ce que Charlie combattait : l’intolérance et le racisme.

 

 

Une du numéro de Charlie Hebdo publié le 31 Décembre 2013. Dessin de Charb : "Bonne année, bonne quenelle !"

Une du numéro de Charlie Hebdo publié le 31 Décembre 2013. Dessin de Charb : « Bonne année, bonne quenelle ! »

J’entends d’ici les « C’est un provocateur », « On lui fait de la pub », « C’était de l’ironie ». Non, non et non. C’est justement parce que Dieudonné a un passif tristement célèbre, qu’il jouit d’une influence non négligeable et qu’il croit faire de l’humour qu’il faut à tous prix dénoncer ses « dérapages ». On ne peut pas le laisser clamer qu’il soutient un terroriste (que ce soit ses idées ou ses pratiques) sous prétexte qu’on ne fait que lui faciliter la tâche en pointant du doigt l’irresponsabilité et l’inconscience de ses propos. Au même titre, que les internautes qui ont été emprisonnés pour apologie du terrorisme ce lundi, Dieudonné doit être conduit devant la justice. À elle de décider des suites à donner au dossier, et s’il y a lieu selon elle, de sanctionner.

Ne vous offusquez donc pas de l’enquête judiciaire qui a été ouverte à son encontre, ce serait uniquement vous porter garant d’une liberté d’expression naïve et déraisonnée. Dieudonné devant la justice n’est que la concrétisation de la volonté du vivre-ensemble, du respect de l’autre et de la tolérance qui nous anim(ai)ent. Car si la liberté d’expression était absolue, jamais ne serait arrivé ce qui s’est passé dimanche 11 janvier 2015 dans les rues.

 

The following two tabs change content below.

Marie Zafimehy

Responsable de la rubrique internationale. Étudiante à Sciences Po Paris, en échange à Uppsala, en Suède.

Comments

  1. Guest

    Toi tu veux ta place ai choix marie… Dieudonné se moque des extrémistes surtout des sionistes et non du judaïsme pffff critiqué un artiste sais même le connaître ou ne serait-ce voir un de ces nombreux spectacles. Pauvre marie soumis aux lobby

    • Marie Zafimehy

      Je ne suis pas sûre d’avoir compris la première phrase. Pour le reste, si être soumise aux lobbies veut dire ne pas être antisémite ou raciste alors : oui je sui totaleman soumiz aux lobby.

  2. MarcN

    Le délit de blasphème existe bien en France, sauf si on a rendu l’Alsace-Moselle à l’Allemagne récemment.

    • Marie Zafimehy

      Le droit Alsacien est un droit local particulier. Il est l’exception, pas la règle.

      • MarcN

        Et donc ? Voilà le genre de pensée qui fait que le blasphème reste un délit en France. La question de l’exception n’est pas pertinente. Pourquoi vous ne battez-vous pas contre ce droit d’exception ?

        • Marie Zafimehy

          Parce que la laïcité est un principe constitutionnel à la base de notre République. Et si l’Alsace-Moselle possède cette particularité c’est le fruit de sa propre histoire.

          • MarcN

            Si l’esclavage était l’héritage historique de ces départements, vous trouverez normal ? Vous êtes intelligente : je vous invite à réflechir plutôt que de répéter les âneries dont ont gave les Français depuis leur plus jeune âge. Si la laïcité est une bonne chose, si c’est une valeur fondamentale de la République, elle doit s’appliquer partout. Si le statut de ces trois département est légitime, autant qu’il s’applique à toute la France. Au lieu d’accepter ce statut intolérable, il faut lutter pour y mettre fin.

            Et en attendant, arrêter l’hypocrisie et le mensonge de prétendre que la France est laïque. Ou rendre ces trois départements à l’Allemagne pour mettre les faits en cohérence avec les dires.

          • Marie Zafimehy

            Je n’ai jamais dit que j’étais en faveur de cette exception.

          • MarcN

            Mais si, puisque vous niez qu’elle existe ! Mais assez.

          • Marie Zafimehy

            L’exception existe c’est évident. Pour autant, si je la comprends, je ne la cautionne pas forcément.

          • MarcN

            Mais si vous le cautionnez ! Vous dites que le délit de blasphème n’existe pas en France. En se faisant, vous faites comme si vous pouvez ignorer, et que vos lecteurs, devez ignorer, cette exception inique. Je vous demande juste d’arrêter de répéter le mensonge que le délit de blasphème n’existe pas en France. Ce n’est pas beaucoup demander, non ? Sauf si vous voulez sciemment cacher cette exception inique.

            Au lieu de passer votre temps à vous justifier, vous aurez pu corriger votre texte. Je vois quelles sont vos priorités.

          • Marie Zafimehy

            J’ai compris où vous vouliez en venir mais je ne pense pas que l’ajout d’une simple parenthèse à la phrase change grand chose au fond de l’article, car là n’est pas l’essentiel du sujet. Je tâcherai de faire preuve de plus de rigueur à l’avenir pour votre plus grand plaisir et vous éviter l’écriture de commentaires de 10 lignes 🙂

  3. XV Gro

    La journaliste se trompe d’argumentaire en disant que « Charlie Hebdo caricaturait … toutes les religions, alors que Dieudonné ne fait que stigmatiser le judaïsme. »
    En réalité, Dieudonné ne « stigmatise » pas le judaïsme, ce n’est pas la religion qui est visée (une religion, c’est-à-dire, une idée, quelque chose d’immatériel qui n’a pas de système nerveux et ne peut pas souffrir) mais bel et bien le « juif » en tant qu’un individu, une personne humaine en chair et en os qui est susceptible d’en souffrir physiquement.

  4. Skyzer

    Le problème de nombre de détracteurs de Dieudonné est qu’ils ont une connaissance partielle et erronée de sa pensée.
    Si l’on a regardé l’ensemble de ses spectacles, suivis son évolution et visionné ses quelques chroniques numériques, l’on peut s’ampercevoir que le personnage est plus complexe qu’il n’y parait.
    Crier à l’antissemistisme est excessif. L’humoriste s’attaque à diverses religions, ri des arabes, des noirs, des asiatiques ou des américains..
    Il vrai que, certaines phrases peuvent éventuellement sembler « limites », mais remises dans une perspective plus large, celle du spectacle entier, elles ne sont pas plus choquantes.

    Dieudonné est intelligent, il sait ce qu’il fait. En déclarant se sentir « Charlie Coulibaly » il se doutait bien de l’effet que cela allait produire. Il n’a volontairement donné l’explication de cette phrase qu’une fois qu’elle a été reprise par beaucoup de médias.
    Il joue sur l’ambiguité et la provocation, tous le savent, ce n’est là rien de très original.
    Mais, sincèrement, y voir de « l’apologie du terrorisme », c’est déformé, exagéré et extrapolé son propos, c’est y lire ce que l’on veut bien y lire.
    Le gouvernement, comme beaucoup d’autres, ont mal digéré l’autorisation du spectacle de Dieudonné, alors qu’ils s’étaient battus contre. Ils voient ici l’occasion de prendre une revanche, et d’en découdre avec un provocateur, aux blagues douteuses, qui n’hésite pas à ouvrir sa bouche et à crier quelques vérités parfois dures à entendre.

  5. une phrase un pseudo

    Mais justement Charlie Hebdo n’a-t-elle pas elle aussi de l’apologie du terrorisme?

    « Non, la liberté d’expression de Charlie Hebdo n’est pas la même que celle de Dieudonné.
    Quand le premier caricaturait et se moquait allègrement de toutes les
    religions, le dernier ne fait que stigmatiser et insulter une seule
    d’entre elle, le judaïsme »

    Cet
    argument est hypocrite, en gros l’antisémitisme est légal que si on
    exprimes des propos racistes à l’encontre des musulmans ou des chrétiens
    à coté?

    Honnêtement je suis pour la Condamnation de Dieudonnée
    et de Charlie Hebdo, les deux ne sont que des provocateurs immatures qui
    font leur argent en jetant de l’huile sur le feu sur les différents
    fractures de notre société, sans aucun propos intelligible sous couvert
    d’ironie

    Dédouaner Charlie Hebdo parce qu’ils ont fait des
    couverture anti-fn c’est comme pardonner à Dieudonnée son antisémitisme
    parce qu’il soutient la Palestine.

Submit a Comment

Cancel reply