Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

2 Comments

Financement des médias en ligne : et si le micro-paiement était la solution ?

Financement des médias en ligne : et si le micro-paiement était la solution ?
Hugo Travers

Peu répandu jusqu’ici, le micro-paiement pourrait débarquer dans les années à venir grâce aux Bitcoins. Au secours des médias en ligne en quête de financements alternatifs ?

 
 

Le Monde, Libération, Le Figaro… La majorité des grands médias ont décidé de se lancer à la conquête du web avec une stratégie simple : la diffusion d’un contenu gratuit, financé par la publicité affichée sur leur site internet, couplée à une version premium qui permet l’accès à du contenu exclusif.

 
Or, la pression des annonceurs sur le prix des espaces publicitaires menace le modèle. Conséquence directe : pour survivre, il faut attirer le plus de monde possible. Le succès de BuzzFeed, ou Démotivateur en France, est dû à une stratégie éditoriale axée sur cette recherche du clic. Mais la course au clic (on parle souvent de clickbait) mène aussi à un appauvrissement du contenu au sein de rédactions qui n’avaient jusque-là pas cette ambition. En outre, l’impératif économique vient déstabiliser la ligne éditoriale de certains médias.
 

Alors, quelles solutions pour un média qui ne voudrait pas sombrer dans le clickbait ? Le New York Times a innové, avec un paywall qui fonctionne relativement bien, comme en témoigne ce dossier de l’INA. Le cap du million d’abonnés numériques devrait d’ailleurs bientôt être atteint. Malheureusement, de tels succès sont rares : habitués à un contenu gratuit, peu sont les internautes qui souhaitent s’engager à payer pour s’informer, d’autant plus que les abonnements sont souvent chers.

 

Et si le micro-paiement était la solution ? Il y a encore quelques années, l’achat de contenus à un prix très faible était impossible : les coûts de transaction étaient beaucoup trop élevés pour que le système fonctionne. Aujourd’hui, ce n’est plus vraiment le cas.

 

Le Bitcoin pour sauver les médias ?

 
Le Bitcoin, l’e-devise qui fait beaucoup parler d’elle, pourrait s’avérer être d’une grande aide pour les médias. Son fonctionnement permet la mise en place de micro-paiements. Quelle utilité pour les créateurs de contenu ? Tout simplement la possibilité pour les internautes d’acheter des articles, à l’unité, pour quelques centimes.

 

Et c’est là qu’entre en scène Bitwall. La startup souhaite donner une alternative aux médias en ligne, en développant justement ce système de micro-paiement. Elément intéressant, grâce aux outils utilisés par la startup le paiement n’a pas besoin d’être fait en Bitcoins, et le dollar peut être utilisé.

 

Concrètement, en cliquant sur un article, l’internaute se retrouverait face à une bannière indiquant le prix du contenu, fixé par le média (à partir d’un centime). D’autres solutions d’accès à l’article peuvent aussi être proposés par le média : Bitwall a ainsi intégré une possibilité d’accès au contenu en échange d’un tweet, ou encore du visionnage d’une publicité.

 

Est-il encore trop tôt pour intégrer le Bitcoin au financement des médias ? L’e-devise est jeune, encore relativement instable, mais elle pourrait mûrir dans les années à venir. Récemment, un certain nombre d’entreprises comme Rakuten ont annoncé vouloir l’intégrer comme solution de paiement. Alors, pourquoi pas les médias ? Aux Pays-Bas, la startup Blendle développe un « iTunes de l’info », avec l’achat d’articles à l’unité. Probablement une source d’inspiration pour Bitwall, qui souhaite généraliser un tel fonctionnement avec l’utilisation des Bitcoins. 

The following two tabs change content below.

Hugo Travers

Fondateur de Radio Londres, lycéen de 17 ans, curieux insatiable.

Comments

  1. Rafaël A.

    Ma parole, Hugo serait-il devenu libéral ? :O

    • Julien Lali

      Social Libéral à la rigueur.

Submit a Comment