Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

La France, patrie du rugby ?

La France, patrie du rugby ?
mm

La France est candidate à la réception de la Coupe du Monde en 2023. J’aurai 26 ans, Dusautoir 42, Herrero 75. Ah oui, c’est loin, très loin, et 2007 c’était hier. L’engouement suscité par cet événement est toujours présent dans les esprits et les discours des rugbyphiles. Annonce tombée à pique après celle concernant les Jeux Olympiques de 2024, où Paris est candidate. Face à la France, les Etats-Unis, l’Irlande, l’Afrique du Sud et l’Italie ont déjà posé leur candidature. Mais quelles sont les chances de la France ?


 

Est-on à même de supporter 2 candidatures pour 2 événements sportifs mondiaux majeurs ?

 

La France n’a encore jamais joué sur 2 tableaux comme l’avait fait Londres avec les JO 2012 et la Coupe du monde 2015 de rugby, où, à seulement 3 ans d’écart, le monde du sport anglais a donc dû se reposer. Tout comme Rio, terre d’accueil de la Coupe du Monde de foot en 2014 et des JO en 2016, est-il possible pour Paris et la France de proposer deux candidatures fortes et abouties ? Il apparaît que 16 ans après la dernière Coupe du monde de rugby en France et 10 ans après l’échec de la candidature pour les JO 2012, ces 2 nouvelles candidatures semblent aujourd’hui se supporter.

 

Le rayonnement de la France dans le rugby est-il pénalisé par le manque de résultats du XV de France depuis 4 ans ?

 

Avouez que si l’on remporte la coupe du monde 2015 (oui j’y crois encore !) cela aiderait grandement la candidature. Mais le respect international pour les Français en matière de rugby est intact et l’on se doit de le saluer, car après tant de déroutes, nous aurions pu perdre le respect de l’adversaire – celui-ci étant primordial dans le rugby, nous voilà saufs. Les joueurs français restent une pointure et bien souvent des modèles à l’image de Blanco, Benazzi, Pelous ou encore Dusautoir, élu meilleur joueur du monde en 2011. Mais il y a aussi le rayonnement des joueurs internationaux évoluant en France. Nos clubs restent parmi les meilleurs mondiaux, le Stade Toulousain, en tête au palmarès européen, et Toulon, considéré comme le dernier lieu de passage des meilleurs joueurs internationaux, Ma’a Nonu, Ali Williams, Wilkinson ou Habana pourraient en témoigner.

 

Les autres candidatures sont-elles préjudiciables à la France ?

 

Les États-Unis, l’Irlande et l’Italie n’ont jamais accueilli la Coupe du monde, seule l’Afrique du Sud fut hôte de l’événement en 1995 et vainqueur par la même occasion. Si l’on observe les faits, les États-Unis seraient une surprise ; 16ème au classement mondial, le rugby n’est pas vraiment implanté dans la culture américaine, bien plus tournée vers le football américain et le basket – mais les infrastructures plaident en la faveur des américains. L’Irlande est l’une des candidates les plus redoutables. Malgré un déficit économique record qui pourrait refroidir un possible engouement pour leur candidature, le pays, 3ème au classement IRB (International Rugby Board), peut s’appuyer sur de grandes figures du rugby irlandais, Bryan O’driscoll en tête. L’Italie ne cesse d’accroître son influence dans le rugby international, et même si la nation reste la 15ème mondiale, le rayonnement de ses joueurs à l’international (Parisse, Castrogiovanni, les frères Bergamasco) lui permettent notamment d’apparaître comme une candidate plus que probable à l’organisation de la Coupe du monde.

 

La France est-elle prête ?

 

Pierre Camou, président de la Fédération Française de Rugby, parie sur le Grand Stade qu’il prépare et compte lancer dès 2015. Le Stade, accueillant 82 000 personnes avec un toit rétractable, une pelouse amovible et situé à Ris-Orangis, est l’atout majeur de la candidature française. Le Figaro rappelle cependant que le coût de l’organisation par le Japon de la Coupe du Monde 2019 est estimé à 122 millions par la fédération japonaise de rugby – un montant considérable, qui pourrait faire pâlir la candidature française.

Évidemment, pour les Français, une coupe du monde de rugby à domicile est un rêve, mais a-t-on les moyens de le réaliser ?

The following two tabs change content below.
mm

Anouk Espiasse-Cabau

Anouk, 18 ans, étudiante en journalisme qui a vite découvert que, le sport, il n'y a pas besoin de le pratiquer pour être passionnée...
mm

Derniers articles parAnouk Espiasse-Cabau (voir tous)

Submit a Comment