Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Une Liga sans Barça ?

Une Liga sans Barça ?
mm

Les dernières élections législatives espagnoles de septembre 2015 – lors desquelles les partis prônant l’indépendance catalane ont frôlé la majorité (avec 47,8% des voix) – ont mis en évidence un débat national auquel va être confronté la péninsule ibérique ces prochains mois. Les indépendantistes se rapprochent de plus en plus de leur objectif, ce qui fait trembler certaines institutions. Hormis la dépendance économique dans certains domaines à l’Espagne, c’est un autre problème que pose cette décision, cette fois ci au niveau sportif.


 

Selon le règlement de chaque ligue de football, il est possible de faire entrer dans chaque championnat une seule équipe de nationalité différente de celle de ce même championnat. C’est notamment le cas en Premier League avec Swansea, club gallois et en Liga avec les clubs de la principauté d’Andorre comme par exemple le Futbol Club Andorra, évoluant en 5ème division (bien que l’Andorre ait son propre championnat avec… 6 journées au total). La place de club étranger étant ainsi déjà prise pour jouer la Liga, le Barça, si l’indépendance venait à son terme, se retrouverait exclu du championnat. Oui, vous avez bien lu, EXCLU. Plutôt que de vous laisser imaginer les conséquences et dégâts que cela aurait sur le championnat, nous avons décidé de nous en charger pour vous.

 

Des conséquences financières conséquentes

 

Une chose qui rapporte de coquettes sommes aux championnats par l’intermédiaire des clubs : les droits TV, dans lesquels chaque ligue touche une certaine somme, plus ou moins importante selon le club concerné. Sauf que là, ce n’est pas n’importe laquelle dont la Liga devrait se passer puisque le FC Barcelone touche environ 140 millions d’euros pour la saison 2015-2016, soit le club recevant le plus d’argent par les droits TV en Europe et donc logiquement, au monde. Sans oublier que le secrétaire d’Etat espagnol aux Sports Miguel Cardenal a précisé que la perte d’un club de cette ampleur entraînerait une baisse sans précédent de la somme de droits TV attribués à la Liga. Un coup dur pour le portefeuille du championnat, en effet.

Une autre chose dont la Liga va devoir se passer si le club blaugrana vient à s’en séparer serait les revenus liés à la vente de billets. Même si c’est le club qui en touche la plus grosse part, la ligue est tout de même concernée. Et, là aussi, il s’agirait d’une perte assez importante car le Barça connait une des plus fortes affluences d’Europe (79 186 spectateurs en moyenne par match en 2011-2012) – dont la vente de billets, en juin 2012, représentait près de 110 millions d’euros. Là aussi, ce serait une source non négligeable pour le championnat.

S’il n’en rapporte pas à la Liga, c’est à la ville que le plus grand vendeur de maillots au monde fait profit. Il rapporterait 759 millions à Barcelone et donc au pays, serait la source de 15000 emplois et rapporterait environ 6% des touristes de la capitale de la Catalogne, les fans à venir spécialement pour le club étant nombreux. Ici, c’est le pays qui en souffrirait et non pas la Liga car non concernée par ces chiffres. C’est dire l’influence économique du club sur la région.

 

Une perte de prestige considérable

 

Le club catalan est des clubs les plus emblématiques du championnat, une de ses plus grandes institutions, si ce n’est pas même la plus grande. En cas d’exclusion du club, la Ligue se retrouverait avec une perte de prestige importante.

Tout d’abord, au niveau européen, car il n’y aurait plus qu’un grand favori pour le titre, à savoir le Real. Et l’Espagne serait moins bien représentée dans le dernier carré car les prochains clubs qui seraient qualifiés à la place des blaugranas pour la coupe aux grandes oreilles auraient ainsi un niveau inférieur au leur (Séville ou de Valence, loin d’être favoris face aux grandes écuries européennes).

La Liga BBVA (qui s’appellera bientôt la Liga Mazda, en raison d’un changement de sponsor en 2016) perdrait aussi de la grandeur et de la valeur au niveau national : un schéma d’un club prépondérant, le Real, titillé par de plus petites écuries comme c’est actuellement le cas en France avec le PSG ou en Italie avec la Juve (ce qui tend à se modifier avec la Roma, certes), se dessinerait alors. Cette compétition permanente entre le Real et le Barça – l’attrait principal du championnat et son identité – disparaîtrait donc. C’est une véritable perte d’intérêt que causerait le départ du Barça avec la suppression de ce qui constitue l’élément clé du championnat, celui qui fait toute sa grandeur et que tout le monde attend en commençant la saison : le fameux Clasico. Au delà de la perte financière de par le nombre faramineux de 500 millions de téléspectateurs en 2015, c’est l’identité, l’histoire du championnat et son image de marque qui est en jeu. Une Liga sans Clasico ne serait pas une Liga et comme le dit José María Gay de Liébana, un économiste espagnol spécialiste du football, « La Liga sans le Barça et le Barça sans la Liga n’ont aucune raison d’exister ». Cela constituerait un véritable manque pour la planète foot.

Cette perte d’identité se ferait aussi par la perte du club qui a laissé son empreinte en gagnant plus d’un tiers des championnats d’Espagne disputés à ce jour et dont l’actuel meilleur buteur (à savoir Lionel Messi avec 286 réalisations) fait partie.

 

Pour quels grands rendez-vous sans le Barça ?

 

Si le club venait à partir du championnat, à quels « grands matchs » aurait-on droit ? Il semblerait que le premier concurrent direct au Real Madrid serait l’Atlético, en force ces dernières années avec notamment un titre de champion national et une finale de Champions League en 2014, et dont l’effectif tend à se renforcer pour aller chercher de meilleures places au classement. Le point phare d’une Liga sans blaugranas serait donc un derby madrilène. Cela aurait pour autre conséquence d’augmenter l’importance de certaines équipes de « second plan », face aux monstres madrilènes et barcelonais et qui, pour l’instant, peinent à décrocher une qualification pour la Ligue des Champions comme par exemple Valence, Séville ou encore Villareal. On verrait alors le prix des billets d’un Real-Valence augmenter, de par la hausse du prestige et de l’importance du match pour les premières places du championnat.

 

Quel sort pour le Barça ?

 

Il va de soi qu’en cas d’exclusion de la ligue ibérique, il est totalement inconcevable de stopper l’activité footballistique du Barça. Il conviendrait ainsi de lui trouver un autre championnat dans lequel elle pourrait évoluer.

Le cas le plus probable serait la Ligue 1, de par sa proximité géographique, que certains dirigeants du club auraient envisagée et sur laquelle ils se seraient informés en octobre 2014, selon le Mundo Deportivo. Cela redonnerait certes du piment et du suspense à un championnat qui en manque quelque peu depuis l’arrivée des qataris au PSG, qui ne laissent plus planer le doute sur le prochain vainqueur de Ligue 1 chaque saison.

Il serait effectivement possible, théoriquement, d’en arriver là car Monaco, qui appartient à un Etat souverain, évolue dans le championnat depuis sa création. Or, le règlement de la FFF prend en compte tous les clubs présents sur le territoire national, ce qui est ici le cas pour l’équipe monégasque. Il n’y a donc pas d’équipe étrangère qui évolue en Ligue 1 comme l’Andorre en Liga. C’est donc un cas particulier, qui n’exclurait pas l’intégration d’un club étranger, sous réserve cependant d’une dérogation par l’UEFA ou la FIFA. Celle-ci reste pourtant très compliquée à obtenir comme l’a démontré Evian Thonon Gaillard, qui a vu refusée sa demande de jouer ses matchs de Ligue 1 à Genève par l’instance européenne en 2010.

En cas d’indépendance, certaines voix laissent entendre que le rôle de Manuel Valls, 1er ministre né à Barcelone et supporter des rouges et bleus, aurait un rôle déterminant dans l’intégration du club dans le championnat français. Il reste pour l’instant silencieux au sujet de cette même indépendance.

Les dirigeants du club barcelonais ne sont pas cependant émoustillés à l’idée d’évoluer dans le championnat français, tout comme la plupart des entraineurs français qui verraient leurs chances de qualification à la Champions League réduites. De plus, le système fiscal de la Ligue 1 étant beaucoup plus strict qu’en Espagne, il se retrouverait en position contradictoire avec l’intégration d’un club aux 335 millions d’euros de redevances.

De plus, l’intégrer dans le championnat représenterait un problème : faudrait-il éviter la montée d’une équipe en L1 ? Faudrait-il reléguer un club pour que le Barça puisse évoluer directement en 1ère division ou faudrait-il que l’institution espagnole commence dans un niveau inférieur (national ou Ligue 2 par exemple, ce qui donnerait, plausiblement, des Barça-Bourg-en-Bresse) ? Ces questions traduisent des débats auxquels il est difficile de répondre.

Une autre solution alternative assez probable est la création d’un autre championnat regroupant les clubs portugais et ceux espagnols ne faisant plus partie de la Liga suite à l’indépendance. Le problème pour le Barça est qu’en jouant la majeure partie de son temps contre des équipes portugaises au niveau plus bas que celles espagnoles, le club risquerait de voir son niveau baisser, n’étant plus habitué à jouer de grandes équipes.

Il y a quand même cette volonté d’indépendance dans le milieu footballistique avec notamment la Coupe et Supercoupe de Catalogne qui n’intègrent que les clubs régionaux, héritage de la ligue de Catalogne terminée en 1930. La création d’une ligue catalane de nos jours réduirait cependant trop fortement les revenus notamment en matière de droits TV, l’hypothèse est donc inenvisageable pour les dirigeants du Barça.

 

Cela va-t-il vraiment se réaliser avec de tels enjeux ?

 

Malgré tout, au vu l’importance du Barça pour le championnat, il serait peu probable d’en arriver à une telle décision.

Selon Juan Tarbes, président de la Ligue espagnole, il faudrait « modifier » la loi avec notamment « un vote au parlement », ce qui reste pour l’instant la seule solution envisageable si la Liga veut garder le club dans son classement.

Cependant, la loi est irréversible et si le vote ne venait pas à son terme au sein du Parlement espagnol, le club catalan pourrait dire définitivement au revoir au championnat ibérique, les législateurs ne prenant en compte seulement la législation et non tous les intérêts économiques et culturels qui vont avec.

 

Le FC Barcelone, pas le seul concerné par l’indépendance

 

Il faut aussi et surtout rappeler que cette règle d’un seul club étranger autorisé dans un championnat implique aussi l’exclusion du Gimnastic Tarragone évoluant en 2ème division et surtout de l’Espanyol Barcelone, rival local des blaugranas. On assisterait donc à la suppression de 2 clubs dans la 1ère division. D’autre part, cela ne s’applique pas seulement dans le domaine du football mais dans tous les autres sports, ou les clubs catalans sont aussi menacés comme pour le handball, le basket ou encore le futsal, des activités où le club barcelonais est également une institution majeure (avec un quadruplé pour le club de hand en 2014-2015 et une deuxième place l’année dernière pour le club de basket au classement national).

 

Il existe ainsi plus d’alternatives qu’on ne le croit à cette indépendance. La question essentielle est la suivante : aura-t-on seulement à les mettre en place ? Réponse le 9 novembre, pour une consultation de la population catalane sur sa volonté d’indépendance.

The following two tabs change content below.
mm

Mathieu Hennequin

Etudiant en L3 Sciences-Politiques et en journalisme, en échange à Beyrouth. Passionné de Moyen Orient, de géopolitique et de raclette.

Submit a Comment