Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Un vendredi soir

Un vendredi soir
Laurie Humbert

POÈME – Parce qu’on a tous vu les images, lu les faits, imaginé ou vécu l’horreur. La poésie pour remède, la poésie pour souvenir. C’était « Un vendredi soir ».


 

Un vendredi soir, début de fin de semaine,
Amorce bohème d’une soirée parisienne.
Dans une soudaine pluie de plomb diluvienne,
Eux, ont pressé l’amorce de leurs charges de haine.

 

On parle de guerre, on nous parle d’ennemis,
Je ne vois que lâcheté, démence et folie.
Ils nous parlent de frères, ils parlent de croyance,
Il n’y a que la haine, il n‘y a qu’ignorance.

 

Œil pour œil, kalache pour légion,
On ne voit plus le bout, de la loi du talion.
Œil pour œil, kalache pour crayon,
Bien loin d’avoir peur, s’est réveillée la Nation.

 

Paris est touchée, mais elle n’a pas coulé,
Et sur sa scène houleuse et ensanglantée,
Paris, indomptée, continuera de danser.

The following two tabs change content below.

Laurie Humbert

Derniers articles parLaurie Humbert (voir tous)

Submit a Comment