Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

2 Comments

EELV : Hollande m’a tuer

EELV : Hollande m’a tuer
Roméo Van Mastrigt

La nomination d’Emmanuelle Cosse au Ministère du Logement est un coup dur pour l’écologie, tant l’ancienne patronne d’Europe Écologie Les Verts (EELV) trahit ses idéaux.


 

Etre écologiste, c’est protéger. Protéger l’humanité, l’environnement, la planète. C’est protéger le faible et le discriminé. C’est combattre les lobbies, rendre la vie meilleure, construire une société apaisée, bâtir un monde où chacun trouve sa place. Comment forcer les gens à agir pour le climat si l’on ne les reconnait pas dans leurs droits et leurs individualités ? En somme, l’écologie, c’est placer le collectif dans et devant l’individuel. L’écologie est une entreprise d’urgence, de combat, mais un projet de paix, qui se construit dans le flou, pierre par pierre, succès par succès. L’écologie, c’est un espoir, un idéal. Et l’écologie, Emmanuelle Cosse lui a planté un couteau dans le dos.

En rentrant dans le troisième gouvernement Valls, « Emma » pour les intimes, a trahi, brisé, sali la parole politique. Celle qui fonde les espoirs, celle qui te construit, celle qui donne envie d’y croire. Pourtant, Emmanuelle Cosse a souvent été remarquée pour ses prises de position radicales, dissidentes, où rébellion et insolence s’entrecroisent, où l’individu laissait place au groupe. Chez Act Up, elle se battait contre le sida. Chez Regards et Têtu, elle célébrait la diversité. Chez EELV, elle regardait vers le vivant. Emma, es-tu un esprit libre ou une morne façade ? Il semblerait que le pouvoir t’ait fait tourner la tête, tu vas t’en bruler les ailes. « Tu fais la connerie de ta vie », lui a dit pourtant David Cormand, le nouveau chef d’EELV. Il n’est pas tellement loin de la vérité.

Emmanuelle Cosse, à l'époque d'Act-Up

Emmanuelle Cosse, à l’époque d’Act-Up

 

« Le reniement, c’est maintenant »

 

Intégrer un gouvernement qui vote la déchéance de nationalité, touche à la Constitution sans y voir les risques au long terme, se sert de la COP21 comme d’une formidable vitrine sans y apporter une réelle importance, rase des camps de migrants, refuse la taxe carbone, et bafoue la parole de gauche, c’est indigne d’un écologiste. Hollande a fait entrer 3 écologistes au Gouvernement, mais il est loin d’y avoir fait entrer l’écologie. Emma, ton lobbying auprès du gouvernement est d’un opportunisme sans nom, toi qui a bataillé sans relâche sur le clavier de ton Smartphone contre le gouvernement.

 


Tu es une traitre, le symbole du politique qui se désavoue, qui affiche sans aucun gène sa faim de pouvoir, sans aucunement s’en cacher. En entrant dans le gouvernement, tu disais sur France Inter : « Je crois aujourd’hui que les écologistes doivent être là où les arbitrages se font. ». On aurait pu entendre ton argument si la prochaine élection présidentielle n’était pas dans 1 an. Cet argument est parfaitement recevable, s’il est justifié. Mais avec la lenteur parlementaire actuelle, penses-tu vraiment peser et agir pour l’écologie ? Tu privilégies ici ta carrière, écrasant de ta semelle le primat des idées. Sur France Inter encore, un auditeur déclarait: « Je voudrais exprimer mon ressenti en tant que militant chez les Verts. Ça s’apparente à de la haute trahison. Ma carte, je vais en faire des confettis. C’est délirant de rentrer dans un Gouvernement de droite, on est aux antipodes complets des valeurs des Verts. ». En fuyant le gouvernement, Pascal Canfin et Cécile Duflot avaient quitté leur poste avec fierté et éthique, la primauté des idées en bandoulière, comme Christiane Taubira a pu le faire. Alors, comment s’assurer de ta sincérité quand ta cohérence n’est pas là ? Pompili et Placé avaient au moins eu la décence de quitter le parti. Toi tu le dynamites.

 

Photo de Joel Saget pour AFP

Emmanuelle Cosse dans son Ministère, photo de Joel Saget pour l’AFP

 

Un parti nécrosé ?

 

Car en ta qualité de patronne d’EELV, tu portais avec toi l’image d’un parti, d’une idéologie, et même d’un concept. En reniant tes idéaux pour un siège au chaud, tu fractures un parti déjà mal en point. Tu fais du mal aux militants, aux gens du quotidien qui militent pour un monde plus viable. Tu disais à propos de ton parti qu’ « Il faut sortir des petites chamailleries pour avancer sur ces sujets. », mais c’est toi qui les provoque. Tu quittes le navire en pleine tempête, avec tes palmes et ta bouée. En t’embauchant, François Hollande verdit son gouvernement, tu es tombée dans le piège, tu es la ministre trophée. Que restera-t-il alors d’EELV ? Un parti qui se nécrosera ou qui se relevera ?

Si Cécile Duflot se présente aux Présidentielles, elle sera poussée vers la gauche radicale, car elle s’est construite envers et contre le gouvernement. Décrédibilisée, l’écologie ne séduira plus. Duflot sera mangée toute crue par Mélenchon, déjà candidat. François Hollande aura fait comme Mitterrand et les communistes en son temps. EELV ne sera plus, « Hollande m’a tuer ». Par contre, si le parti se débarrasse de sa ligne pro gouvernement, arrive à rebâtir, à proposer, à s’allier aux noms de valeurs véritables, peut être EELV pourra-t-il trouver son trait d’union, cette cohérence qui lui manque tant, cette union qui lui fait défaut.

The following two tabs change content below.

Roméo Van Mastrigt

Responsable recrutement. Normand de naissance, Lillois d'adoption. Geek et écolo. Grand fan de Jabba le Hutt.

Derniers articles parRoméo Van Mastrigt (voir tous)

Comments

  1. Depuis quand faire partie d’EELV c’est être écologiste ? Pour moi, EELV est un parti de politicarts opportunistes sans grande valeur morale. L’écologie n’est pour eux qu’un prétexte pour faire parler d’eux et communiquer contre les gouvernements. EELV est sans num doute la caricature de ce qui se fait de pire en politique…

  2. Hans Falla

    Tizel : >Ton commentaire aurait du sens si il était argumenté. Cette critique  » ce sont des politiciens ambitieux et sans valeurs » s’appliquerait à tous les partis. Cependant EELV présente de très très bon bilans là où il passe, s’attache à appliquer un vrai programme écologiste et humaniste. Quand les français souhaitent en finir avec la corruption et les petites phrases, EELV présente Eva Joly, grande magistrate anti-corruption reconnue. Les militants ne font que rejeter les initiatives personnelles et égoïstes de personnages tels que Pompilli, Placé et Cosse. Ton commentaire est nul en raisonnement, suinte la frustration et cache un militantisme de défaut acrimonieux et fier.

Submit a Comment