Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

One Comment

Des Europe et des Hommes : entretien

Des Europe et des Hommes : entretien
mm

Elle est étudiante au ciein du double diplôme en Affaires européennes à Sciences Po Paris et à la London School of Economics (LSE) à Londres ; il est étudiant au sein du Master en Sciences Historiques à l’Université de Lille 3. 
Tous deux sont en dernière année de Master, et ils seront diplômés à la fin du semestre. La fin d’un cycle qui signe le début d’une aventure européenne. En octobre prochain, Ariane Forgues et Baptiste Enaud commenceront un road trip d’un an autour de la France. L’objectif ? Partir à la rencontre des citoyens pour recueillir leurs attentes et propositions concernant l’avenir de l’Union. Ils se disent pro-européens, mais pas naïfs pour autant. Discussion.


Lorsqu’on leur demande ce qui les a poussés à lancer ce projet, leur réponse tient en un mot : le Brexit. « L’idée m’est venue à Londres après une réunion du parti Libéral-Démocrate organisée autour de la question du Brexit », explique Ariane. Nous sommes à la mi-janvier 2016, et la perspective d’un référendum national sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union se fait de plus en plus pressante. Elle compare l’activité des leaders Libéraux-Démocrates, leur empressement à parler d’Europe, à être très concrets sur le sujet, et celle des politiques français : « Ils sont aussi réactifs parce que l’idée du Brexit est là ; que c’est devenu une réalité dans le paysage politique britannique ». Elle contacte alors Baptiste, ami de longue date, et lui parle de l’idée qui vient de germer dans son esprit : réaliser un projet qui pourrait contribuer au dialogue européen. 
Baptiste et Ariane refusent d’attendre que la France connaisse le même sort : « On ne veut pas attendre d’être au pied du mur, de devoir faire face à un « Frexit » -même si je déteste ce terme- pour agir ». Pour tenter de répondre à l’euroscepticisme ambiant, leur vient alors l’idée de partir à la rencontre des citoyens au cours d’un tour de France pour « relancer un débat de fond sur l’avenir de l’Europe », comme ils l’écrivent dans leur livret de présentation.

« Nous avons l’impression que tout se fait très loin, à Bruxelles, poursuit Ariane. Alors que des nombreuses décisions de l’Union concernent directement les échelons régionaux. » Avec cette initiative a-partisane, ils espèrent mieux communiquer sur le fonctionnement de l’UE et sur le pouvoir de chaque citoyen à agir en son sein. Ariane et Baptiste veulent essayer de « combler à leur échelle » le fossé entre les Français et les politiques sur le projet européen. Pour cela, leur calendrier d’initiative concorde avec la vie politique française : leur tour de France se déroulera d’octobre 2016 à avril 2017, au coeur de la campagne présidentielle. Lorsqu’on leur demande s’ils n’ont pas peur d’être inaudibles sous les thèmes nationaux, Ariane secoue la tête : « C’est au contraire le meilleur moment de nous faire entendre. Les responsables politiques et candidats seront plus attentifs ».

Lors de ce tour du pays en voiture, Ariane et Baptiste doivent sillonner les régions à travers de nombreuses étapes : « De nombreux citoyens veulent faire entendre leur voix, et ont des propositions », insiste Baptiste.

Car est bien là le coeur du projet : un cahier de propositions émises lors de ces rencontres par les Français. « On a sélectionné des lieux marquants en feuille de route, poursuit-il. Il y a des villes symboliques pour l’histoire du projet européen comme Strasbourg ou des lieux de mémoire. Mais nous avons aussi choisi des villes aux secteurs d’activités différents: agriculture, tourisme… Afin de voir comment les habitants se sentent touchés par l’action européenne et aimeraient la voir s’améliorer ». Inévitablement, Ariane et Baptiste passeront aussi par des zones dont le rapport à l’UE est plus délicat : « On voulait aussi passer par des villes où l’eurosceptisme est forcément marqué par leur couleur politique, comme Hénin-Beaumont ou encore Béziers », renchérit Ariane. Mais les 28 villes énoncées sur le calendrier de leurs étapes clés sont davantage une feuille de route qu’un strict itinéraire : « Bien sûr, on va s’arrêter dans ces villes, explique Baptiste. Mais au total, nous voulons nous rendre dans près de 250 communes, aller dans les villages et les hameaux où l’on a l’impression que personne ne se rend d’habitude ».

 

Capture d’écran 2016-03-21 à 20.04.16

Capture d’écran du livret de présentation « Des Europe et des Hommes »

 

Ariane et Baptiste insistent : leur objectif est bien de recueillir un cahier de « propositions », et non pas de « doléances ». Ils relaieront leur tour de France sur les réseaux sociaux, et dans les médias. « Dans l’idéal, nous voudrions pouvoir occuper le plus d’échelons médiatiques possibles, du régional au national », explique Ariane. 
Lorsqu’un thème deviendra de plus en plus récurrent dans leurs discussions, ils créeront des pétitions en lignes. Avec, pour ambition finale, une lettre ouverte au président nouvellement élu sur l’avenir de l’Union européenne, mais, surtout, l’écriture d’un livre et d’un rapport réunissant les propositions des Français. Une façon de remettre la parole citoyenne au coeur du débat national et européen.
« Nous avons appelé ça le « SAV », le « Service Après Voyage », explique Baptiste. Nous ne voulons pas que le projet s’arrête à la suite notre tour de France. On espère que ce livre pourra contribuer à faire vivre le débat européen ».

The following two tabs change content below.
mm

Alexandra Saviana

Comments

Submit a Comment