Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

James Bond s’expose à Paris

James Bond s’expose à Paris
mm

Enfin à Paris ! Après Toronto, Moscou ou encore Mexico City, 007 a décidé de garer son Aston Martin à la Grande Halle de la Villette. Car oui, impossible de dissocier la France des films de James Bond. Carole Bouquet, Sophie Marceau, mais aussi de grandes marques comme Givenchy : c’est tout naturellement que Paris accueille cette exposition consacrée à l’agent secret britannique. L’exposition 50 ans de style James Bond se déroule du 16 avril au 4 septembre. Radio Londres l’a visitée en avant-première pour vous.


 

Le célèbre thème de James Bond retentit. À gauche, l’Aston Martin DB10 utilisée dans Spectre, sorti en novembre dernier ; à droite, la DB5 apparue pour la première fois en 1964 dans Goldfinger. À travers le canon des séquences d’ouverture, on est littéralement propulsé dans l’univers de la saga.  Passages de films et pièces mythiques s’entremêlent pour une immersion totale dans l’esprit Bond.

Le pistolet d’or de Scaramanga, une des premières pièces, ne se fait pas attendre et semble déjà marquer le climax de d’exposition.

 

Pistolet d’or de Scaramanga - L’homme au pistolet d’or, 1974 © 1974 Danjaq, LLC and United Artsts Corporation. All rights reserved

Pistolet d’or de Scaramanga – L’homme au pistolet d’or, 1974 © 1974 Danjaq,
LLC and United Artsts Corporation. All rights reserved

 

Pourtant, nos regards sont aussitôt amenés à caresser du bout des rétines la machine à écrire plaqué or de Ian Fleming, le créateur de James Bond. Il se l’était achetée en 1952 en guise de cadeau de mariage lors d’un déplacement à New York. C’est avec cette magnifique pièce qu’il écrivit Casino Royale. C’est avec cette magnifique pièce que tout commença. Et pour l’anecdote, obtenue pour 174 dollars, elle fut revendue pour 56 000 livres sterling en 1995 aux enchères.

 

13016413_267600310242562_1581549573_o

Crédits : Nicolas Grubica

 

Après un passage dans le bureau de M, le directeur du MI6 qui nous a donné notre mission, il faut s’équiper. Direction la division recherche et développement pour récupérer des gadgets ! Ah Q… Personnage iconique et indispensable de la saga. Grâce à son travail, James est intouchable et les objets les plus insignifiants peuvent devenir des armes mortelles. Dentifrice et radio-réveil explosifs, chien robot, Q fait de Bond un homme largement en avance sur son temps. Pour preuve, le téléphone portable Ericsson de 1997 pour Demain ne meurt jamais. Celui-ci était muni d’un lecteur d’empreintes digitales – tiens, comme sur nos smartphones aujourd’hui – et permettait à Pierce Brosnan de piloter sa BMW à distance. Il semblerait que Google ait encore du mal aujourd’hui…

 

12986829_267600403575886_2086813006_o

Crédits : L.S

 

Le grand moment est là. Il est temps de partir en mission, mais pas n’importe où, dans les casinos emblématiques qu’a traversé 007. Pour la première fois en Europe, des pièces du dernier film, Spectre, sont exposées. La robe de Madeleine Swann, interprétée par Léa Seydoux, côtoie l’envoutante robe rouge d’Elektra King, jouée par la non moins envoutante Sophie Marceau. James et ses conquêtes nous ouvrent là leur impressionnante garde-robe, retraçant 24 épisodes de la saga. Au centre de la pièce, sous d’éclatant lustres, se joue une partie de poker, véritable péché mignon s’il en est de l’agent secret de sa majesté.

 

12986754_267600450242548_973826662_o

Crédits : L.S

 

Mais James Bond, ce n’est pas que de l’action aveugle, c’est aussi un sens accru de la mode. Tous les costumes sont des pièces uniques, travaillées par les plus grands créateurs du monde (surtout français d’ailleurs, cela va de soi). Il est tout simplement impossible de faire une hiérarchie parmi les smokings ou les robes de soirée mais l’on peut constater par les costumes de Spectre que depuis 1962 et Dr. No, la classe n’a jamais déserté.

 

12999555_267600430242550_836013569_o

 

Non, il ne faut pas seulement aller voir l’exposition 50 ans de style James Bond, il faut y courir. Non, une fois après avoir passé le bureau de M et récupéré vos gadgets chez Q, vous n’êtes plus un badaud banal. Seul bémol peut-être, l’absence de Sean Connery, Ursula Andress ou Roger Moore. Mais bon, vous les incarnez.

 

Grande Halle de la Villette
Du 16 avril au 4 septembre 2016
Infos & Réservations : www.jamesbond007-exposition-paris.fr
The following two tabs change content below.
mm

Lucas Scaltritti

Étudiant au CFJ, promo 71. Raconteur d'histoires.
mm

Derniers articles parLucas Scaltritti (voir tous)

Submit a Comment