Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

2 Comments

PSG : Et maintenant, on fait quoi ?

PSG : Et maintenant, on fait quoi ?
mm

Éliminé 3-2 (score cumulé) par le Manchester City des propriétaires venus des Émirats arabes unis, le PSG n’a pas réussi à passer un palier en Ligue des Champions et s’apprête à vivre une fin de saison assez morose, même s’il reste la Coupe de la Ligue et la Coupe de France. Deux coupes, clairement pas la priorité du club parisien. Après cet échec, il faut préparer la saison prochaine, mais que faire, que changer ?


 

Un tir, un cadré, un but. De Bruyne et sa réussite ont crucifié le PSG à la 76ème minute du match retour de la Ligue des Champions qui l’opposait à Manchester City à l’Etihad Stadium. 2-2 à l’aller, l’affaire semblait mal embarquée pour les parisiens mais cela n’empêchait personne d’y croire. Les quarts, le PSG les connait suffisamment assez, le projet qatari visait plus haut pour le club de la capitale. Il ambitionnait de hisser le PSG dans le Top 4 européen, représenté par les demi-finales de la Coupe aux « Grandes Oreilles ». C’est la raison pour laquelle Di Maria avait été recruté, la raison pour laquelle Ibra était là depuis le début. Quant à Cavani, il aurait dû être le second « sniper » de l’attaque, et Trapp le gardien capable de sauver son équipe. Beaucoup de conditionnel, certes, mais sans Trapp, le PSG n’aurait jamais éliminé Chelsea au tour précédent. Du conditionnel, mais de la déception surtout, le constat est flagrant : le PSG, pour la quatrième saison consécutive, est éliminé en quart de finale.

Après avoir admiré un PSG flamboyant face à Chelsea, auteur de longues séquences de très haut niveau, les spectateurs ont trouvé tout l’inverse, un PSG méconnaissable, sans idée offensive, sans idée tout court… Le seul fait de conserver le ballon semblait difficile pour Paris, l’alignement des passes ne durait pas plus d’une trentaine de secondes, et les occasions apparaissaient inexistantes. Des individualités fortes au sein du vestiaire ont mené l’équipe vers le déchet technique, voire le néant technique pour certains. Certes, les joueurs et le club baignaient dans un contexte difficile suite à l’affaire Aurier, à l’accumulation de blessures et de suspensions… Mais il ne faut pas se cacher derrière cela. À titre d’exemple, c’est le staff médical du PSG qui a mal géré Verratti et sa pubalgie. On ne peut imputer la faute à personne d’autre qu’au club. L’amélioration doit passer par là également. Alors, aujourd’hui, quelles solutions s’offrent à la direction parisienne et à Nasser Al-Khalaifi pour changer la donne l’année prochaine ? « On va réfléchir à comment améliorer l’équipe », annonçait-il après l’élimination. Alors comment ?

 

thiago-silva-kevin-de-bruyne-manchester-city-vs-psg_a8o7tlqrkczh1ri5quxgenelc

 

Garder l’ossature actuelle en rajoutant une profondeur de banc ?

 

Il s’agit sûrement de la solution la moins risquée, mais est-elle pour autant la plus efficace ? Difficile à dire… Cette saison, dans le onze titulaire, la colonne vertébrale Ibra-Thiago Motta-Thiago Silva-Trapp est censée faire la différence au PSG, avec Di Maria qui se ballade entre les lignes. Aujourd’hui, mis à part, peut-être, Thiago Silva, personne n’est irréprochable. Pourtant, Zlatan Ibrahimovic a encore éclaboussé la Ligue 1 avec, à l’heure actuelle, 30 buts marqués et 11 passes décisives. Il est clairement au-dessus du lot. Cependant, il faut relativiser, afficher de telles statistiques n’est pas compliqué dans un championnat où toutes les équipes subissent un nivellement par le bas. Le Paris-Saint-Germain a-t-il vraiment du mérite à gagner un championnat de France médiocre, où la bataille pour la deuxième place se joue encore avec le 7ème actuel (Lille), et avec des équipes comme Monaco au niveau de jeu soporifique. Bref, toutes ces stars, Zlatan y compris, ne sont pas là pour prouver des choses en Ligue 1 mais bien en C1. Pourtant, le « Roi » Ibrahimovic et ses disciples ont failli. Encore une fois, le leader n’a pas su faire la différence nécessaire aux grands rendez-vous de ce genre. D’autant plus que 63 millions d’euros avaient été investis afin que l’argentin Angel Di Maria gomme cela et épaule Zlatan Ibrahimovic. Que nenni !  Di Maria a peiné, sauf au match retour, à Chelsea. Une saison trop en dents de scie.

Avec un peu de patience, ce collectif, déjà à peu près en place, pourrait se consolider et se donner une dernière chance. Mais pour pallier à ses limites vues à Manchester, il est nécessaire de rajouter des éléments efficaces sur le banc. Une première chose serait de substituer Stambouli par un joueur ayant un plus gros impact pour prendre la place de Thiago Motta en cas de pépin physique comme mardi. N’était-ce déjà pas une erreur, que de recruter l’ancien montpelliérain ? Autre chose, pour garnir ce banc, un 5e élément offensif, autre que les jeunes du centre de formation, ne pourrait-il pas faire l’affaire ? Quand on regarde le quart de finale, le PSG peut regretter de ne pas avoir eu Lavezzi comme solution possible.

 

Reconstruire l’équipe derrière la jeunesse de l’effectif ?

 

Quoi que l’on dise, quoi que le PSG fasse, il s’agit de la solution la plus rationnelle… Cette élimination, une nouvelle fois en quart de finale, a marqué la fin d’un cycle. Un cycle représenté par les anciens interistes et barcelonais : Zlatan Ibrahimovic, Thiago Motta et Maxwell. Ces trois joueurs doivent partir. L’aura de Zlatan a permis de faire grandir le PSG version QSI, certes. Elle a également permis au PSG de s’imposer aisément en Ligue 1, certes. Mais elle n’a jamais permis au PSG de « rêver en grand », alors que le club en avait fait son nouveau slogan. Si par « grand » bien sûr, on y comprend au moins le dernier carré de LDC. Thiago Motta doit être remercié de la même façon. Il a été la force du milieu de terrain parisien, un des meilleurs d’Europe. Mais l’âge le rattrape, et d’autres joueurs doivent prendre sa place. Maxwell, toujours très sérieux, a rendu de grands services également mais devient trop vieux.
LA superstar doit arriver cet été, les rumeurs diffusent les noms de Neymar, Lewandowski, Hazard ou Lukaku à un degré moindre… Ce qui apparaît évident, c’est qu’il faut recruter un joueur capable de faire mieux qu’Ibra, un joueur capable d’être complémentaire à Cavani, afin de lui redonner les rênes de l’attaque et de ressusciter son efficacité du temps du Napoli. C’est envisageable mais surtout nécessaire.
146475-largeLe futur de l’équipe doit se faire à travers Verratti, Pastore, Di Maria et (enfin) Marquinhos. Quitte à laisser partir David Luiz, et récupérer un défenseur d’avenir, comme Laporte qui risque de s’en aller de l’Atletico Bilbao. Le PSG doit enfin avoir confiance en ses jeunes. Pastore pourrait ainsi venir dynamiter le milieu de terrain qui va avoir besoin de muscles. Busquets serait l’élément idéal pour remplacer Motta, mais un profil plus petit comme Gündogan pourrait également faire l’affaire. Ce ne sont que des noms mais l’idée est là. Barré par le fair-play financier ces dernières années, QSI doit réinvestir et amener un nouveau souffle. Tout n’est pas à jeter, mais les éléments qui ont fait défaut, comme les côtés, doivent être renforcés.

Dernier chantier : le coach. Laurent Blanc a montré ses limites de management et de tactique. Sa gestion assez calamiteuse des cas Lucas, Pastore, Marquinhos et Aurier ainsi que ses tentatives de nouveaux systèmes comme ce 3-5-2 inédit à l’heure de ton match le plus important de l’année n’ont mené à rien. Jamais véritablement imposé dans le vestiaire parisien, Laurent Blanc a souvent eu la côte grâce à sa carrière de très bon défenseur central et son seul championnat de France. Mais un grand joueur ne fait pas un grand entraineur.

À l’heure où un homme comme Simeone fait des miracles avec son Atletico, le PSG aurait bien besoin d’un vrai magicien européen pour que le rêve qatari s’exauce réellement.

The following two tabs change content below.
mm

Axel Bourcier

Étudiant à l'Académie ESJ et en Sociologie. Néo-lillois mais nantais avant tout. Grand sportif et adepte des débats relous sur la politique en fin de soirée...
mm

Derniers articles parAxel Bourcier (voir tous)

Comments

  1. Bourcier Pierre

    Super article ! Vraiment très clair, avec des vrais analyses pertinentes. Un constat du futur du PSG, détaillé et expliqué. Vivement le prochain article !!

  2. cuvillier

    Bonjour
    et pourquoi ne pas envisager une ossature autour de talent français!
    COMAN MATTUIDI VARRANE POKBA et GRISMAN

Submit a Comment