Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

One Comment

Et pour vous, ça va mieux ?

Et pour vous, ça va mieux ?
mm

L’expression a été lancée par le Président de la République lui-même lors de son « Dialogue Citoyen », sur France 2 le 14 avril, et depuis, elle ne quitte plus la bouche des responsables de l’exécutif. Alors, est-ce que ça va vraiment mieux ? Où est-ce qu’il s’agit d’une démarche comparable à la méthode Coué ? On fait le point.


 

Oui, ça va mieux… statistiquement

 

Lorsque Hollande a lancé son fameux « Ca va mieux » sur France 2, les réseaux sociaux se sont emballés et les commentaires acerbes ont pullulé. Et pour cause, beaucoup y voyaient un Président déconnecté, hors des réalités. C’est vrai que le 14 avril il n’avait que peu d’arguments « concrets » pour revendiquer un agaçant « ça va mieux » face aux Français exaspérés (si ce n’est un déficit inférieur aux prévisions, révélé fin mars, s’établissent à 3,5% du PIB). Mais ça, c’était avant : en quelques jours les bonnes nouvelles se sont enchaînées, comme s’il savait ce qui allait se passer :

  • Commande record de 12 sous marins ultras modernes par l’Australie au français DCNS pour 50 milliards de dollars. La presse parle de « contrat du siècle » ;
  • Croissance meilleure que prévu (+0,5%) au premier trimestre 2016, notamment grâce à une consommation dynamique des ménages ;
  • Baisse significative du chômage en mars : 60000 demandeurs (-1,7%) en moins en catégorie A, c’est à dire sans aucune activité, comparé à Février. Du jamais vu depuis 2000 ;
  • Des faillites d’entreprises en baisse (-6,8% au 2e trimestre 2015 par rapport à 2014) ;

Forcément, vu comme ça, oui, « ça va mieux ».  Mais, inutile d’entrer dans une analyse technique qui pourrait aisément démontrer que quelques-unes de bonnes nouvelles revendiquées sont fragiles et discutables, pour constater que chez les Français, non, ça n’a pas l’air d’aller mieux. Et pour preuve, selon le tableau de bord Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, le Président chute encore en mai (- 2 points), s’établissant à 18% d’opinion favorable, son score plancher. Autrement dit, les Français ne soutiennent pas Hollande. Ce qui évidemment serait différent s’ils étaient satisfaits, car, pour eux aussi, ça irait mieux.

 

Des cadeaux pour convaincre

 

« Il y a urgence à ce que les Français intègrent que ça va mieux », pas besoin d’être dans la politique fiction pour imaginer ce type de réaction à l’Élysée. Pour cela, rien de tel que des cadeaux à l’approche d’une campagne qui s’annonce compliquée pour un Président historiquement impopulaire. Comment financer ? Soit aller puiser dans les ressources offertes par un déficit plus faible que prévu. Une cagnotte qui n’en est pas une puisqu’il s’agit simplement d’une dette inférieure aux prévisions. D’ailleurs, Sapin a prévenu « L’heure n’est pas encore à distribuer de l’argent que nous n’avons pas ». Deuxième option, entreprendre des économies, autrement dit, donner ici et réduire la. Pas franchement la meilleure période politique pour ça. Ultime solution : revoir à la baisse la dernière tranche du pacte de responsabilité en direction des entreprises, équivalent à 5 milliards. Quoi qu’il en soit, il faudra bien trouver des ressources pour financer les récents cadeaux du gouvernement, parmi eux :

  • D’après Les Echos : Une baisse des impôts pour les ménages en 2017, estimée à 1 à 2 milliards. Une position qui ne fait pas l’unanimité. Bercy y serait opposé ;
  • Une prime complémentaire annuelle de 800 euros pour les professeurs des écoles (265 millions par an) ;
  • La revalorisation des bourses et leur allongement jusqu’à 4 mois après l’obtention du diplôme (200 millions pour 2016) ;
  • La hausse du point d’indice qui sert de base de rémunération des fonctionnaires (600 millions pour 2016).

L’objectif ? Que les Français trouvent eux aussi que « ça va mieux », et bien sur, faire un virage à gauche dans la dernière ligne droite pour tenter de ressouder une base électorale littéralement éclatée.

 

Au milieu des cadeaux, la communication

 

N’avait-il pas dit qu’il annoncerait sa candidature à la fin de l’année ? Une chose est sûre, la campagne n’attendra pas jusque là. Au-delà des cadeaux, il faut convaincre d’un bilan séduisant. Pour ce faire, après « Hé Ho La Gauche ! » (largement raillé sur les réseaux sociaux), et, plus discrètement, « La Belle Alliance Populaire », mouvement initié par le patron du PS, place à « Du Progrès en plus », une campagne lancée par le président du groupe PS à l’Assemblée nationale, Bruno Le Roux. À travers cette énième initiative, la rue Solferino espère faire cesser le Hollande Bashing en démontrant que  « tout n’est pas mauvais », des mots de Jean-Christophe Cambadélis. Sur le site internet « duprogresenplus.fr » on retrouve toute une série d’explications sur le bilan du Président, cela sous 3 formes : des cartes postales, des fiches explicatives et des vidéos promotionnelles. Une vitrine bien organisée qui explique 60 avancées sous Hollande, faisant référence à ses 60 promesses de 2012.

 

En conclusion…

… si après ça, ça ne va toujours pas mieux, alors il faudra peut-être songer à changer de Président.

 

The following two tabs change content below.
mm

Ludovic Badeau

Entrepreneur, fondateur d'EvoPortail, co-fondateur de Clevermate. Passionné d'actualité -d'abord politique-, je produis des vidéos d'information courtes et ludiques en @3mnMax

Comments

  1. keg

    Nos ancêtre disaient « ah, ça ira ». Nous, nous disons, déjà, « ça va mieux »

    C’est cela le miracle de la socia-lie. Il suffit de dire pour que nos rêves deviennent nos hantises.
    Quel progrès du genre humain…..

    http://wp.me/p4Im0Q-166

Submit a Comment