Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Le Bureau des Légendes, saison 2 : une partie d’échecs sous haute tension

Le Bureau des Légendes, saison 2 : une partie d’échecs sous haute tension
mm

A l’heure où Canal Plus opte pour de nombreux changements dans sa programmation, UN pilier de la chaîne cryptée semble subsister et a fortement contribué à forger l’esprit Canal : ce sont les fameuses « créations originales ». Parmi elles, on découvrait l’an dernier Le Bureau des Légendes, qui nous plonge au cœur des coulisses de la très mystérieuse Direction Générale des Services de l’Extérieur (DGSE) et dont la saison 2 a démarré le 9 mai dernier. Critique.


 

Après avoir passé un pacte avec la CIA afin de permettre la libération de celle qu’il aime, Guillaume Debailly, alias Malotru, est maintenant agent double tandis que la DGSE se lance dans une lutte sans merci contre l’Etat Islamique et l’un de ses bourreaux qui se révèle être français…

★★★★☆ – À ne pas manquer

 

Attention : spoilers si vous n’avez pas vu la saison 1

 

Une plongée saisissante au cœur de la DGSE

 

Iran, Syrie, Irak… On ne peut et ce, dès les premières secondes, que saluer la superbe prise de vue de ces paysages désertiques. La moitié des évènements de cette nouvelle saison se déroule en effet au Moyen-Orient. Nucléaire iranien, lutte contre l’Etat islamique, ressortissants français partis faire le djihad : tel est le programme de ces nouveaux épisodes de qualité identique, voire supérieure, aux précédents. La mise en scène, elle, contribue à la réussite de la série et permet d’équilibrer les différentes intrigues qui la ponctuent.

Ces sujets très actuels, donc, nous laisseraient presque croire à un documentaire sur la très secrète DGSE et ses techniques d’espionnage. On en aurait presque peur d’utiliser nos smartphones, tant l’on découvre que l’on peut tout savoir et tout faire à distance sur un simple portable.

Dans le cadre de sa campagne de promotion pour cette nouvelle saison, Canal Plus avait d’ailleurs redoublé d’ingéniosité et mis au point un spin-off en ligne de quelques minutes dans lequel les personnages du Bureau des Légendes vous confiaient pour mission d’aller placer un mouchard en plein Paris, le tout, sans être remarqué. L’internaute avait alors l’impression d’être dans la peau d’un véritable agent de la DGSE.

Et c’est cette même impression qui nous saisit lorsque l’on visionne cette deuxième saison, ce sentiment d’être aux côtés des agents dans leurs doutes et leurs craintes, et ce quoi qu’il arrive. Le « BDL » ressemble donc à une sorte de grande famille unie dans un but commun, celui de servir la France.

 

13250494_1618240768495069_562711902_n

Clément Migaud (Mathieu Demy) et Marie-Jeanne Duthilleul (Florence Loiret-Caille), agents de la DGSE. Crédit photo : Canal Plus.

 

Des personnages toujours aussi captivants

 

Comme dans la saison précédente, ce sont évidemment les pensées du personnage principal qui fragmentent ces dix nouveaux épisodes. Désormais agent double, Guillaume Debailly alias Malotru doit livrer à la CIA des informations confidentielles sur les agents français espionnant leurs homologues américains.

Ainsi, à la crise du terrorisme que doivent gérer les agents s’ajoute une crise interne au Bureau des Légendes : celle de trouver la « taupe », celui qui aurait « trahi son pays » en ayant pactisé avec les services secrets américains.

La dualité du personnage incarné par Mathieu Kassovitz est ainsi saisissante de bout en bout : lui seul va être l’acteur de ses décisions, dans ce qui s’apparente à un machiavélique jeu d’échecs, le tout, sans même avoir peur de contrer sa hiérarchie.

La série fait également la part belle aux personnages féminins et l’image d’un James Bond macho sur les bords est définitivement enterrée. En effet, la DGSE compte désormais de plus en plus de femmes et, dans la série, le personnage de Marina Loiseau interprété par Sara Giraudeau en est bien la preuve. Ainsi, derrière cette jeune femme au premier abord frêle et innocente se cache en fait un agent redoutable, stupéfiante de par son courage et sa ténacité tout au long de sa périlleuse mission en Iran.

 

13282069_1618240785161734_1118982603_n

Sara Giraudeau incarne Marina Loiseau, agent de la DGSE infiltrée en Iran. Crédit photo : Canal Plus.

 

Une belle réussite signée Canal Plus

 

Enfin, et comme pour la plupart des créations originales de Canal Plus, on ne peut que vous conseiller de privilégier le marathon en dévorant tous les épisodes en moins d’une semaine et ce afin de ne rien perdre des revirements de situations et stratagèmes menés par les agents de la DGSE, bien que moins complexes comparé à l’an passé. Marathon également car l’on devient très vite « accro », et le créateur Eric Rochant excelle dans l’art du cliffhanger, avec des fins d’épisodes pleines de suspens et qui ne donnent qu’une envie : celle de voir la suite. La scène finale du dernier épisode en est d’ailleurs le parfait exemple. La saison 3 a d’ores et déjà été annoncée pour cette série qui n’a pas à rougir de ses semblables américaines.

 

Les épisodes 5 et 6 de la saison 2 du Bureau des Légendes seront diffusés ce lundi 23 mai à 21h sur Canal Plus. L’intégrale de la saison peut d’ores et déjà être visionnée sur « Canal Plus à la demande ».

 

The following two tabs change content below.
mm

Hortense Crépin

Étudiante en Droit à l'Université de Lille 2 et à l'Académie ESJ Lille.

Submit a Comment