Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Primaires US : Y-a-t-il un pilote dans l’avion ?

Primaires US : Y-a-t-il un pilote dans l’avion ?
mm

Comme chaque semaine, retrouvez la revue de presse des primaires américaines. Que s’est-il passé la semaine du 12 au 19 juin 2016 ? 


 

Au sommaire de la semaine : Louis C.K. explique la campagne américaine, Trump et son excellente relation avec les médias, Clinton renforce son avance.
 

giphy
 

La théorie de l’avion

 

L’acteur et humoriste Louis C.K. est à l’origine d’une analogie très intéressante de la campagne américaine. Reprenant l’image du pilote dans l’avion, il a jugé qu’Hillary Clinton était « la plus qualifiée » pour devenir Présidente. « Hillary est plus compétente que l’ensemble de ces gens. Le gouvernement américain est un très volatile, dangereux mécanisme, et Hillary est celle qui a le plus l’expérience. »

 

 « C’est comme si vous étiez sur dans un avion et que vous vouliez choisir un pilote. Vous avez une personne, Hillary, qui dit ‘Voici ma licence. J’ai piloté des milliers de fois. Voici des avions que j’ai piloté dans de très mauvaises situations. J’ai eu quelques bon vols et quelques mauvais vols, mais je pilote depuis un long moment, et je sais exactement comment cet avion fonctionne.’ » 

 

Et de poursuivre :

 

« Puis vous avez Bernie, qui dit : ‘Tout le monde devrait pouvoir rentrer chez lui avec cet avion’. ‘Comment allez vous faire ?’ ‘Je pense juste que nous devrions. Il est juste que chacun puisse utiliser l’avion de manière égale.’ Et Trump dit ‘Je vais piloter cet avion tellement bien. Vous n’allez pas croire à quel point je vais être bon pour piloter cet avion, et d’ailleurs, Hillary n’a jamais piloté un avion dans sa vie.’ ‘Si, elle l’a fait, nous avons des photos’ ‘Non elle ne l’a pas fait’. C’est ridicule… »

 

Pour en savoir plus : En mars 2016, Louis C.K. s’en était déjà pris à Trump, recensant toutes ses sorties de route raciste, Le Huffington Post

michael_ramirez_michael_ramirez_for_jun_13_2016_5_

 

Trump et la liberté de la presse

 

Les journalistes du Washington Post n’ont désormais plus accès aux meetings de Trump. Le candidat a annoncé la nouvelle à travers un message Facebook : 

 

Based on the incredibly inaccurate coverage and reporting of the record setting Trump campaign, we are hereby revoking the press credentials of the phony and dishonest Washington Post.

Posted by Donald J. Trump on Montag, 13. Juni 2016

Une interdiction qui intervient après un titre publié lundi par le journal national : « Donald Trump semble relier Obama à la tuerie d’Orlando ». Mais le Washington Post n’est pas le premier média à être interdit d’entrée des meetings de Trump : Buzzfeed, le Huffington Post ou encore Politico sont eux aussi persona non grata autour du milliardaire. Pour le rédacteur en chef, cette décision témoigne « d’une répudiation du rôle d’une presse libre et indépendante »

 

Et si bientôt, seul le média conservateur Breitbart était autorisé à suivre le candidat républicain ? 

 

Pour en savoir plus : De plus en plus de journalistes commencent à se demander quels médias pourront couvrir la campagne de Trump, New Republic

 

Hillary Clinton, leader des sondages

 

Hillary Clinton gagne sans surprise la finale de la primaire démocrate de Washington D.C. Les sondages nationaux (Bloomberg) semblent aussi en sa faveur : la candidate aurait 12 points d’avance sur son adversaire républicain (49-37). Un sondage qui révèle aussi l’hostilité des femmes envers Trump : 63 % des interrogées ont déclaré qu’elles ne voteraient « jamais » pour lui. Dans ses questions, Bloomberg démontre que les suggestions du milliardaire concernant la lutte contre le terrorisme ont été mal accueillies par la population : une grande majorité – 69% – s’opposent à une surveillance accrue des Américains musulmans. 

 

De son côté, Clinton durcit sa ligne envers Trump, notamment sur son compte Twitter. Le « delete your account » de la semaine dernière n’était qu’une première étape, et l’équipe de communication se sert du réseau social pour régulièrement attaquer le milliardaire sur ses déclarations. Au programme : tweets lapidaires et fact-checking

Pour en savoir plus : Hillary Clinton dépasse Trump de 12 point dans le dernier sondage, Bloomberg

 

IL EST DE RETOUR

 

Après le temps de la peur, vient celui de la résignation. Tel pourrait être la description de l’état d’esprit des leaders du parti républicain. George W. Bush, qui avait déjà déclaré – tout comme son père – qu’il ne voterait pas Trump en novembre, s’apprête à revenir dans la vie politique. Non pas pour être candidat, mais pour soutenir les sénateurs républicains dans la campagne des législatives après l’élection. Le pari du clan Bush est simple : persuadés que Trump va perdre, ils cherchent à assurer une large victoire aux Républicains au Congrès afin de « conserver l’équilibre des pouvoirs »

 

Pour en savoir plus : He’s baaaaack, Vox

 

A regarder la semaine prochaine :

 

La convention républicaine à Cleveland se tiendra du 18 au 21 juillet. Cleveland devrait être le lieu des derniers soubresauts de résistance à Trump – et de la préparation des sénatoriales suivant la présidentielle. L’annonce de double-ticket devrait avoir lieu : Trump surprendra-t-il en nommant une ancienne du clan Bush,  Condoleezza Rice, dont le nom circule en sous-main depuis ce week-end ?

The following two tabs change content below.
mm

Alexandra Saviana

Submit a Comment