Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

One Comment

Quel avenir pour le fédéralisme européen ?

Quel avenir pour le fédéralisme européen ?
Ménélas Kosadinos

La montée des populismes anti-européens traduit une forme de rejet du projet européen par l’opinion publique. Sur fond de crises politiques et de tensions identitaires, quelle place et quel avenir pour le fédéralisme européen ?


 

La montée des populismes anti-européens, qu’elle soit alimentée par le nationalisme d’extrême-droite ou l’antilibéralisme d’extrême gauche, démontre une défiance, ou du moins un scepticisme, à l’égard du projet européen. Souvent désignée, dans des discours simplistes, comme coupable de tous les maux possibles, l’Europe peine aujourd’hui à convaincre ses citoyens. Dans l’opinion publique, des idées comme la sortie de l’euro, ou de l’UE, le rétablissement des frontières, et plus largement une crispation identitaire, gagnent du terrain au détriment d’idéaux internationalistes et d’ouverture. La construction européenne qui a évolué progressivement depuis des décennies semble aujourd’hui au point mort ; l’Europe est à l’heure des choix. L’idéal fédéraliste de l’Europe est-il encore possible, mais surtout pour quelle Europe ?

La question européenne relève d’abord du pragmatisme de l’action politique. Le danger de la création des Etats-Unis d’Europe serait dans la déconnexion du pouvoir et une centralisation nuisible à l’efficacité des décisions. Il s’agit du principe de subsidiarité, l’un des piliers de l’Union Européenne selon l’article 5 du traité de Maastricht. Dès lors, il convient de s’interroger sur ce que signifie l’Europe aujourd’hui. Il semble indéniable que certaines problématiques internationales ne seront jamais résolues tant que les partenaires européens ne décideront pas de travailler de concert dessus. En effet, comment imaginer la France , ou n’importe quel pays européen, faire seule la chasse à l’évasion fiscale, régler la question des migrants ou les problèmes environnementaux ? Le fédéralisme, encore utopique, devra être le fruit de compromis successifs ; et effectivement, certains volets devront être gérés localement, à une échelle nationale ou régionale.

L’autre axe de réflexion, c’est celui de la souveraineté des Etats et de l’enjeu démocratique. Opaque, lointaine, bureaucratique : tant d’adjectifs pour qualifier l’administration européenne qui s’inscrivent également dans la poussée d’euroscepticisme à laquelle elle doit faire face. Pour reconstruire une Europe d’avenir, une profonde remise en question est nécessaire. Cette refondation devra donc, et c’est une nécessité des plus impérieuses, être le produit d’un réel débat à tous les échelons de la société, pour mener à une vraie appropriation de l’Europe par ses citoyens. Le seul moyen de lutter contre le rejet des institutions et de la philosophie européennes, c’est d’en rendre chacun acteur, contributeur et débatteur. La construction européenne a intégré les Etats, il faut maintenant intégrer les peuples. Que les Européens se saisissent de l’Europe ou qu’ils la laissent tomber ! L’Europe de demain sera sociale et démocratique ou elle ne sera pas.

Si la dimension pragmatique est essentielle, il faudra aussi prendre en considération les aspirations des peuples et de leur classe politique, et sans doute même chez les européistes les plus convaincus, un certain patriotisme s’érigera contre la disparition des différences culturelles de chacun. A juste titre : le projet fédéral n’est pas l’effacement de l’héritage de chacune des nations d’Europe, c’est la mise en commun de ce qui nous rassemble, autant dans nos valeurs que dans nos intérêts.

The following two tabs change content below.

Ménélas Kosadinos

Jeune rédacteur, lycéen en terminale dans les Yvelines. Engagé dans le milieu associatif, aime l'écriture et essaye de comprendre le monde.

Comments

  1. Dorian Severin-Eudes

    Antilibéralisme d’extrême gauche? Antifédéralisme?
    Je vous renvoie à Jaurès, et bien plus récemment, à l’initiative Diem25 de Yannis Varoufakis.

Submit a Comment