Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Berlin silencieuse

Berlin silencieuse
mm

C’est une sombre période pour la capitale allemande. Deux jours après l’attaque terroriste revendiquée par Daesh, la place Breitscheidplatz est silencieuse. Berlinois et étrangers sont réunis pour rendre hommage aux victimes.



C’est une place déjà endommagée par la Seconde Guerre mondiale qui a été attaquée. Dominée par l’Eglise du souvenir, la place Breitscheidplatz vivait aux couleurs de Noël depuis quelques semaines, quand l’attentat est survenu lundi soir. Bilan : 12 morts et 48 blessés. Anis Amri, tunisien arrivé en Allemagne en 2015, est actuellement recherché, accusé d’être l’auteur de l’attaque.

Nous nous sommes rendus au rassemblement qui avait lieu près du théâtre de l’horreur ce mercredi en fin d’après-midi.

 

Des berlinois unis

 

Lukas, berlinois de 29 ans, est venu se recueillir avec sa petite amie, trop attristée pour s’exprimer. Il nous parle le visage fermé. « Il n’y a pas de mots pour décrire ce qu’il s’est passé, c’est terrible. Aujourd’hui, nous sommes venus à la commémoration car il nous semble important d’être unis. »
Bien qu’il se sente touché, Lukas garde la tête sur les épaules.

« Je pense qu’on peut être en sécurité partout où l’on va. Je ne sais pas si quelque chose a changé, c’est comme d’habitude, quelque chose peut arriver à tout moment. Il faut continuer de vivre, qu’est-ce que l’on peut faire d’autre sinon ? » 

Habituellement, ce sont de nombreux commerces qui animent le quartier. L’ambiance se veut chaleureuse. On s’imagine bière dans une main et une currywurst – la traditionnelle saucisse au curry – dans l’autre.

Héléna est une commerçante de 27 ans. D’origine italienne, mais devenue berlinoise, elle ne réalise pas vraiment ce qui s’est passé.

« Je ne travaillais pas lundi soir. Ma collègue Alessandra était là et malheureusement elle a tout vu. Elle se sent très mal, elle est choquée, elle ne dort plus depuis. C’est mon premier jour ici depuis l’attentat, hier le magasin était fermé. L’atmosphère est terrible. Il y a un silence inhabituel. Sur cette place il y a toujours beaucoup de monde et de vie. Là, nos cœurs sont brisés. Aujourd’hui Berlin est ma ville, je l’aime et j’aime ses habitants. Ce fut donc un réel choc. Je ne réalise pas vraiment. Il y a beaucoup moins de monde aujourd’hui, personne ne vient dans les magasins. Les gens n’ont pas la tête à ça. »

 

« La vie continue »

 

Si aujourd’hui les visages sont tristes et fermés, la pensée est commune : il ne faut pas s’arrêter de vivre.

Kristoffer est un norvégien de 36 ans, venu en vacances avec ses fils.

« Ça fait quelques jours que nous sommes là. Nous sommes arrivés samedi. Nous étions au marché quelques heures avant l’attaque terroriste. Nous achetions des cadeaux de Noël aux petits stands. Nous avons appris la nouvelle à Alexanderplatz. Nous sommes directement rentrés à l’hôtel pour être en sécurité, mais nous avons décidé de rester à Berlin. Je me sens en sécurité ici. Il y a des hommes de police partout dans la ville et même au sein de l’hôtel. Je pense que c’est l’un des endroits européens les plus sûrs pour le moment. »

Le dispositif de sécurité a été renforcé et les passants le ressentent. Chacun prend le temps de se recueillir mais aucun ne s’arrête de vivre. Les berlinois comme les touristes se sentent en sécurité.

Pierre a 47 ans. Touriste français, il est venu passer Noël à Berlin en famille. « Malgré l’annonce de l’attaque, nous avons maintenu notre séjour afin de témoigner aux berlinois et aux allemands le soutien des français. Même après ces horreurs, la vie continue. »

 
Le silence était le mot d’ordre en ce jour de recueil. Demain, la vie reprendra son cours, accompagnée de pensées pour les familles des victimes.

 

 

 

The following two tabs change content below.
mm

Justine Leblond

Étudiante en classe préparatoire ECE au Havre. Animée par le goût de la découverte.
mm

Derniers articles parJustine Leblond (voir tous)

Submit a Comment