Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

« Dead Landes » : la série catastrophe de François Descraques

« Dead Landes » : la série catastrophe de François Descraques
mm

Si vous traînez un peu sur l’internet, vous connaissez sûrement les créations de François Descraques, l’un des grands noms de la websérie en France. Sa dernière création est une série télévisée diffusée sur France 4 : Dead Landes, les escapés.


 

Au petit camping de l’Escapade dans les Landes, une équipe de journalistes vient faire un reportage sur la fin des vacances quand un cataclysme apocalyptique survient : un tremblement de terre, suivi d’une chute d’objets non identifiés, de colonnes de flammes puis d’un épais et mortel brouillard qui entoure la zone et isole les survivants. Devant les deux caméras des journalistes, les survivants vont devoir se souder pour survivre et comprendre ce qui leur arrive. Les cadavres s’empilent, de vieilles légendes ressurgissent et des événements à la limite du surnaturel se produisent, mettant leur moral à rude épreuve.

 

★★★★☆ – À ne pas manquer

 

Si vous ne connaissez pas le travail de François Descraques, allez tout de suite visionner les quatre saisons du Visiteur du Futur, Les Opérateurs ou Rock Macabre, sa dernière web série sur la chaîne Youtube Frenchball, qu’il a créé avec le collectif Frenchnerd. Car si les webséries françaises ne commencent à avoir du succès qu’en 2008 avec Nerdz ou Noob, en 2009, avec Le Visiteur du Futur, François Descraques a prouvé qu’on pouvait faire une websérie de qualité avec très peu de moyens et une petite bande soudée ; il a ainsi augmenté la portée des webséries françaises et a encouragé de nombreux créateurs à se lancer à leur tour : c’est ce que l’on a appelé l’effet Descraques.

En parallèle de Dead Landes, François Descraques a réalisé une websérie spin-off de cinq épisodes, Dead Floor, diffusée sur la chaîne Youtube Studio 4, qui doit être regardée avant la série TV. Le pitch ? Six jeunes étudiants en médecine sont pris au piège par le cataclysme dans une boîte de nuit landaise, L’Armagedance, et vont tenter de s’en sortir, sans pouvoir communiquer avec l’extérieur. Cette série est vraiment à voir. D’abord parce qu’elle est très courte, donc rapide à binge-watcher : les cinq épisodes de Dead Floor font en moyenne 8 minutes chacun et les dix épisodes de Dead Landes font en moyenne 25 minutes chacun.

Le groupe de survivants dans Dead Landes se compose donc de Michel, patron de L’Escapade, gentil mais un peu naïf et fan de karaoké, son épouse polonaise Nathalia rencontrée sur Internet, Agathe, jeune gendarme motivée mais sous-estimée par tous, Sam, le cuisinier débrouillard du camping qui cherche à rejoindre à tout prix sa famille de l’autre côté du brouillard, Clovis, un survivaliste peu doué, et le père Cohen, prêtre assez mystérieux de la paroisse voisine, ainsi que les deux journalistes anonymes qui filment les événements – parfois relayés par des caméras de surveillance ou d’action.

 

Des personnages travaillés

 

On retrouve aussi des personnages féminins forts. Agathe et Nathalia sont les deux femmes principales du groupe, et ce sont les seules à avoir la tête froide et à ne pas se laisser aller à l’émotion. Nathalia a déjà vécu des situations difficiles en Pologne et raconte en polonais ou en anglais de nombreux événements de son passé en lien avec le présent de la série. Elles sont toutes les deux capables d’user de leur féminité pour détourner l’attention mais aussi de se battre et de réfléchir à des issues pour se sauver. Sam, Michel, Clovis et le père Cohen ne se montrent qu’à de rares occasions « héroïques » au sens classique et souvent plus par le hasard que par leur capacité. Ils ne sont néanmoins pas moins bons que les femmes mais ce ne sont pas des héros tout puissants, qui maîtrisent la situation et qui sauvent la belle en danger (type Rambo, James Bond et autres). Ici, qu’importe son sexe, le personnage est confronté au doute, au chagrin, à la colère et à la peur, il peut flancher ou prendre la tête du groupe : chacun est à égalité. 

 

L’armée loin d’être héroïque

 

Vers la fin de la série, on voit l’apparition d’un groupe de militaires. Leur chef, le capitaine Beaumont, se croit obligé par son statut de tenir ce rôle, absurde dans une telle situation, de héros tout puissant qui maîtrise la situation. En réalité, tout aussi perdu que les autres survivants, ses décisions se révèleront dangereuses et stupides. Sa façade omnisciente est bien vite percée à jour par Agathe, Nathalia et Sam, alors que Michel fraternise avec lui et lui ouvre son camping. Si l’on voulait pousser plus loin, on pourrait voir une critique du pouvoir des militaires et de l’armée française, « la Grande Muette » : le capitaine Beaumont refuse en effet de révéler quoi que ce soit aux autres, en partie parce qu’il ne sait rien, mais aussi parce qu’il « attend les ordres » et qu’il ne veut rien révéler à des civils. Il n’hésite pas à les emprisonner « pour leur propre sécurité » et est prêt à sacrifier ses hommes et les civils s’il le faut.

 

Un cataclysme réaliste

 

Le cataclysme est très bien traité et très bien représenté à l’écran : François Descraques a expliqué dans les making-of qu’il a souhaité le rendre réaliste. Par exemple, les personnages sont couverts de poussière, leurs vêtements sont sales, ils sont fatigués et à bout de nerfs, contrairement à d’autres séries traitant du même sujet où les personnages semblent sortir de leurs lits moelleux et leurs vêtements, avoir été repassés la veille. Ici, les gens sont blessés, les bâtiments sont sales et abîmés, les vêtements sont perdus ou en sale état : tous vivent les événements, ils ne se contentent pas d’évoluer dedans comme des inconnus.

 

L’aura mystérieuse et surnaturelle

 

Toute la série est entourée d’une aura mystérieuse et fantastique. Très liée à de vieilles croyances populaires et à une malédiction étrange, les personnages évoquent à plusieurs reprises une secte qui s’est détruite dans un suicide collectif (ce qui fait un parallèle avec les sectes américaines comme Heaven’s Gate), dont en a réchappé un seul enfant inconnu. Le brouillard est lui aussi très mystérieux : il est capable de se déplacer, il semble être mortel sans qu’on en sache plus : Julien, petit ami d’Agathe et animateur au camping, l’a traversé ainsi qu’une famille de campeurs et cela a semblé être très douloureux avant qu’ils ne disparaissent, happés par la brume. Le brouillard diffuse aussi des ondes électriques et brouille les communications. Il semble aussi agir sur les esprits des gens qui s’en approchent de trop près. C’est un danger duquel les survivants tâchent de rester éloignés.

Le danger peut être aussi beaucoup plus concret : avant le cataclysme, la police recherchait deux braqueurs en fuite, qui, potentiellement, peuvent se trouver à l’intérieur du cercle formé par le brouillard. Un tueur rôde également dans les parages, laissant derrière lui des jeunes femmes mortes avec une spirale gravée dans le dos, les mêmes qui se retrouvent sur les arbres de la forêt des Landes. Cette spirale est reliée à cette secte et aux vieilles croyances populaires de la région.

 

Le spin-off web

 

François Descraques a commencé par le web : c’est donc logique qu’une partie de sa série soit postée et à destination du web. Dead Floor a un casting d’acteurs beaucoup plus “web“ : Antoine Daniel, vidéaste sur Youtube connu pour son émission What The Cut, Flober et Julien Josselin, acteurs du collectif web Golden Moustache, Clara Doxal, youtubeuse et actrice dans la précédente web série de François Descraques Rock Macabre. De même, la caméra est ici un live sur l’application Périscope, application bien connue sur le web et utilisée par beaucoup de célébrités pour interagir avec leur communauté. L’histoire se passe dans une boîte de nuit un peu miteuse (comme le camping de L’Escapade en faillite), L’Armagedance, où toute une classe d’étudiants de médecine fêtent la fin de leur première année. A la fin de la soirée, sept jeunes et le patron de la boîte subissent le tremblement de terre et l’apparition du brouillard qui engloutit progressivement le lieu.

 

Une série maîtrisée

 

Côté réalisation, François Descraques montre ici un certain talent pour le found footage : les caméras sont intégrées à l’histoire, les personnages parlent aux journalistes dans Dead Landes ou, dans Dead Floor, à Max, un des six étudiants, qui tient le téléphone. D’autres caméras peuvent être utilisées : des caméras sur les casques des soldats, une caméra numérique ou des caméras de vidéosurveillance.

Cependant, même si l’histoire semble dramatique, l’écriture et le casting, très orienté vers l’humour, désamorcent les moments de tension trop forte. Le casting de Dead Landes mélange des humoristes de la scène française comme Thomas VDB, Baptiste Lecaplain ou Yacine Belhousse, des acteurs comme David Salles qui ont des affinités avec le milieu web (il a entre autres joué dans la web série Le secret des Balls sur la chaîne Youtube Frenchball, mais aussi chez Golden Moustache ou chez Studio Bagel), mais aussi des acteurs sans aucun rapport avec le web. La diversité du casting apporte une diversité de ton et de style, sans jamais entacher la qualité de jeu des acteurs ou de la série.

L’écriture est très bien maîtrisée et garde le suspense jusqu’au bout. La cohérence ne se perd pas et la qualité des dialogues ne s’essouffle pas et se maintient tout au long des quinze épisodes (en comptant Dead Landes et Dead Floor).

 

François Descraques prouve donc qu’avec ou sans moyen, tant que le talent et la motivation des équipes est présent, le produit final est de qualité. Dead Landes et son spin-off web Dead Floor forment une série incroyable : sans jamais tomber dans les clichés de la série post-apocalyptique, elle garde un ton unique, entre drame et comédie, avec des acteurs de talent, une écriture et une réalisation maîtrisées. Les personnages sont tous égaux, hommes ou femmes, et la diversité de casting fait plaisir à voir : les héros ne sont pas stéréotypés et se comportent comme des gens normaux face à une situation qui les dépasse. Le final surprend totalement, bouscule nos certitudes et nous laisse plein de doute et de perplexité. A quand la saison 2 ?

The following two tabs change content below.
mm
Khâgneuse spé H/G. Mi-bretonne mi-parisienne. Amatrice de séries et amie des chats. Nez dans les bouquins et yeux sur un écran.

Submit a Comment