Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

One Comment

XV de France : Deux défaites mais des promesses

XV de France : Deux défaites mais des promesses
mm

Au cours de sa tournée d’Automne, le XV de France a perdu deux de ses trois matchs (contre l’Australie et la Nouvelle-Zélande). Pourtant, ces courts revers face aux derniers finalistes de la Coupe du Monde sont porteurs d’espoirs. Bilan et analyse des performances des rugbymen français.


 

Une large victoire (52-8) contre un adversaire assez faible (Samoa) puis deux défaites d’un cheveu contre l’Australie (23-25) et la Nouvelle-Zélande (19-24). Sur un bilan purement comptable, le constat serait négatif. La réalité est néanmoins tout autre. En effet, il y a un peu plus d’un an face à ces mêmes All Blacks, l’équipe alors dirigée par Philippe Saint-André avait encaissé une défaite record (13-62) en quart de finale de Coupe du Monde. Bien sûr, le chantier n’est pas abouti et il reste quelques faiblesses pour que cette équipe puisse redevenir compétitive au très haut niveau. Mais les Bleus partent de tellement loin…

 

Une attaque retrouvée, des trois-quarts au niveau

 

En effet, la sélection désormais dirigée par Guy Novès a réussi son pari : redevenir conquérante, et surtout offrir de belles séquences avec des trois-quarts très en vue. La barre des cinquante points atteinte face au Samoa n’avait plus été dépassée depuis sept ans. Onze essais ont été inscrits en trois matchs, contre seulement sept encaissés. Les ailiers d’origine fidjienne Noa Nakaitaci et Virimi Vakatawa ont été très en vue, bien servis par la paire de centres clermontoise Fofana – Lamerat.

Au niveau de la charnière, la problématique semble néanmoins encore se poser. En effet, faute de blessures ou de méformes, l’axe demi de mêlée – demi d’ouverture n’a jamais pu être renouvelé. Si le Racingmen Maxime Machenaud a débuté tous les matchs en 9, le poste d’ouvreur a vu débuter Trinh-Duc (Toulon), Doussain (Toulouse) puis Lopez (Clermont). Le premier venu a rechuté lors du premier affront (fracture du bras), et les deux autres ne se sont pas montrés à leur avantage. Enfin, le jeune joueur de Bordeaux Bègles (22 ans) Baptiste Serin, a remplacé avec brio Machenaud à la mêlée en fin des matchs, délivrant une passe incroyable à Picamoles lors de l’essai face à la Nouvelle-Zélande.

 

 

Des avants mobiles, mais perfectibles

 

Le paquet d’avants a de son côté montré une bonne image, même si quelques manques importants à ce niveau viennent ternir le bilan. En effet, des problèmes récurrents en touche (contre les All Blacks) ou sur les rucks (contre l’Australie) entachent une tournée qui reste globalement positive. C’est la troisième ligne qui s’est montrée la plus performante, avec notamment la révélation de cette tournée d’Automne : Kevin Gourdon. Très actif en attaque comme en défense, le Rochelais méconnu du grand public a sorti trois grosses prestations qui lui permettront sans doute de conserver sa place parmi cette équipe pour les prochaines échéances.

À ses côtés, Charles Ollivon et Louis Picamoles ont eux aussi tenu leur rang, marquant un essai chacun. La seconde ligne a également tenu son rang, comme les piliers. Petite déception pour le talonneur Guilhem Guirado, qui sans être mauvais n’a pas eu le même impact qu’à l’accoutumée sur les performances de son équipe.

Toujours des bémols…

 

Grande faiblesse du XV de France depuis plusieurs années, le jeu au pied a une fois de plus été défaillant. Au total, 8 points ont été laissés en route contre l’Australie, qui auraient permis à notre sélection nationale de l’emporter. Avec François Trinh-Duc, Jean-Marc Doussain puis Camille Lopez alignés à l’ouverture, cette option n’était clairement pas privilégiée par Guy Novès, malgré la précision (perfectible) de Maxime Machenaud.

Surtout, le problème majeur des Tricolores a été l’inefficacité. Contre les All Blacks, les chiffrent suffisent pour établir le terrible constat. La ligne défensive adverse a été franchie dix fois, pour un seul essai. Au contraire, les Néo-Zélandais ne l’ont fait que trois fois, pour autant d’essais. Trop souvent, de superbes actions d’envergure se sont conclues par un en-avant ou une pénalité bêtement concédée à l’orée de l’embut adverse. Des erreurs à gommer absolument pour bien figurer lors du Tournoi des VI Nations, qui aura lieu dans trois mois.

Photo d’illustration : http://www.lexpress.fr/actualite/sport/rugby/video-les-bleus-n-ont-pas-tremble-face-au-haka-des-all-blacks_1854432.html

The following two tabs change content below.
mm

Elio Bono

Étudiant en 1ère année à Sciences Po Paris (campus de Poitiers). Grand amateur de politique française et internationale mais aussi d'économie et de sport

Comments

  1. Le dabe

    Article impeccablement rugbystique, analyse fine malgré quelques envolées cocardieres que l’expérience et la maturité tempereront sans doute ! Continuez jeune homme, antoine blondin et patrick esoagnet vous regardent !

Submit a Comment