Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

2 Comments

Benoit Hamon, le Bernie Sanders français?

Benoit Hamon, le Bernie Sanders français?
Claire Lebrun

Dans la soirée du 19 janvier a eu lieu le dernier débat précédant le premier tour de la Primaire de la Belle Alliance Populaire. À la troisième ‘’support party’’ de Benoit Hamon, les militants saluaient une campagne victorieuse, principalement sur les idées.


Au 10 place de la bataille de Stalingrad, le 25°Est fait salle comble en faveur du candidat du revenu universel. Les jeunes avec Hamon sont nombreux, assis devant, à la fois concentrés à tweeter et galvanisés par une ambiance privilégiée. La montée en puissance ne faiblit pas, selon le spécialiste data ‘’Hamon est le candidat le plus recherché sur Google depuis début janvier’’. Sofiane, 23 ans et dans l’équipe de campagne confirme que ses propositions sont ‘’dominantes’’ dans le débat et que ‘’comme Bernie Sanders, il a été le candidat du renouvellement des idéaux de gauche’’.

 

Le renouveau de la gauche ?

Benoit Hamon ne se présente pas comme ‘’un homme providentiel’’ mais il porte des idées qui le sont à l’égard de la gauche déçue par les machiavels. Pour un militant, ‘’Il a imposé à l’agenda politique de nouvelles idées, ce qui semblait utopique.‘‘ Lolita, 22 ans, étudiante en relations internationales à la Sorbonne, définit Benoit Hamon comme le candidat ‘’humaniste’’ ; ‘‘il incarne un projet plus proche des valeurs humaines et de justice sociale qui sont celles de la gauche et les miennes.’’

 

Benoit Hamon le précisait dans son face à face avec Libération, il s’est penché sur le programme de Bernie Sanders, le candidat démocrate des élections américaines, et y a pioché des idées, comme la constitutionnalisation des communs (biens communs : sol, air, vivant et eau). Challenger, féministe, ‘’différent’’ de ses adversaires sur les idées (revenu universel, légalisation du cannabis, reconnaissance de la Palestine), les deux hommes multiplient les points communs. Ils incarnent une troisième voix qui fait envie.

 

Emma, consultante, précise qu’elle n’est pas encartée au Parti Socialiste et qu’elle ne sait pas pour qui voter si Benoit Hamon ne passe pas : ‘’C’est la seule personne que je vois dans le débat public en France annoncer des mesures porteuses d’espoir pour les nouvelles générations. On a vu la différence entre les tenants du PS conservatiste (sic). Il s’est fait tailler en pièce. Il a résisté.’’

 

Laura Slimani, ancienne présidente du Mouvement Jeune Socialiste et soutien de Benoit Hamon défendait le candidat sur France Info hier soir notamment sur le revenu universel ; ‘’Benoit Hamon est convaincant car il ne dévie pas de sa trajectoire. J’espère que l’essai se transformera dans les urnes dimanche’’

 

Présidentiable ?

À la fin du débat, les sondages de BFMTV défilent sur le grand écran, chacun ovationné par les militants qui voient leur candidat en tête de course. Mathieu Hanotin, directeur de campagne de Benoit Hamon, manifeste la joie d’une victoire de match. Romain Bruno, étudiant en droit et membre de la campagne, est gagné par l’émotion, ‘’personne ne les attendait au tournant’’ et pourtant ; ‘’la tendance ne s’est pas inversée.’’

 

Le ton plus grave, la posture réfléchie, Benoit Hamon s’est d’avantage affirmé que dans les précédents débats. À l’instar de François Fillon, la figure inattendue des primaires s’est ‘’présidentialisée’’. Mais l’intéressé ne s’emballe pas ; ‘’C’est mieux de sortir vainqueur, et à la fois ça ne veut pas dire grand chose. Je ne peux pas dire ‘Macron est champion des sondages, pas des votes’ et en même temps, me réjouir des bons sondages. Je sais la fragilité de tout ça. Je suis content mais je ne me monte pas la tête.’’ Pragmatique ? Il confirme : ‘’C’est mes idées qui ont fait la différence, elles sont neuves. Il apparaît clairement une voie nouvelle à côté de voies classiques.’’

 

Les urnes priment sur les sondages, et surtout sur Emmanuel Macron, un sérieux concurrent qui attend l’élu socialiste. Durant le débat, les candidats l’ont tâclé frontalement pour la première fois. Lorsqu’Arnaud Montebourg termine un plaidoyer offensif rappelant que l’ancien Ministre de l’économie n’a pas de programme, la salle exulte. Un militant défend : ‘’Macron et Mélenchon font une aventure personnelle, ils ont une conception personnaliste de la démocratie. Si Benoit Hamon ou Arnaud Montebourg étaient choisi, ce serait plus en phase avec les valeurs collectives de la gauche.’’

 

Selon un sondage Elabe, Benoit Hamon a été jugé le plus convaincant à 29% des téléspectateurs, et à 34% par les sympathisants de la gauche, corps électoral de ces primaires. Il est suivi par Arnaud Montebourg à 28% et par Manuel Valls à 21%. Le match s’annonce serré. Pour les résultats, rendez-vous le 22 janvier.

The following two tabs change content below.

Claire Lebrun

En Master Histoire Afrique et Moyen Orient à la Sorbonne Paris 1. Mémoire sur les relations diplomatiques franco-saoudiennes.

Comments

  1. Tim

    C’est un peu facile d’avoir assumé un ministère dans un gouvernement voué à l’échec puis de revenir montrer patte blanche.
    Hamon n’a pas de crédibilité.
    Son revenu universel n’est pas universel, c’est juste un abaissement du RSA.
    Hamon disait quoi en tant que frondeur de Hollande ?
    Rien. Il votait les budgets d’austérité comme tous les moutons suivent le berger.
    Je ne parle pas de son charisme car ce serait une attaque ad hominem, mais je n’en pense pas moins.

    Dernier point, non, Benoît Hamin n’a rien d’un Sanders qui ne trahi pas. Ou si Hamon ressemble à Sanders, c’est par la défaite aux primaires qu’il va subir.

    Le plus drôle serait de voir Hamon soutenir Valls si celui ci gagnait la primaire.

    En tous cas, pour moi un Sanders est caractérisé par 5 choses :

    1. L’appui des jeunes (Hamon convainc à peine le MJS et quelques autres parisiens)

    2. Le déplacement des foules (Ceux qui déplacent sont Macron et Melenchon)

    3. Un programme progressiste : démocratie, social et écologie (Ok pour Hamon mais Melenchon fait mieux)

    4. La sincérité (Très peu pour Hamon)

    5. Le combat contre l’oligarchie (Peut-être un peu, mais je ne veut pas m’avancer vu les relations de long terme de Hamon dans les entrailles du PS)

    • Kévin

      Merci d’avoir aussi clairement remis en cause un titre d’article si caricaturalement orienté et faux.

Submit a Comment