Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Mondial de handball : la France pour une sixième étoile à domicile ?

HANDBALL - GOLDEN LEAGUE BERCY 2016 Photo Stephane Allaman / DPPI
mm

Les championnats du monde de handball masculin organisés en France débutent mercredi à 20h45 avec France-Brésil en ouverture. Favoris, attentes, nouveautés, organisation : tour d’horizon des différents enjeux.


 

Une couronne à conserver pour la France

 

La France, nation la plus titrée de l’histoire du handball, remet son titre mondial en jeu. Mais elle est aussi et surtout là pour reprendre, devant son public, la suprématie internationale, suprématie perdue depuis des championnats d’Europe 2016 manqués et des Jeux Olympiques ponctués d’une « simple » médaille d’argent. Oui, simple médaille d’argent, car pour les Experts, le seul métal qui vaille est bien l’or. Nous les avons laissé en août dernier à Rio, défaits en finale par des Danois au sommet de leur art qui n’avaient offert guère de chances aux tricolores. Quand d’autres auraient exulté l’argent autour du cou, nos Experts eux, bien amers d’un métal qui déroge à leurs habitudes, pensaient déjà au mois de janvier 2017. Quelques semaines après, Claude Onesta, sélectionneur emblématique et artisan génial des victoires passées, laissait sa place à celui qui fut sous ses ordres comme joueur, et à ses côtés comme adjoint, Didier Dinart. Pour sa première compétition officielle en tant que sélectionneur, Didier Dinart aura donc comme mission de remettre l’église au centre du village, la France sur la plus haute marche du podium, et ce, devant le public français. La pression sur ses épaules est forte, d’autant plus que la victoire finale ne pourra se faire sans panache et talent : les adversaires sont nombreux. Outre le nouveau sélectionneur, une grande nouveauté fait son apparition : l’arbitrage vidéo. Les arbitres pourront en effet demander son aide en cas de litiges sur la validité d’un but, sur la gravité d’une faute, pour une faute de changements, ou pour corriger la cible d’une sanction en cas d’erreur. Par ailleurs, la formation arbitrale française sera fièrement représentée avec deux binômes, dont un féminin.

 

Qui pour embêter la France ?

 

Parmi les favoris, un quatuor se dessine, comptant dans ses rangs la France bien sûr, le Danemark champion olympique en titre, l’Espagne vice-championne d’Europe en 2016, et l’Allemagne qui revient tambour battant depuis deux ans sur le haut de la scène internationale. Portée par ses joueurs stars, par un collectif rodé – à peu de choses près le même qu’à Rio –, et par un public qui rêve de voir ses idoles gagner à domicile, la France reste indéniablement grande favorite avec le Danemark. Le Danemark reste sur un brillant titre olympique obtenu avec la manière face à leurs meilleurs ennemis français. Mais plus qu’un titre, c’est une euphorie qui les pousse. Ils sont enfin parvenus à terrasser leurs bourreaux. Et la génération meurtrie de 2014, humiliée chez elle par un terrible 41-32 en finale du l’euro, rêve d’infliger pareil sort aux bleus. Pour perturber le duo, l’Espagne se dresse et semble plus forte et plus sûre d’elle-même qu’aux dernières échéances. Elle est plus expérimentée et a pris note de ses erreurs de 2016 qui lui ont coûté le titre européen en finale face à l’Allemagne. L’Allemagne justement pourrait être le gros coup de ce mondial. Après une période difficile où la fédération a fait le choix de repartir à zéro pour tout reconstruire avec une nouvelle génération, la Mannschaft pourrait bien voir son pari gagnant. Absente du mondial 2015 au Qatar, mais championne d’Europe l’année dernière, la jeune équipe allemande, tirée par l’esthète Gensheimer qui n’en finit plus d’éblouir les fans de handball depuis son arrivée au PSG, espère bien frapper fort en 2017.

Fêter le handball et préparer 2024

 

La dernière compétition de handball masculin en France remonte à 2001, c’était déjà le mondial, et la France était titrée en finale face à la Suède. Depuis, plus de 15 ans ont passé et le handball a totalement changé de dimension. Qui aurait imaginé il y a 16 ans le championnat de France de handball diffusé sur une grande chaîne de sport ? Les matches de l’équipe de France animés sur TF1 par un commentateur vedette ? Voir à la télévision, plusieurs fois par jour, une pub de constructeur automobile ventant son soutien aux handballeurs ? Avec les Karabatic, Omeyer, et autres Hansen, les handballeurs professionnels, Français en tête, sont de véritables stars aujourd’hui. Ils n’ont certes pas encore l’aura des footballeurs ou des rugbymen, mais ils sont passés de quasi anonymes à stars du sport en quelques années. Néanmoins, le handball reste considéré encore aujourd’hui comme un sport mineur, mais il est beaucoup plus médiatique qu’avant. Mais cela implique des choses. Le mondial 2017 en France sera bien loin de l’envergure du mondial organisé 16 ans plus tôt. L’organisation a nécessité énormément de travail et de moyens de la part de la FFHB qui a tout mis en œuvre pour ce qu’elle veut être une fête du handball dans le pays qui domine la discipline depuis plus de dix ans. Elle a essayé de couvrir au mieux le territoire, de Rouen à Montpellier en passant par Metz, Nantes et Paris. Elle va organiser avant le match d’ouverture une cérémonie d’ampleur conséquente pour le handball, avec notamment le DJ français FEDER. Mais surtout, si l’organisation de cet événement a été si bien étudiée, c’est avec dans le viseur l’objectif de Paris 2024. Ce n’est pas l’Euro de football, les enjeux de gestion et de sécurité sont moindres, mais dans l’optique de la candidature, rien ne peux être laissé au hasard. Toutes les compétitions sportives organisées en France doivent être une réussite : une compétition ratée est une épine dans le pied de la candidature, une compétition réussie est un coup de projecteur. C’est pourquoi les instances du sport français ne peuvent se permettre de faux pas. Il reste cependant une interrogation qui pourrait se transformer en déception : l’affluence dans les salles. Si les matches de l’équipe de France ne semblent pas poser problème, il en est autrement pour les matches opposants des nations mineures, en témoigne les innombrables mails de promotions et autres ventes flash reçus par les licenciés.

 

Les bleus donneront tout pour accrocher une sixième étoile à leur maillot. Quant à vous, vous pouvez encore participer à la fête, les derniers billets sont toujours en vente !

Photo d’illustration : Copyright HANDBALL – GOLDEN LEAGUE BERCY 2016 Photo Stephane Allaman / DPPI.

The following two tabs change content below.
mm

Louis Faurent

Étudiant à Sciences Po Bordeaux, passionné par le sport, le cinéma, et l'actualité en tout genre.
mm

Derniers articles parLouis Faurent (voir tous)

Submit a Comment