Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

One Comment

Décodex : comment vérifier l’information ?

Décodex : comment vérifier l’information ?
Ménélas Kosadinos

Le Monde a lancé la semaine dernière « Décodex », un outil qui permet d’évaluer la fiabilité d’un site Internet. L’objectif est de lutter contre les fausses informations et les sites complotistes, de plus en plus relayés sur les réseaux sociaux. Quels sont les enjeux d’une vérification de masse de l’information ?


 

 

Le fléau de l’intox sur Internet

 

Internet a permis l’émergence d’une multitude de projets indépendant qui sont une richesse pour l’information : médias collaboratifs, partage d’information sur les réseaux sociaux, possibilité pour chacun de s’exprimer… les avancées sont nombreuses. Cette formidable démocratisation a également son revers de médaille : chacun peut écrire et diffuser de l’information sans vérification. Ainsi, les sites diffusant des mensonges, des théories conspirationnistes ou qui font passer des opinions pour de l’information impartiale se sont multipliés, avec une adhésion notable aux théories d’extrême-droite. Par exemple, des sites anti-avortement adoptent la façade la plus neutre possible pour diffuser leur point de vue, visage masqué.

Ces informations risquent ensuite d’être massivement relayées sur les réseaux sociaux et considérées comme fiables par n’importe quel internaute peu attentif qui la voit passer dans son fil d’actualité. Dans un contexte de défiance et de critique à l’égard des médias traditionnels – sur leur indépendance, à qui ils appartiennent –  certains sites se font chantres de la « ré-information », terme particulièrement apprécié des sites de la fachosphère qui se voient en lutte contre le système tout entier.

C’est précisément pour contrer ces phénomènes que Le Monde a dégainé « Décodex ». Sous la forme d’une extension pour navigateur ou d’un moteur de recherche, cet outil indique la fiabilité du site à l’aide de pastilles colorées : vert si le site est fiable, orange en cas d’ambigüité, rouge pour les sites relayant des mensonges, de la propagande, etc. En cas de site non-répertorié, Décodex invite ses utilisateurs à enrichir la base de données en soumettant le lien d’un site d’information. En outre, Décodex précise l’orientation politique du média quand il en a une clairement définie, et le propriétaire de ce média, information qui a son importance.

 

Les limites de Décodex

 

Le fait que l’outil de vérification de l’information émane d’un grand média comme Le Monde limite obligatoirement son ampleur. Il permettra certes d’informer une partie de la population qui navigue et se retrouve parfois aléatoirement sur un site mensonger. Mais il ne permettra pas d’ébranler les certitudes de ceux qui prennent la presse conspirationniste pour argent comptant : aux yeux de la plupart d’entre eux, Le Monde est un média « du système » et n’a donc aucune crédibilité à distribuer des bons points aux uns et aux autres. Au final, la pastille rouge de Décodex deviendra pour ces espaces d’Internet un gage de dissidence, comme une médaille accordé à celui qui a combattu l’ennemi, le fameux système.

 

L’objectif ici n’est pas de condamner l’outil Décodex : il reste un outil utile pour une part non-négligeable d’indécis qui se laissent parfois avoir par une intox. Décodex appelle lui-même ses utilisateurs à faire un travail critique en concluant ses verdicts par « N’hésitez pas à confirmer l’information en cherchant d’autres sources fiables ou en remontant à son origine. » En réalité, c’est cet aspect de l’initiative qui paraît le plus intéressant. Le Monde souhaite proposer des ressources pédagogiques pour s’engager dans l’éducation à l’information ; c’est sûrement là le cœur du sujet.

 

Qui doit contrôler la véracité de l’information ?

Quand les rubriques de désintox ont pour habitude de déconstruire un fait mensonger en le confrontant à la réalité, la vérification de masse détermine globalement qui est légitime à diffuser une information et qui ne l’est pas. Dès lors, une question se pose : qui doit s’assurer de la véracité de l’information ? Si les médias jouent un rôle important dans cette mission, l’explosion des contenus mensongers, conspirationnistes et des faits alternatifs est la preuve même qu’ils n’en sont pas totalement capables. Une source d’information est-elle légitime à juger d’autres sources d’information ? Peut-être, mais avec un impact limité.

D’autres acteurs s’activent par ailleurs à contrôler les informations, notamment parce qu’ils contribuent à les diffuser et les héberger. Les géants du numérique ont aujourd’hui un poids décisif dans la diffusion de l’information et un simple changement d’algorithme peut modifier les articles qui apparaissent au lecteur. Sans verser dans un catastrophisme de science-fiction totalitaire, il faut garder à l’esprit que les grandes entreprises (Google, Facebook, etc.) comme les médias – qui appartiennent souvent à des grands groupes industriels ou financiers – ont aussi leurs intérêts propres et bien compris, qui ne collent pas nécessairement avec l’intérêt général.

Le contrôle de l’information ne peut donc pas leur être totalement délégué, comme une béquille à notre sens critique. Au contraire, il faut développer l’initiative citoyenne autour des médias et de l’information, des thèmes plus cruciaux que jamais. A commencer par contester la détention des principaux titres de la presse française par des hommes d’affaires et des industriels richissimes. Mais aussi en développant massivement l’éducation aux médias pour développer l’esprit critique du plus grand nombre, d’abord par l’école.

           

 

Cela soulève donc la question du contrôle de l’information : qui doit en être le gardien et pour quoi faire ? Si chacun peut apporter sa pierre à l’édifice, c’est par une appropriation populaire de l’information que saura recréer un espace public commun nécessaire pour faire société. Avec pour seul moyen l’éducation.

The following two tabs change content below.

Ménélas Kosadinos

Jeune rédacteur, lycéen en terminale dans les Yvelines. Engagé dans le milieu associatif, aime l'écriture et essaye de comprendre le monde.

Comments

  1. Jean Luc Calleri

    J’ai installé « Decodex » il y a deux semaines… C’est formidable! Je sais exactement comment appréhender l’information:
    – Vert= Propagande à éviter
    – Orange: presque fiable
    – Rouge: la bonne info

Submit a Comment