Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

One Comment

Ce que cache la journée de « la femme »

Ce que cache la journée de « la femme »
mm

Le détournement commercial de la journée des droits des femmes fait tomber aux oubliettes ses véritables objectifs.


Vous avez loupé la St Valentin ? Pas de panique la journée du 8 mars, journée de la femme est là pour vous rattraper et offrir un cadeau à votre douce. Depuis une semaine les promos sur les fleurs, lingeries, vêtements et autres produits stéréotypés féminin pleuvent un peu partout. Ce 8 mars-ci, celui qui promet des réductions de -20% à coup de grandes affiches roses parasite une journée de lutte internationale.

 

 

Mais il y a erreur. Les promos alléchantes instrumentalisent la journée internationale des droits DES femmes.

 

La journée de la femme n’existe pas

 

Reconnue depuis 1975 par l’ONU, cette journée a pour objectif de mettre en exergue les conditions des femmes dans le monde et de sensibiliser la société civile. Une manière de rappeler que l’égalité hommes-femmes n’est pas encore atteinte.  En effet, en France tous temps de travail confondus, les femmes touchent au total un salaire 25,7 % moins élevé que celui des hommes ou, dit autrement, les hommes gagnent 34,6 % de plus que les femmes, selon les données du ministère du Travail. Plus on s’élève dans la hiérarchie des salaires, plus les écarts sont grands. En équivalent temps plein, les femmes cadres touchent en moyenne 26,3 % de moins que les hommes cadres. Un écart inquiétant.

S’il est certain que l’égalité des genres avance – et fort heureusement – cette progression est encore trop faible. Dans la sphère politique par exemple, la loi de juin 2000 sur la parité a contribué à une meilleure représentation féminine dans les exécutifs nationaux et locaux. Mais seulement 26,9% de femmes siègent à l’Assemblée nationale. A ce rythme, l’égalité sera atteinte en 2186 selon le rapport du Forum économique mondial. Une date apocalyptique bien loin d’être atteinte.

En vu de ces chiffres, la journée du 8 mars n’est donc pas le prolongement des soldes d’hiver mais la volonté de réaffirmer ces droits. Il ne s’agit pas non plus d’une journée « d’un sexe fort » qui aurait pour but d’asservir son envie de domination sur le sexe masculin. La journée des droits des femmes existe pour nous mettre en alerte.

 

Utilisation sexiste

 

Pire que de se servir de cette journée à des fins commerciales, les marques réitèrent la banalisation du sexisme, ce contre quoi la journée du 8 mars lutte. Doit-on encore le rappeler ?  La femme n’existe pas. Il s’agit d’un concept inventé, qui admet un ensemble de stéréotypes. « La femme », cette muse, à la fois forte et sensible, courageuse et timide est une aberration. Dans la réalité, les femmes sont diverses et variées. Dès lors, l’utilisation du pluriel a un sens et permet de regrouper toutes les femmes et toutes leurs conditions confondues. L’utilisation du singulier par ces pubs contribue à construire un imaginaire collectif de « la femme » celle qui est ravie de pouvoir se doter de nouveaux ustensiles de cuisine.

C’est cette utilisation des clichés sexistes que le 8 mars dénonce. Si les femmes sont encore à quelques années  de parvenir à une égalité réelle c’est à cause d’un sexisme ambiant, de ce plafond de verre, par définition invisible, pour lequel ces affiches participent.

Vous reprendrez bien un peu de droits avec vos tulipes ?

 

The following two tabs change content below.
mm

Alizé Boissin

Etudiante bordelaise, aimant partager des cannelés et des idées avec la e-communauté

Comments

  1. Timothé Perrier

    « L’existence précède l’essence » disait Sartre, sa camarade de vie Simone de Beauvoir, figure du féminisme contemporain l’a traduit à sa manière : elle disait « on ne naît pas femme on le devient ».
    J’aime beaucoup ton article, il m’a permis de découvrir un aspect de la journée de la femme que je ne soupçonnais même pas, tellement cette instrumentalisation me parait insensée en ce 8 mars.

Submit a Comment