Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

« franceinfo », ou la réussite d’un média global encore tout jeune

« franceinfo », ou la réussite d’un média global encore tout jeune
mm

Depuis début septembre 2016, la chaîne de télévision franceinfo: est diffusée sur les smartphones, tablettes, ordinateurs ou encore téléviseurs. Des articles, des interviews, des émissions, des « modules », tout est disponible. Depuis l’arrivée de la télévision, la radio est de plus en plus écoutée ou écoutée de nouveau.


 

Une réussite pour les équipes du 5/7 de la radio

 

C’est avec une grande fraîcheur dans la voix qu’Alexis Morel ouvre les volets de la radio France Info tous les jours, tôt pour certains, tard pour d’autres « L’info à 5h, c’est avec Jean-Christophe Martin, bonjour ! » lance-t-il. Avec une connaissance parfaite du conducteur, la matinale 5h-7h se porte à merveille. La deuxième heure d’émission, entre 6 heures et 7 heures est en augmentation régulière sur un an.

Selon le présentateur, Alexis Morel, avec qui nous avons pu nous entretenir, « la tranche marche bien car on a beaucoup de rendez vous différents. Il y a beaucoup de direct assez tôt avec deux invités, on a des chroniqueurs : Emmanuel Cugny, Philippe Duport et Guy Birenbaum. Moi j’essaye de mettre de la convivialité, nous dit-il. L’objectif du 5/7, c’est de bien lancer le 7/9 derrière, il faut être sur une dynamique pour l’arrivée de Fabienne [ndlr : F. Sintès] à 7 heures ». 0,2 % de part d’audience à l’ouverture d’antenne à 5h puis 1,1 % à 7h ; il s’agit d’une très bonne réussite pour l’équipe.

 

Photos : Christophe Abramowitz

 

Un média global au sein du PAF, une grande première

 

La force de franceinfo, c’est la « mutualisation, la globalisation, nous confie Bintily Diallo, journaliste à la radio et à la TV, c’est une offre globalisée donc ça donne une réelle force de frappe. La preuve, les audiences radio montent, le site internet n’a jamais été aussi bien. Le nom franceinfo est entendu trois fois plus, ça apporte une dynamique ».

En effet, disponible sur mobiles et sur tablettes avec l’appli, sur internet avec le site, cela représente presque 60 millions de visites pendant la vague d’audience réalisée en décembre 2016. Extrêmement réactive et suivie sur les réseaux sociaux, la station radio cumule 4 758 000 auditeurs et « signe sa meilleure audience depuis huit ans », comme le spécifiait un jingle spécialement créé. Cette globalisation de l’information a participé à la réussite de cette offre, avec, nous venons de le voir, des augmentations extrêmement encourageantes pour la radio (qui fête ses 30 ans cette année) et pour le site.

 

La création de la télévision a été source d’inquiétude

 

Malgré la méfiance des équipes de la radio lors de l’annonce, en septembre 2015, de l’arrivée d’une télé avec le nom « France Info », la coordination se fait de plus en plus et de mieux en mieux entre les différentes rédactions. « Au début, il y a eu de la surprise, de l’étonnement. Bien sûr qu’à la radio, ils sont inquiets de la voir disparaître au profit de la télé, c’est d’ailleurs pour ça qu’il y a eu une grève il y a quelques semaines, on ne peut pas s’en cacher » poursuit Bintily Diallo.

Une inquiétude grandissante du côté de Radio France, franceinfo a vécu une grève « inédite » (le 15 décembre dernier) en raison d’un désaccord avec la TV. En effet, la direction souhaitait que les titreurs prennent en charge la présentation des journaux de « 30 », diffusés à la fois à la radio et à la télé. Cela mettait donc de côté les présentateurs de la radio. Ensuite, a été imaginé que ce soit ces mêmes présentateurs qui fassent les journaux de 30 en TV et en radio sans être filmés. Au final, il a été décidé que ce soit les titreurs qui prennent en charge les journaux de 30 mais seulement à la TV.

Deuxième point de difficulté et d’inquiétude, Radio France étant en déficit (près de 14 millions d’euros en 2015), la nouvelle de la création d’une chaîne de télévision avec les moyens humains, techniques et financiers du groupe a été légitimement très mal reçue. « L’enjeu maintenant, c’est de se coordonner sur l’actu, faits divers, terrorisme, … Sachant que c’est eux [ndlr : FranceTV] qui gèrent les pushs de l’appli, on ne voulait pas qu’ils sortent des infos qui ne concordaient pas avec les nôtres… » nous confie Alexis Morel.

Nicolas Teillard, le président de la SNJ-Radio France (Société Nationale des Journalistes), nous explique que la création de la TV (canal 27 de la TNT) était surtout « une source d’inconnu ». « Le défi maintenant, selon lui, c’est de continuer à faire de l’information à la radio avec une aussi bonne qualité qu’avant ». Il faut désormais « s’adapter aux exigences techniques » qu’implique la TV dans le déroulement de la radio.

 

« Un exercice délicat » 

 

Pour Jules Lavie, présentateur du 6h-10h week-end, « l’arrivée de la télévision a changé [les] habitudes. Faire 4 heures de radio dont une demi-heure de télé au milieu, c’est un sacré marathon. Ça a bousculé notre façon de travailler mais c’est une bonne chose ». 

Alexis Morel, lui, n’a pas constaté de réels changements pour son émission. Mis à part les rappels des titres sur lesquels il fallait se « caler » jusqu’en janvier, avant un changement. « Entre 6h et 7h, on devait se caler sur les titres, c’était un exercice délicat, il fallait commencer à la seconde près, s’adapter : les titres partaient ! C’est plus agréable pour Fabienne et moi de gérer cela maintenant. »

Toute l’organisation de franceinfo a été revue, à la maison de la radio ; la rédaction a été quelque peu modifiée et l’organisation du travail aussi, notamment pour l’équipe de titreurs. C’est un travail d’image qu’il faut désormais faire, en plus du travail de fond. Bintily Diallo nous confie : « On a senti au début des regards parfois amusés, parfois avec un peu de défiance. Forcément, pour des gens de radios, voir des gens qui courent partout, qui se maquillent, ‘et je mets telle robe et qu’est ce que tu penses de mon chemisier’, ça fait rire. Mais la télé est rentrée dans la radio à travers nous ! »

The following two tabs change content below.
mm

Théo Metton

Lycéen passionné de journalisme, j’anime la radio de mon lycée, inspiré par mon expérience à Radio France. Journaliste en devenir ?

Submit a Comment