Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Operation Libero combat le populisme de la droite extrême suisse

Operation Libero combat le populisme de la droite extrême suisse
mm

Le 12 février dernier, nos voisins suisses votaient pour la naturalisation facilitée des étrangers de troisième génération à 60.4 %. Après les nombreuses campagnes provocantes de la droite populiste, Operation Libero, nouveau mouvement politique ambitieux, a su s’imposer en sortant de nulle part. Alors que représente ce mouvement et pourquoi pourrait-il devenir un modèle européen à suivre ?


 

Un nouveau mouvement prometteur

Refusant la consternation générale des jeunes concernant la politique, Flavia Kleiner, co-présidente d’Opération Libero lance ce mouvement avec l’aide d’une poignée d’amis, dont la majorité fait partie du jeune think-tank indépendant Foraus. Pleins d’énergie et de confiance, ils sont motivés à « réaliser la Suisse » et à la façonner selon leurs rêves. En se différenciant particulièrement des autres associations politiques traditionnelles, ce groupe se déclare plutôt comme un mouvement que comme un parti. Ces engagés cherchent à réinventer le patriotisme suisse tout en évitant à tout prix le populisme. Le projet est un succès : ils sont les premiers à trouver un moyen de lutter contre les initiatives populaires discriminatoires de la droite (l’initiative pour le renvoi effectif des étrangers criminels par exemple) à l’aide notamment de campagnes sur internet et au travers d’affiches frappantes. Operation Libero fait également fureur sur les réseaux sociaux et a su faire sa place principalement en Suisse alémanique. A présent installé à Genève, le mouvement doit encore s’immiscer dans toute la partie francophone pour pouvoir espérer toucher encore plus de monde.

 

Des idées fortes et nouvelles 

A l’origine créée pour contrer les idées de la droite suisse (parti UDC), Opération Libero milite pour une Suisse d’avenir aux valeurs progressistes et souhaite une Suisse ouverte en reconnaissant une véritable chance dans la globalisation, la croissance et l’immigration. Elle est principalement basée sur six prises de positions. Parmi celles-ci, le mouvement déclare vouloir un marché du travail libre et ouvert en maintenant la libre circulation des personnes et en libéralisant l’immigration des étrangers. Il milite de plus pour le droit de l’adoption pour homosexuels, avec au centre de l’attention le bien-être de l’enfant. Sur la question de l’Union Européenne, son avis est clair, la Suisse doit absolument définir sa place sans perdre de vue les intérêts fondamentaux d’une telle coopération. Selon eux, l’UE est à présent trop caricaturée et diabolisée alors que des accords bilatéraux élargis pourraient être bénéfiques pour la Suisse de même qu’une éventuelle adhésion. Seule grande absente au programme, l’écologie, qui aurait pu pourtant être au centre des idées du mouvement.

 

 

Les jeunes d’Europe et des Etats-Unis sont particulièrement inquiets pour l’avenir au vu des derniers grands coups de théâtre politiques britanniques et américains. Ce genre de mouvement ambitieux et engagé pourrait être la clé pour ramener la motivation et la confiance d’une grande majorité de déçus. Si des groupes comme celui-ci se mettaient à fleurir aux quatre coins du monde, cela pourrait se révéler être un véritable obstacle pour les populistes extrêmes et un vent d’espoir pour le libéralisme, la jeunesse et l’avenir.

 

 

The following two tabs change content below.
mm

Rodrigues Elodie

Étudiante en HEC, j’aime chanter à pleine voix, lire, écrire, me plonger dans de tout nouveaux sujets, frapper des ballons de volley et dévorer une série toute entière en un weekend.
mm

Derniers articles parRodrigues Elodie (voir tous)

Submit a Comment