Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

PNL, ou l’art de se taire pour faire du bruit

PNL, ou l’art de se taire pour faire du bruit
mm

Les deux frères N.O.S. et Ademo de PNL ont défini leur succès par leur communication hors-pair, rarement vue dans le monde de la musique, et encore moins dans le rap. Absence totale d’interview dans la presse, vie privée soigneusement cachée, gigantesque et unique panneau publicitaire rendent la communication de PNL si atypique, leur donnant un attrait presque mystique. Et le plus incroyable, c’est que ça marche…


 

PNL, pour Peace N’Lovés, c’est deux frères, Tarik et Nabil Andrieu, originaires de Corbeil-Essonnes. D’eux, on ne connait rien, ou presque. Mère absente, père corse et ex-braqueur, Ademo (Tarik) aurait aujourd’hui 30 ans, et N.O.S. (Nabil), deux ans de moins. Car avec la fratrie Andrieu, il faut prendre soin de parler au conditionnel, aucune de ces informations n’ayant jamais réellement été certifiée par les principaux intéressés…

 

Stratégie calculée ou timidité médiatique ?

 

Cette opacité sur leur passé et leur parcours crée objectivement un certain mystère qui ne manque pas de fasciner tout à chacun. Cette absence de parole intrigue, et semble posséder un impact bien plus fort que la sur-communication. Dans le monde de la musique tout particulièrement, on se noie trop souvent dans les publicités, les interviews, et les promotions, qui polluent le réel travail des artistes. Les deux frères de PNL ont su se faire une place dans le rap français en effectuant donc tout autre chose ; le duo se tait, pour mieux laisser parler sa musique.

Depuis leurs débuts en mars 2015 avec la sortie de leur EP Que la famille, jusqu’à Dans la légende, l’album sorti en septembre 2016 et certifié triple disque de platine, aucune interview du duo n’a été réalisé. L’été dernier, ils devenaient même le premier groupe de rap français à poser en couverture de The Fader, un magazine musical américain, sans réaliser d’interview concrète. Et lorsqu’ils sont invités sur « Planète Rap », l’émission de Skyrock connue pour faire la promotion des nouveautés du rap français, ils refusent de s’y rendre, envoyant un singe à leur place sur le plateau. Plus fou encore : dernièrement, à l’occasion de la Fashion Week de Paris, ils étaient conviés au défilé Chanel… et ont décliné l’invitation. En bref, PNL ose dire non, ose se cacher dans ce monde ultra-connecté et hyperinformé, et forcément, ça entraîne l’admiration. Ce silence quasi-omniprésent témoigne d’une maitrise déconcertante d’eux-mêmes et de leur image. Un bon silence vaut mieux que des paroles maladroites et surjouées, et ça, Ademo et N.O.S. l’ont bien compris.

 

Méfiez-vous de l’eau qui dort…

 

S’ils apparaissent timides et secrets sur le plan médiatique, leur communication n’est pas anecdotique. Quand Ademo et N.O.S. font de la promotion, ils le font à leur manière : différemment des autres. Pour augmenter les ventes matérielles de leur dernier album Dans la légende, ils proposaient une version orange et une version rose de ce dernier, chacune avec un titre bonus différent. Forcément, certains ont craqué pour acheter les deux versions. L’affichage n’est, lui non plus, pas laissé au hasard ; un immense et unique panneau de 665m2 a ainsi été affiché au-dessus du périphérique parisien, à la vue de tous, tout public confondus.

Mais leur plus gros coup de com’ reste sûrement celui du 25 janvier, lorsque le tandem de rappeurs a décidé d’afficher de faux avis de recherche dans les rues de Paris. Dessus se trouve la photo du « méchant » de leurs précédents clips Naha et Onizuka, avec un numéro de téléphone inscrit sur le côté. En appelant ce fameux 01.76.50.66.33, les fans ont pu écouter l’intégralité du titre Béné en guise de répondeur. En somme, tout cela n’était qu’un coup de pub monté par les deux frères pour la promotion du clip, qui s’inscrit dans la série des précédents. Et le coup de maître ne s’arrête pas là. En effet, le numéro de tous les curieux qui ont appelé celui de l’affiche a ensuite pu être recueilli automatiquement dans une base de données, qui a servi à PNL pour annoncer les lieux de concerts de leur tournée à venir. Le 14 février dernier, tous ces numéros enregistrés ont alors eu la surprise de recevoir un SMS du groupe, annonçant simplement les lieux de leurs prochains concerts : Lyon, Marseille, Toulouse, Nantes, Lille, et Paris. Le tout accompagné d’un traditionnel « #QLF » (ndlr : QLF = Que La Famille), marque de fabrique du duo PNL. De quoi ravir le cœur de leurs fans en ce jour de Saint-Valentin, qui se sont pour beaucoup sentis privilégiés.

 

 

Des clips travaillés et contemplatifs 

 

Pour accompagner leurs musiques, les deux frangins communiquent beaucoup à travers leurs clips, qui affolent à chaque fois les compteurs. Dans J’suis QLF, Ademo nous prévient, le « million de vue en 24 heures », ils le font « zen ». Loin de leur cité des Tarterêts, PNL aime faire voyager ses musiques, en tournant des clips en Namibie, au Mexique, en Italie, en Islande, ou encore au Japon. Car leur marque de fabrique, c’est avant tout ça : de longues images contemplatives filmées à l’aide de drônes, à la Yann Arthus-Bertrand, avec uniquement leurs propres personnes pour peupler le paysage. Bref, des clips bien loin des clichés bling-bling du rap à base de chaines en or, de jolies filles et de grosses voitures.

Mais plus récemment, le duo PNL a suscité l’évènement en sortant une série de trois clips pour illustrer Naha, Onizuka, et Béné. Trois clips d’une longueur respective de 8, 13, et 16 minutes, qui ont pour seul principal défaut de mettre un peu trop la musique au second plan, au profit d’une intrigue hollywoodienne mettant en scène des dealeurs concurrents désabusés. Pour ça, ils se sont contentés de faire appel à leur propre entourage pour faire office d’acteurs, et de tourner les images dans leur propre cité, ce qui rend les clips assurément autobiographiques. Dans cette mini-série de clips, on en apprend donc plus sur les deux frangins. Avant de se lancer dans la musique, Nabil et Tarik vendaient de la drogue, mais l’ainé a écopé d’un séjour en prison, laissant « l’entreprise » familiale aux mains de son petit frère. Avec PNL, le QLF n’est jamais très loin…

 

 

En bref, Ademo et N.O.S. semblent peut-être mystérieux et inaccessibles, mais ils restent avant tout deux rappeurs amoureux de la musique, et proches de leurs fidèles. Une communauté qui fait pour eux tout le travail de bouche-à-oreille. Pas besoin d’en rajouter.

The following two tabs change content below.
mm

Alice Ancelin

Etudiante de 20 ans en classe préparatoire aux concours des écoles de journalisme, à Paris. Lilloise de coeur. Passionnée par la musique, la lecture et l’écriture.

Submit a Comment