Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

One Comment

Syria Charity, les autres « casques blancs »

Syria Charity, les autres « casques blancs »
mm

Le 1er mars 2016, L’OMS (organisation mondiale de la santé) récompensait le travail de Syria Charity en décernant à l’ONG un prix d’honneur pour son implication et son travail à Alep Est. Rencontre avec une organisation aux actions multiple qui sauve des vies à force de courage et de détermination. 


 

Radio Londres : The United Nations Commission of Inquiry (COI) for Syria a conclu dans un rapport que tout les belligérants avaient commis des crimes de guerre à Alep. Quelle est votre réaction à ces affirmations ?

Syria Charity : En tant qu’ONG humanitaire, il est de notre devoir de dénoncer ce crime contre l’humanité. Nous ne nous positionnons pas d’un point de vue politique car notre objectif n’est pas là, nous sommes une ONG totalement indépendante et réussissons à travailler efficacement grâce à notre vaste réseau et à nos équipes d’humanitaires sur place qui connaissent bien le terrain. Nous avons créé cette association pour dénoncer les injustices faites au peuple syrien et leur apporter une aide humanitaire d’urgence et efficace.

 

La plupart des gens ont commencé à suivre Syria Charity avec le siège d’Alep. Mais Syria Charity existait-elle avant 2011, et a-t-elle vocation à continuer d’exister après la guerre ?

Syria Charity : Au départ, nous avons créé cette association en pensant que le conflit durerait très peu de temps. Mais au fil des années, la situation a malheureusement empirée. Nous nous sommes donc engagés à rester auprès du peuple syrien afin d’apaiser sa souffrance. Notre association s’est agrandie et a acquis une notoriété internationale. Si nous continuons encore aujourd’hui, c’est aussi parce que nous sommes habités par une conviction : celle qu’une issue favorable est proche pour le peuple syrien et qu’en attendant, nous sommes là pour leur venir en aide.

 

On a tous vu les images du petit Omran dans l’ambulance. Est ce que le partage de ce genre d’image (qui a été vu plusieurs millions de fois) peut être un élément déclencheur de soutien, où est ce que vous avez le sentiment que les gens ont tendance à détourner le regard ?

Syria Charity : Le fait de partager ce type d’image est tout d’abord très difficile pour nous. La photo du petit Omran a suscité un fort émoi sur la toile et à entraîner une vague de générosité. Beaucoup se disent impuissant face à de tels événements. Nous, nous proposons d’agir. Nous avons des équipes de secouristes, un corps médical, etc. Pour sauver des vies, il suffit parfois de peu.

 

Votre siège est à Paris, dans le XIIIème, l’état français vous aide-t-il donc dans votre combat ? D’une manière général, comment vous financez-vous ?

Syria Charity : Nous sommes une ONG humanitaire qui oeuvre en Syrie depuis maintenant plus de cinq ans, au cœur des zones sinistrées, là où le besoin est le plus fort et où peu d’organisations interviennent. Syria Charity reçoit des subventions du Ministère des Affaires étrangères français, du Conseil régional d’Île De France, de l’Union Européenne pour financer certains de nos projets humanitaires en Syrie. Nous sommes aussi partenaire officiel de l’ONU. Nos comptes sont validés par un commissaire au compte chaque année. De manière générale, nous recevons des dons de nos généreux donateurs en France et à travers le monde par le biais de notre site, de collectes, d’événements (galas, etc).

 

Comment chacun peut-il aider votre organisation ?

Syria Charity : Nous ne prenons pas de bénévoles pour nos missions de terrain pour des raisons de sécurité. Nous avons déjà perdu quatre membres de nos équipes humanitaires en mission sur place, plusieurs ont été blessés et d’autres ont été emprisonné voire torturés. Cette tâche est donc réservée à nos membres professionnels de l’humanitaire Syriens, qui vivent déjà là-bas et qui connaissent la réalité du terrain. De plus le peuple Syrien a plus besoin de soutien que d’hommes sur le terrain. Il pourra apporter sa contribution et nous aider à sauver des vies en Syrie en faisant un don, en parrainant un orphelin, en partageant nos publications, en faisant connaître l’association autour de lui, ou encore rejoindre notre équipe de bénévoles.

 

Les actions de Syria Charity

Suivi par près de 800 000 personnes sur Facebook, Syria Charity, qui jouit d’une notoriété croissante, agit de manière multiple: aide alimentaire, aide médicale, ou encore secours dans les villes assiégées. L’aide alimentaire est envoyé tout les mois depuis la France en Syrie, dans 16 zones différentes, ou les activistes présents sur place se chargent de la distribution de ces denrées de base. L’aide médicale, elle, est apportée au populations urbaines grâce à 50 ambulances et plusieurs centres de soins. Agissant au sud d’Alep principalement, le centre de soin mobile de Syria Charity a pour vocation d’apporter une aide médicale aux populations les plus reculés ( ou ne pouvant pas se déplacer), et il permet aux professionnels de l’organisation d’effectuer une vingtaine de consultation chaque jour.

L’autre projet de Syria Charity, c’est l’hôpital Mère-Enfant, dont l’action permet plus de 3 000 consultations en gynécologie, plus de 2 300 consultations en pédiatrie, plus de 370 hospitalisations, et plus de 300 naissances (dont 60 en césariennes) chaque mois. L’hôpital, qui est situé dans la ville d’Izaz, à proximité d’Alep, avait été la cible de missiles russes le 25 décembre 2015, mais emploie néanmoins une centaine de salariés et continue son oeuvre indispensable dans cette région dévastée par le conflit.

 

Alors qu’en 6 ans, la guerre en Syrie a fait environ 100 000 victimes civiles et provoqué une crise humanitaire sans précédent, la situation, du fait du récent engagement turc dans la région, semble plus que jamais incertaine et instable. Pour Syria Charity, dont 80% des ressources proviennent de dons, l’action continue.

The following two tabs change content below.
mm

Vianney Savatier

Lycéen de TermES. Mon cœur balance entre Cobain et Musset, mes oreilles entre Gainsbourg et Georgio.

Comments

  1. J’aime po

Submit a Comment