Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Volley féminin : l’année dorée pour l’ASPTT Mulhouse ?

Volley féminin : l’année dorée pour l’ASPTT Mulhouse ?
mm

Après une victoire 3/0 face aux Provençales d’Aix-Venelles asseyant encore un peu plus l’invicibilité des Mulhousiennes à domicile cette saison, l’ASPTT Mulhouse Volleyball est assurée, à deux journées de la fin, de terminer la saison régulière en tête. Avec 18 victoires en 20 journées, et restant sur une série de 14 victoires d’affilé, les volleyeuses mulhousiennes sont logiquement favorites des play-offs à venir. Un statut que les Cannoises (RC Cannes) monopolisaient depuis 20 ans, les Mulhousiennes étaient alors condamnées à accepter leur seconde place (6 défaites en finale face au RC Cannes entre 2007 et 2012). Cette saison, la situation est rêvée pour cette ASPTT Mulhouse qui semble avoir trouvé son rythme de croisière et alors que le RC Cannes est actuellement 6ème de Ligue A, le chemin vers le titre semble tout tracé. 2017 pourrait être l’année venant enfin remplir le palmarès du club, palmarès qui demeure vierge depuis bien trop longtemps.  


A Mulhouse, chaque match est un somptueux spectacle

 

Clapping enjoué au soir de la victoire des Mulhousiennes face au RC Cannes en décembre dernier. (Photo Jean-Pierre KIEFFER)

En ce soir de Saint Patrick’s day, le speaker survolté donne d’emblée le ton de cette soirée retransmise en direct sur L’équipe 21 : « Je compte sur vous pour montrer que nous sommes le meilleur public de France ». Ils étaient plus de 3000 à être venus en ce doux soir de mars pour s’extasier devant les performances mirifiques de leur équipe. Auteures d’un match abouti, alternant les smashs rageurs et les subtiles balles placées, les réceptions acrobatiques et les passes millimétrées, les Mulhousiennes ont à nouveau porté le Palais des sports à ébullition. Depuis la liquidation judiciaire de l’équipe de handball -MHSA – qui évoluait en deuxième division, les volleyeuses sont devenues l’équipe fanion de la ville, un statut qu’elles assument à la perfection. Jouissant d’une visibilité de plus en plus grande – mais qui mériterait encore à être étendue – la ligue A de volley féminin, avec l’ASPTT Mulhouse en porte-étendard cette saison fait rêver. « Nous ne sommes pas une équipe… mais des milliers » affirme le slogan du club placardé aux quatre coins du palais des sports, un slogan qui symbolise bien le changement de regard sur ce sport naguère cantonné à être une pâle copie du volley masculin, car considéré comme bien moins spectaculaire. Emporté par ce public mulhousien qui exulte à chaque smash de la jeune internationale porto ricaine de 22 ans Daly Santana et qui retient son souffle à chaque plongeon de la jeune alsacienne de 21 ans Léa Soldner, on ne peut que reconnaître la splendeur du spectacle.

 

ASPTT Mulhouse-Pays d’Aix Venelles, un match à l’image d’une saison réussie

 

Des Mulhousiennes unies au soir d’une victoire face aux Bitteroises le 11 février dernier (photo Michaël KALT)

Les Alsaciennes retrouvaient les Aixoises actuelles 8ème du championnat et venant de remporter la semaine passée la Coupe de France au terme d’un match haletant face aux Bitteroises (3/2). La saison dernière, les Provençales avaient mis fin aux espoirs des Mulhousiennes dès les quarts de finales des play-offs. Ce match a donc des allures de revanche, mais son issue ne semble souffrir d’aucun doute tant la machine mulhousienne parait inarrêtable. Avec huits nationalités représentées, l’effectif mulhousien est composite, des « Encore » et des « Come on » se mêlent sur le terrain, et pourtant, la cohésion est bien réelle. L’équipe dirigée par Magali Magail semble véritablement unie. Ainsi, malgré 6 fautes au service lors de la première manche, l’ASPTT Mulhouse l’emporte facilement 25/16 en s’en remettant à l’explosive Daly Santana arrivée en début de saison, à la puissante Angie Bland (Belgique) et à l’internationale française Maéva Orlé qui prend toute la défense aixoise à revers avec ses feintes, le tout en s’appuyant sur les réceptions précises de la jeune libéro Léa Soldner et les passes inspirées de la Grecque Athina Papafotiou. En récitant la même partition que durant le premier set et en gommant la moitié de leurs fautes au service, les Alsaciennes remportent aisément la seconde manche 25/15. Jamais réellement inquiétées au cours des deux premières manches, les Mulhousiennes sont rapidement menées 12/6 lors du 3ème set, souffrant face à une Shirley Ferrer (Porto Rico) insolente de réussite, l’ASPTT est contraint de courir après le score. Les passes des Alsaciennes manquent de hauteur et les réceptions ont perdu en précision. L’entrée de la jeune passeuse colombienne de 22 ans Mari Alejandro Marin à 19/14 est déterminante, elle distille des passes célestes à la stratosphérique Daly Santana auteure de six smashs gagnants au cours de cette manche pour réduire l’écart 21/18. Poussées par un public brûlant, les Mulhousiennes finissent par s’imposer 26/24.

De très bonne augure pour les play-offs

 

La libéro Léa Soldner survoltée lors de la victoire face à Terville, le 25 février dernier (photo Sébastien THIEBAUT)

En faisant abstraction des 12 échecs au service et de quelques errements, les Mulhousiennes ont semblé maîtriser leur partition à la perfection. Le niveau de jeu déployé a de quoi donner quelques insomnies aux techiniciens de leurs futurs adversaires en play-offs. Sûres de leurs capacités et conscientes des points à améliorer, les Alsaciennes emmenées par une irrésistible Daly Santana sont sur la bonne lancée. Bien qu’ayant un talent hors du commun (auteure de 12 points gagnants face à Aix), la jeune porto ricaine qui foulait l’année passée les terrains de Rio n’en demeure pas moins humble. 

La phénoménale Daly Santana dans son exercice de prédilection face à Terville (photo Sebastien THIEBAUT)

Elle est bien loin de se considérer comme la meilleure joueuse de l’équipe et prèfère s’inclure dans le collectif. Quand on lui demande si le statut de star est difficile à assumer, elle élude en répondant « We are a team, It’s all about the team ». Et lorsque l’on demande à Léa Soldner, formée dans la région et incontestable titulaire à son poste si c’est enfin l’année du titre, elle répond, très pragmatique : « On a le bon état d’esprit, mais il faut garder les pieds sur terre et jouer match après match ». Malgré tout, son sourire radieux semble la trahir, elle aussi ne peut s’empêcher de penser que ça ne peut qu’être l’année dorée pour l’ASPTT.

Dans les tribunes, alors que le palais des sports commence à désemplir, un supporter assidu s’exclame « Si elles ne gagnent pas cette saison, faudra vraiment m’expliquer… »

The following two tabs change content below.
mm
Très curieux, dynamique, euro-optimiste et rêveur. Encore en Terminale S, je prépare les concours des IEP tout en continuant à jouer du violon, à faire du triathlon et à écrire. Ma phrase ? "The powerfull play goes on and you may contribute a verse" @LinfoMat sur twitter

Submit a Comment