Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

La French pop, fantaisie parisienne ou mouvement national ?

La French pop, fantaisie parisienne ou mouvement national ?
mm

The Pirouettes, Paradis, Kid Wise, Lescop… Depuis maintenant deux ans, fleurit une nouvelle scène pop française ou french pop. Souvent indépendante, signée sur de petits labels, à mi-chemin entre la pop, la new wave et même parfois la house ou le rock. Cette « avant-garde » est française, très appréciée dans la capitale et s’est taillée une place au soleil dans la presse spécialisée. Ils ont donc rapidement été affublés du titre de « groupes de bobos parisiens ».


 

Après avoir vu passer la french touch à la fin des années 1990 et les bébés rockeurs des années 2000, la scène parisienne a vu fleurir des groupes se revendiquant de la new wave et des années 1980. On oscille entre New Order et Etienne Daho. Ce dernier est régulièrement cité par les musiciens comme faisant partie de leurs influences principales. Depuis maintenant deux ans, cette scène émergente fait parler d’elle en dehors de la capitale. Elle se diffuse dans tout l’hexagone et conquiert un public de plus en plus large.

 

Une identité particulière

 

Ce qui fait un groupe de French pop, c’est tout d’abord son nom. Ceux-ci sont pour beaucoup en français et sont bien souvent un peu farfelus : Thérapie Taxi, Pépite, The Pirouettes… Mais c’est également une esthétique : des têtes de jeunes premiers, un style vestimentaire rétro « nineties » à base de Stan Smith, blazer et cols roulés. Ce sont également des univers excentriques via les paroles, en français ou en anglais. Des paroles sibyllines, au sens caché se rapprochant parfois de la poésie. Voire n’hésitant pas à choquer, comme les morceaux Je veux te baiser d’Odezenne ou Salope de Thérapie Taxi. Question musique, l’ensemble de la mouvance célèbre le sacro-saint synthétiseur des années 1980.

 

 

Il est rare dans la french pop de trouver un groupe s’étant passé du synthétiseur, cet instrument électronique qui s’est introduit dans la musique durant les années 1970 avant de connaitre un essor considérable dans les années 1980. Certains groupes ne jouent même qu’au synthétiseur et à la boîte à rythmes, comme les duos Agar Agar et Paradis.

 

 

Mais si certains choisissent de donner un côté plus house à leurs compositions (c’est le cas de Paradis ou l’Impératrice), d’autres poussent en sens inverse. Lescop construit ainsi un univers beaucoup plus sombre qui se rapproche de la cold wave. Et d’autres vont fouiller du côté du rock et du punk comme Her, La Femme ou Grand Blanc.

 

Seulement pour le « bobo parisien » ?

 

Au premier abord, ces groupes ont tout pour plaire à une catégorie d’étudiants et de jeunes travailleurs parisiens, géographiquement et socialement proches d’eux. Cependant, beaucoup de ces groupes ne sont pas parisiens. Her et Juveniles viennent de Rennes, Kid Wise de Toulouse et Grand Blanc de Metz par exemple. Et leur public s’est considérablement élargi en dehors de la capitale. The Pirouettes font régulièrement salle comble en province. Et les bordelais d’Odezenne ont terminé une tournée à guichets fermés en décembre.

 

Lescop à Tourcoing pour les Inrocks Festival en novembre 2016.

 

Le mouvement semble donc bien national, mais ce qui fait sa force, c’est surtout son ouverture ; il n’est pas parisiano-centré et il est très vaste. Comme on l’a vu, le dénominateur « french pop » recouvre des groupes très divers musicalement parlant. Peu de points communs, en effet, entre Lescop et Thérapie taxi… Chacun peut trouver son petit favori – tantôt teinté hip-hop, tantôt teinté house, tantôt teinté rock.

 

5 morceaux à écouter

 

Je Veux Te Baiser – Odezenne

Coma Idyllique – Therapie TAXI

Toi Et Moi – Paradis

L’escalier – The Pirouettes

Samedi La Nuit – Grand Blanc

The following two tabs change content below.
mm

Martin Pinguet

Etudiant à l'académie ESJ Lille et Lille 2. Lillois, le rock et la musique c'est mes fils mes batailles mais je ne suis pas un héros.

Submit a Comment