Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Retour sur le Printemps de Bourges 2017

Retour sur le Printemps de Bourges 2017
mm

Notre équipe a été accréditée pour le Printemps de Bourges du 18 au 20 avril derniers. Retour sur ce festival de musique qui réunit plus de 200 000 festivaliers.


 

41ème édition dans la capitale du Berry

 

Cette année, la 41ème édition du Printemps de Bourges était riche en termes de programmation. Et c’est avec l’artiste Français Renaud et sa première partie Tim Dup que la grande scène, le W, a repris du service. Encore une fois, la programmation  du festival était riche et pour tous les âges. On pouvait par exemple retrouver SCH, Placebo, La Grande Sophie, Deen Burbigo, Kery James, Jain, Vianney, ou encore Soprano et Keblack pour ne citer qu’eux, dans les 11 salles de spectacles payantes. Mais le printemps de Bourges, ce n’est pas uniquement des spectacles payant. A travers toute la ville, plusieurs scènes, chalets, et autres spectacles étaient gratuit.

 

Ambiance au Printemps de Bourges le samedi 22 avril 2017. Printemps de Bourges 2017 à Bourges du 18 au 23 avril 2017.

 

Le printemps de Bourges a réuni 80 000 festivaliers dans les spectacles payants, et plus de 200 000 au total dans les allées du festival. On notera cette année encore la réussite du « Printemps Durable », qui vise a réduire les déchets et la pollution sur le festival. On soulignera la réussite des soirées Hip Hop de la « Hall au blé » où les artistes SCH, Lorenzo ou encore Deen Burbigo se sont succédés avec grand succès, les 19 et 20 avril.

 

SCH – Crédit Photo : Mathilde Renou

 

Deen Burbigo – Crédit Photo : Léo Graton

 

 

 

Interview avec le groupe Last Train

Le groupe Last Train ( crédit photo : 20 minutes )

 

Interview du groupe Last Train, a l’issu de leur concert le 19 avril à Bourges, en première partie de Placebo.

 

On commence fort : pourquoi Last Train ?

On joue ensemble depuis une dizaine d’années, depuis qu’on a 12/13 ans ; et Last Train parce que ça sonnait bien, et parce qu’il fallait un nom de groupe. Depuis, on n’a jamais changé, ça nous colle à la peau !

 

Au départ, vous êtes une bande de pote, maintenant vous êtes programmés partout ; comment expliquez-vous ce succès ?

Au début, on jouait aux portes ouvertes de notre bahu, puis on a continué, on a fait tous les bars du coin, puis tout les bars de France, et après des festivals, puis ça a pris un peu plus d’ampleur.

 

Y’a-t-il un élément déclencheur à votre réussite ?

Non, l’élément déclencheur c’est le fait qu’on ait décidé de faire ça sérieusement. Après, y’a eu effectivement des mises en avant comme le printemps de Bourges en 2015, Rock en Seine, et puis quelques articles dans les médias. Ensuite, ça s’est enchaîné, aujourd’hui on est en licence chez Barclay, mais de base c’est vraiment le fait qu’on se soit mis au travail.

 

Les études et la musique, c’était pas dur de lier les deux ?

On a tous fait S, puis on a continué nos études chacun de notre côté ; on se retrouvait les week-ends pour jouer. Et quand les études sont arrivées à leurs fins, on a décidé de se mettre dans la musique a fond !

 

Que conseilleriez-vous à un groupe qui veut se lancer comme vous ?

Ne lâchez pas, mettez-vous un peu dans la difficulté et faites-le à fond. Les moments de galère c’est bénéfique, et n’arrêtez pas tout pour faire de la musique : nous, on a pas tout arrêté jusqu’au moment où on a eu des cachets, que la tournée était pleine et que c’était même plus possible de faire autre chose !

 

Comment écrivez vous vos chansons ?

C’est un mix de tout le monde, ça vient principalement du chanteur. Après, tous ensemble on la fait vivre, on la joue, c’est un travail de longue haleine !

The following two tabs change content below.
mm

Valentin Demé

Valentin Demé, 18 ans, rédacteur / journaliste pour Radio Londres
mm

Derniers articles parValentin Demé (voir tous)

Submit a Comment