Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

2 Comments

« Dix pour Cent » : la série qui aime le cinéma achève sa deuxième saison

« Dix pour Cent »  : la série qui aime le cinéma achève sa deuxième saison

Alors que France 2 diffusait cette semaine les derniers épisodes de la deuxième saison de Dix pour Cent, critique, à quelques jours de l’ouverture du festival de Cannes, de ce qui est devenu une série phare du petit écran, ovationnée par les médias.


 

Quatre agents de comédiens, aux personnalités hautes en couleur et aux vies personnelles compliquées, se battent au quotidien pour trouver les meilleurs rôles pour leurs prestigieux clients. Quand Camille, la fille illégitime de l’un d’entre eux, débarque à Paris pour chercher un boulot, cette dernière est alors plongée dans le quotidien mouvementé de l’agence et nous fait découvrir à travers son regard naïf les dessous de la célébrité…

 

★★★★★ – À voir absolument

 

On avait quitté nos quatre agents en plein trouble : Mathias Barneville (Thibault de Montalembert) avouait à son épouse que Camille (Fanny Sidney), la nouvelle assistante d’Andréa Martel (Camille Cottin), était en réalité sa fille illégitime. Problème : c’est cette même épouse qui devait devenir actionnaire majoritaire de l’agence ASK. Un nouveau et mystérieux mécène va alors faire son apparition, dans ce lieu où passion du cinéma rime toujours autant avec petits et gros tracas… La première saison nous dépeignait avant tout l’ambiance qui règne au sein de l’agence ASK et nous permettait, en six épisodes, de nous familiariser avec les personnages, de s’attacher à eux. On aimait le flegmatisme froid de Mathias, les colères d’Andréa, le sentimentalisme de Gabriel Sarda et la répartie d’Arlette Azémar.

La nouvelle saison, elle, s’attache donc plus en profondeur au quotidien et à la vie de ces agents que nous connaissons déjà et qui sont, en définitive, complémentaires. On suit leurs espoirs et leurs déceptions pour ceux qu’ils appellent leurs “talents” et pour lesquels ils consacrent leurs jours et leurs nuits à organiser une carrière et une vie, reléguant toujours la leur au second rang. C’est ainsi que l’on voit Mathias, désoeuvré et abandonné par sa femme, la talentueuse “Agathe Koltès” de France 3, Philippine Leroy-Beaulieu, se faire “quitter” à nouveau, au cours d’un déjeuner, par Virginie Efira et Ramzy.

Un nouveau personnage fait également son apparition : Hicham Janowski, le nouvel actionnaire d’ASK, interprété par Assaad Bouab et qui insuffle un nouveau ton à la série. Un personnage que les téléspectateurs ont mis du temps à cerner tout au long des épisodes, tant il paraît complexe et mystérieux, à la fois tendre et féroce envers ces agents.

 

© Christophe Brachet – Mon Voisin Productions

 

“Tous les coups sont permis !”

 

Si la première saison nous laissait effectivement croire que le cinéma est un monde de requins, la seconde ne fait que nous le confirmer ! La mise en abyme sur laquelle se fonde la série est toujours autant réussie avec ces quatre agents fictifs qui s’occupent d’acteurs qui ne le sont pas. Et c’est la véritable clé du succès de Dix pour Cent : celle de faire fonctionner une dynamique qui, de premier abord, pourrait paraître complexe, voire irréalisable. Mais c’est pourtant cette même dynamique “un agent/un acteur/une situation à gérer” qui construit chaque épisode à travers la trame principale, à savoir la vie privée et tourmentée des personnages principaux.

Ces six nouveaux épisodes sont donc toujours aussi bien écrits par Fanny Herrero avec des répliques cinglantes, ciselées et percutantes qui fusent. Les situations dans lesquelles se retrouvent les personnages sont encore plus cocasses que l’an passé : Norman qui passe son permis pour jouer dans le prochain Jacques Audiard, Andréa qui tente d’approcher Fabrice Luchini à la salle de sports… Et les stars, ce sont bien entendu les agents mais aussi les acteurs qui jouent leur propre rôle : Virginie Efira, Fabrice Luchini, Isabelle Adjani… Tous font preuve d’énormément d’autodérision et de talent. Ainsi, interpréter son rôle dans Dix pour cent semble être devenu un objectif et même un honneur pour nombre de comédiens français.

 

© FTV – Mon Voisin Productions

 

Un final très cannois

 

Nous avons pu assister à la sélection de Camille comme agent junior par Hicham. Et durant deux fois 50 minutes, elle et son super pote assistant, Hervé, ne vont pas arriver à faire la paix. Il lui en veut quant à son nouveau poste. Camille finira par quitter ASK. Plus réjouissant, après des épisodes houleux entre Mathias et sa femme, la réconciliation. Et puis peut-être un départ, un nouveau départ pour Andréa et Camille, qui souhaitent s’envoler pour New-York et rejoindre une grande agence.

Enfin, la saison s’achève sur les marches de Cannes. Un faux festival créé de toutes pièces pour la série avec ses bijoux, ses robes, ses photographes… et Juliette Binoche, en maîtresse de cérémonie, qui prononce un vrai et beau discours sur le rôle des femmes dans le cinéma, comme pour rappeler que, bien plus qu’un hommage au cinéma, la série dénonce aussi ses travers.

Nous re-découvrons aussi trois personnages clés en cette fin de saison. Noémie Leclerc (Laure Calamy), l’assistante de Matthias, Hervé André-Jezack (Nicolas Maury), l’assistant de Gabriel et enfin, Arlette (Liliane Rovère), la plus vieille imprésario de Paris, s’était elle-même décrite en saison un. En Noémie et Hervé, nous découvrons deux personnes ayant la rage contre le monde entier pour de biens différentes raisons que vous découvrirez… Quant à Arlette, nous ne la verrons plus sous un angle froid, mais avec de l’amitié envers ses amis, le cinéma et ses acteurs.

 

© Christophe Brachet –
Mon Voisin Productions

 

On quitte donc nos personnages préférés sur bien des malentendus et il faudra encore attendre dix-huit mois avant la prochaine saison, en cours d’écriture depuis le début de cette année.

 

En définitive, ces six nouveaux épisodes de Dix pour Cent sont émouvants et teintés de tendresse, de traîtrise, d’angoisse. Une série qui fait du bien, donc, et qui permet de s’échapper durant près de deux heures un soir par semaine pour découvrir, tout simplement, les coulisses du cinéma.

 

The following two tabs change content below.

Théo Metton et Hortense Crépin

Derniers articles parThéo Metton et Hortense Crépin (voir tous)

Comments

  1. Corine

    Encore une critique littéraire! Vous oubliez la lumière, les costumes, le maquillage, les décors … tout ce petit monde qui fait une ouvre de fiction visuelle. Visitez un plateau, svp.

  2. Corine

    Encore une critique littéraire! Vous oubliez la lumière, les costumes, le maquillage, les décors … tout ce petit monde qui fait une ouvre de fiction visuelle. Visitez un plateau, svp.

Submit a Comment