Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

« Double V » : le nouveau challenge du désormais rappeur Mister V

« Double V » : le nouveau challenge du désormais rappeur Mister V
mm

Quand un youtubeur/humoriste laisse tomber sa caméra pour passer derrière un micro, il y a de quoi rester perplexe. Et pourtant, Yvick, alias Mister V, vient de sortir son premier album de rap intitulé Double V. Un opus éclectique qui aurait gagné à être encore plus perfectionné.


 

★★★★☆ – À ne pas manquer

 

Mister V, humoriste révélé sur la plateforme YouTube en 2008, n’a jamais caché sa passion pour le rap. Le 19 mai dernier, il a décidé de la concrétiser en sortant son premier album, Double V, pour Double Vie, ou Veurey-Voroize, sa ville natale. Un pari que lui-même savait risqué, mais qu’il a pourtant réussi avec brio. En effet, malgré une première écoute parfois complexe tant le style et l’univers de Mister V sont particuliers, ce disque, réalisé en totale auto-production, reste la preuve que l’on peut concilier humour et rap, sans tomber dans l’absurde.

 

Un album entièrement fait-maison

 

Parfois drôles, parfois sérieux, les treize morceaux de l’album fonctionnent grâce à de nombreuses punchlines réussies, mais manquent malheureusement de transitions. Avec des sons plutôt aériens comme Demain, ou plus agressifs comme Nightcall, Double V est un album très hétérogène et maitrisé. Tout au long de celui-ci, Mister V use et abuse d’autotune, une initiative qu’il assume totalement et qui en décevra sans doute certains. Dans cet opus aux thèmes divers et variés, Yvick nous plonge avec facilité dans son univers de jeune adulte parfois perdu entre célébrité et normalité. Et pour que toutes les références à son quotidien soient complètes, le rappeur en herbe s’est entouré de ses plus proches amis de Grenoble que l’on avait déjà eu l’occasion de croiser dans ses vidéos, mais aussi de deux rappeurs plus populaires, Hayce Lemsi et Volts Face, dans le morceau Space Jam. Parmi ces collaborations, on retiendra principalement Deutsche Qualität, en featuring avec Samy Ceezy, ou encore Apollo13, un morceau ensoleillé particulièrement réussi en featuring avec Juice. Un album « familial » donc, qui a été, entre autres, produit par Tortoz, également rappeur, et dont toutes les instrus sont signées Geronimo Beats, un proche ami d’Yvick. Cet hommage tout particulier à ses amis, Mister V a tenu à le mettre en avant jusque dans le livret de l’album, dans lequel se trouvent de multiples photos de leur bande d’amis.

 

Pas de promo ni d’interview

 

Pour lancer Double V, Yvick s’est gardé de passer par les médias, préférant les réseaux sociaux, et, bien évidemment, YouTube. Quoi de mieux pour communiquer sur son album que de le faire dans une vidéo, publiée sur la chaîne qui l’a rendu célèbre, la veille de la sortie de l’opus. Dans celle-ci, Mister V explique son projet qu’il a voulu « sincère » et « sérieux », sans déroger à quelques doses d’humour pour effectuer une transition en douceur. Cet album, c’est avant tout la réalisation d’un rêve d’enfant, et l’accomplissement de très nombreux mois de travail. « Je ne voulais pas mourir sans avoir accompli ça, et je suis super content de l’avoir fait ! » déclare-t-il même en conclusion de cette vidéo pleine d’autodérision attestant que le jeune homme garde les pieds sur terre, malgré tout.

 

 

En bref, dans ce premier album, Mister V nous prouve qu’il a tout d’un vrai rappeur, malgré quelques imperfections plus ou moins superficielles. Ce qu’il faut en retenir, c’est avant tout la sincérité qu’il dégage, et qui, au vu des retours très positifs sur les réseaux sociaux, semble avoir déjà conquis le public.

The following two tabs change content below.
mm

Alice Ancelin

Etudiante de 20 ans en 3e année de licence Médias Culture et Communication à Lille, et journaliste en devenir. Passionnée par la musique, la lecture et l’écriture.

Submit a Comment