Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Edouard Philippe : la remontée de la Seine vers Matignon

Edouard Philippe : la remontée de la Seine vers Matignon
mm

Après plusieurs heures d’attente mais peu de suspens, la nouvelle est tombée lundi : Edouard Philippe est le vingt-troisième Premier Ministre français. Issu du rang des Républicains, il signe maintenant avec la République En Marche. Maire du Havre pendant 7 ans, retour sur son ancrage havrais.


 

Situé à l’embouchure de la Seine pour ses mandats de Maire, Edouard Philippe a été poussé par le vent et a remonté la Seine vers la ville lumière. Possède-t-il les épaules pour ce nouveau rôle ? 

 

Edouard Philippe : une fibre politique plutôt locale ?

 

« Mon objectif politique n’est pas d’atteindre telle ou telle place, mais surtout d’être bon. »

Interrogé fin 2016 sur son rôle de maire, Edouard Philippe se disait attaché à ses fonctions qu’il privilégiait à son mandat de député : « C’est beaucoup plus intéressant d’être maire du Havre que d’être député. J’étais très content de gagner l’élection législative en 2012, mais si je dois choisir entre maire et député je ne vais pas hésiter la moitié d’une seconde ! »

Il décrivait son mandat de maire avec passion, mais ne cachait pas ses ressentis vis-à-vis de la politique nationale :

« Après je ne vais pas être maire toute ma vie, je ne crois pas qu’il faille, dans une vie en matière politique, faire tout le temps la même chose. La politique nationale m’intéresse, j’aime ça. Je ne vais pas vous dire « jamais la politique nationale », en plus ça ne serait pas crédible puisque j’ai aidé Alain Juppé dans sa campagne. Mais je connais les limites de la politique nationale et je pense que les satisfactions qu’on peut retirer de l’exercice sérieux d’un mandat local sont largement supérieures aux frustrations qu’on peut ressentir à l’exercice d’un mandat national. »

Au-delà de sa carrière politique, Edouard Philippe aspire aussi à la littérature. A 46 ans, Edouard Philippe a déjà aligné de nombreux mots. Avec trois livres policiers à son actif, il a également usé de sa plume pour Libération durant la campagne présidentielle. Il reste cependant parfois un homme lettré incompris :

 

 

Son amour pour les lettres, il l’a partagé avec les Havrais en réaménageant l’espace Niemeyer, désormais choyés par ses habitants, et en lançant la campagne « Lire au Havre ».

 

Edouard Philippe maire du Havre, c’était comment ?

 

A la suite du passage d’Edouard Philippe à la tête de la ville, l’image du Havre a été redorée selon Elisabeth, 62 ans :

« En tant que maire, je retiens qu’il a embelli Le Havre. Il a su donner une image positive de la ville pour laquelle les Havrais éprouvent maintenant une certaine fierté. Pour son investiture, c’est évidemment un honneur en tant que havraise. Et j’espère que ce sera un plus pour nous, qu’il défendra les intérêts de la ville et de la région. »

Des propos que confirme Edouard, 28 ans, qui se dit « très content de l’investiture d’Edouard Philippe en tant que Premier Ministre ». Selon lui, il a rempli de nombreuses missions :

« Son mandat a été synonyme de changement et de renouveau pour Le Havre. Il est à l’écoute de sa ville et l’a défendu dans de nombreuses situations, notamment pour les J.O., la ligne TGV ou encore les 500 ans de la cité. Il a su redonner au Havre ses blasons. »

Dans les rues havraises, quelques habitants restent sceptiques et refusent de se prononcer sur son mandat de maire, se proclamant « de gauche » et « en non-adéquation avec les idées d’Edouard Philippe. » Mais si les havrais semblent globalement fiers d’être représentés sur la scène gouvernementale, ils se questionnent sur les capacités nationales d’Edouard Philippe :

« C’est vrai que, comme Macron, il est jeune ce qui est un plus. Mais n’ayant pas les mêmes orientations politiques que lui j’attends de voir qu’il fasse ses preuves avant de juger. Je pense qu’il est un bon maire. Mais sera-t-il un bon premier ministre ? » se questionne Elisabeth. Une interrogation également partagée par Suzanne, 18 ans :

« Etre maire ce n’est pas être Premier Ministre, il est donc difficile de savoir ce que ça va donner. Je pense qu’il a la stature pour être Premier Ministre, maintenant saura-t-il gérer son gouvernement digne d’une salade composée assaisonnée de poudre de Perlimpinpin ? »

 

C’est donc à des Havrais conquis qu’Edouard Philippe laisse son Havre de Grâce. Le peuple français sera-t-il sous le même charme ?

The following two tabs change content below.
mm

Justine Leblond

Étudiante en classe préparatoire ECE au Havre. Animée par le goût de la découverte.
mm

Derniers articles parJustine Leblond (voir tous)

Submit a Comment