Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Les volleyeuses mulhousiennes enfin couronnées !

Les volleyeuses mulhousiennes enfin couronnées !
mm

La neuvième finale est la bonne pour l’ASPTT Mulhouse Volley-ball.  Au terme d’un match haletant de plus de 2h30 conclu au tie-break, les Mulhousiennes sont parvenues à faire tomber l’époustouflante équipe du Cannet pour – enfin – décrocher leur premier titre de championne de France. Récit d’un couronnement mérité. 


 

Le carrosse mulhousien lancé sur une route pavée d’or

 

Daly Santana au service face au RC Cannes en Coupe de France le 20 décembre dernier (photo Jean-Pierre Kieffer)

Après avoir dominé la saison régulière, les Alsaciennes entamaient les play-offs avec le statut de favorites. S’étant aisément défaites des Parisiennes en quart (deux fois 3 manches à rien) les Mulhousiennes s’offraient une place en demie. L’obstacle était immense, c’est le RC Cannes – tant de fois bourreaux des Haut-Rhinoises en finale – mené par l’entraîneur de l’équipe de France masculine Laurent Tillie qui se dressait sur le passage de l’ASPTT. Mais dans le – désormais réputé magmatique – palais des sports de Mulhouse, ce sont les Rouges qui l’emportent en cinq sets. Auréolées de ce succès, elles se rendent en terres azuréennes avec l’irrépressible envie de faire composter leur billet pour Paris. Dans un Palais des victoires cannois très clairsemé, les Alsaciennes remportent les 2 premiers sets puis s’effondrent sous les coups de boutoir de la Cubaine Calderon Diaz, auteure de 29 points. La place en finale se jouera donc à Mulhouse lors d’un ultime match d’appui. La salle mulhousienne se mue pour la dernière fois de la saison en fournaise tant le niveau de jeu déployé par leur équipe est sensationnel. Les Mulhousiennes récitent leur volley et décrochent leur ticket pour Coubertin au bout de la 6ème balle de match (25/20 – 25/22 – 29/27). Le public exulte : « On est en finale ! ». Il ne reste plus qu’un obstacle à franchir : Le Cannet.

 

 

Film du match : combatives jusqu’au dernier instant

 

 

Daly Santana au service face au Cannet en janvier dernier (photo Mickaël Kalt)

Les Mulhousiennes se montrent d’entrée ultradominatrices. Les passes et les réceptions sont précises, les combinaisons sont parfaitement huilées, la ravageuse combinaison aux 3 mètres fonctionne à la perfection. Ainsi, malgré 5 échecs au service, elles s’adjugent facilement la première manche 25/18. En seconde manche, la révolte azuréenne se fait plus farouche, à l’instar de l’attaquante suédoise Lazic. La machine alsacienne semble s’essoufler, et pas même l’habituel double changement de Magali Magail ne parvient à relancer la dynamique. Les Mulhousiennes concèdent le set 17/25. Tout est à refaire. Les deux équipes se rendent coup pour coup dans le troisième acte et se sont finalement les Azuréennes qui prennent l’avantage dans le money time. 23/25. Les Mulhousiennes sont désormais dos au mur. La porto-ricaine Daly Santana est en échec, elle demande tous les ballons, se dédouble et déjoue. La tension se fait pressante et les fautes au service se succèdent de part et d’autres. A 20 à 19 pour les Haut-Rhinoises, alors que chaque point vaut de l’or, les supporters alsaciens donnent de la voix et entonnent « Nous sommes les Mulhousiennes, et nous allons gagner », intimant à leur équipe de ne surtout pas abdiquer. La fin de set se joue en apnée, à chaque poste les joueuses apparaissent comme transcendées. Les défenses sont héroïques. Le Cannet pense tenir sa victoire 30 à 28, mais le point leur est retiré après utilisation de la vidéo pour une faute de fil. Plus personne ne tient en place, en témoigne le commentateur de l’Equipe21 qui s’exclame « Mais marche lui dessus ! »  alors qu’une joueuse azuréenne hésite à enjamber sa coéquipière pour sauver la balle. C’est au bord de l’asphyxie, en usant 7 balles de set et après avoir effacées 5 balles de match que le Mulhousiennes arrachent le tie-break 36/34. On peut aisément imaginer le coup au moral qu’a subi l’équipe du Cannet qui se voyait déjà soulever la coupe. Les Alsaciennes en profitent pour dominer le tie-break de la tête et des épaules et s’offrir le titre dès la première balle de match. 15/9.

Posted by Asptt Mulhouse Volley on Samstag, 6. Mai 2017

 

Une recette qui marche

 

Magali Magail face au Cannet en janvier dernier (photo Jean-Pierre Kieffer)

La coach Magali Magail est parvenue à créer un groupe uni. Les talents ne manquent pas dans l’effectif mulhousien, la réceptionneuse-attaquante Daly Santana a été tout simplement phénonoménale tout au long de la saison (auteure de 22 points ce soir), la passeuse grecque Athina Papafotiou est un véritable métronome et la jeune libéro Léa Soldner est incontestablement appelée à devenir l’une des toutes meilleures libéro de la planète. Il s’agissait encore de réussir à faire briller ces diamants bruts au sein d’un collectif. Si l’ASPTT Mulhouse remporte le titre cette saison, c’est bien grâce à cette cohésion : chaque joueuse a une importance prépondérante. Ainsi, en évitant de s’appuyer sur des individualités, l’équipe mulhousienne est devenue pratiquement impossible à contrer tant le danger peut provenir de partout.

 

Les astres s’étaient alignés, les Alsaciennes, encore une fois portées par un fabuleux public en ont profité : le palmarès mulhousien s’ouvre enfin. La saison prochaine elles disputeront la ligue des champions et pour la première fois de leur histoire, elles auront un titre à défendre.

 

 

The following two tabs change content below.
mm

Matthieu SLISSE

Etudiant en Terminale S curieux et rêveur "The powerfull play goes on and you may contribute a verse" (Whitman)

Submit a Comment