Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

2 Comments

Qui est le meilleur joueur de football de l’histoire ?

Qui est le meilleur joueur de football de l’histoire ?
Benjamin Foucaud

Entre simples amateurs ou fins connaisseurs de football, cette question peut lancer de nombreux débats enflammés. Néanmoins, dans cet article, nous allons tenter d’y répondre objectivement en se demandant quels joueurs se rapprochent le plus du « joueur idéal », grâce à plusieurs critères. Celui de la carrière en club, de la carrière en sélection, du palmarès, et enfin, la trace laissée par le joueur sur son époque. Ainsi, nous avons retenu 25 noms qui nous permettent d’établir un classement.


 

N° 25: Roberto Baggio (Attaquant) 

Époque: 1982-2004 / Nationalité: Italienne

Joueur des années 90, Baggio a marqué son époque. L’Italien était un meneur de jeu, un « 10 », ce qui lui permettait de démontrer ses qualités de passes.

Bien qu’il soit une figure majeure de la Juventus, il a aussi laissé sa trace sur la sélection italienne. Néanmoins, il aurait pu être mieux situé dans ce classement s’il avait réussi son tir au but en finale de la Coupe du Monde 1994.

 

N° 24: Xavi Hernandez (Milieu de terrain) 

Époque: 1998-? / Nationalité: Espagnole

Le milieu relayeur est typiquement un « joueur de l’ombre ». En effet, il fait partie des joueurs qui, à l’oeil nu, effectuent une passe quelconque, mais en réalité qui déstabilisent tout un bloc, amenant souvent une occasion de but dans la foulée.

Car oui, Xavi n’est pas une idole, mais sans lui et sa qualité de passes décisives, Messi & Co ne seraient peut-être jamais devenus les joueurs qu’ils sont. Évidemment, sa présence dans ce classement dépend aussi des réussites collectives dont il a fait partie, que ce soit en club, avec le Barça de Guardiola, ou bien la Roja de Del Bosque.

 

N° 23: Gianluigi Buffon (Gardien de but)

Époque: 1995-? / Nationalité: Italienne

Connu sous le surnom de « Gigi », il n’est pas du genre à se contenter d’effectuer des parades sur sa ligne. Ce qui fait de lui un grand gardien, c’est son aura, son leadership naturel, capable de porter une Italie à la victoire finale, comme lors de la Coupe du Monde 2006. Certes, le portier italien n’a pas de Ligue des Champions sur sa cheminée, mais ça ne l’empêche pas d’être une icône de club pour autant. Les « Bianconeris » ne peuvent lui reprocher sa fidélité, même lors de la relégation de la Vieille Dame en Série B, alors que d’autres grosses écuries lui faisaient les yeux doux.

 

N° 22: Lothar Matthaüs (Milieu de terrain)

Époque: 1979-2000 / Nationalité: Allemande

Capitaine de la Mannschaft, mais surtout meneur d’hommes, ses 150 sélections ainsi que l’Euro 80 et la Coupe du Monde 90 démontrent son importance en sélection. Au-delà de ses qualités personnelles, d’ancitipation notamment (qui l’amèneront à se repositionner libéro), c’est son apport au collectif qui font de lui un grand joueur. « Grande gueule » dans le bon sens du terme, il sait apporter ce supplément d’âme nécessaire à une équipe. Au bout du compte, l’icône bavaroise ne peut être montré du doigt uniquement pour n’avoir jamais gagné la Coupe aux Grandes Oreilles.

 

N° 21: Paolo Maldini (Défenseur)

Époque: 1985-2009 / Nationalité: Italienne

Parmi les meilleurs joueurs de l’histoire, Maldini n’est certainement pas le meilleur, mais l’un des plus élégants. Figure légendaire du Milan AC, il a remporté 7 fois le Championnat italien et 5 fois la Ligue des Champions, un palmarès en club qui n’a pas à le faire rougir. En sélection nationale, le Milanais n’est pas passé loin de gagner des titres, et à 2 reprises, en finale du Mondial 94 (perdue aux tirs aux buts face au Brésil) mais aussi à l’Euro 2000 (perdu au but en or face à la France). Sans être une référence ultime, son palmarès et sa longévité justifient sa présence dans ce classement. 

 

N° 20: Raymond Kopa (Attaquant)

Époque: 1949-1958 / Nationalité: Française

Bien qu’il soit d’origine polonaise, Kopa est considéré comme l’un des meilleurs joueurs français de l’histoire. N°10 de nature, il pouvait aussi jouer sur les côtés, ce qui faisait de lui un joueur dominant de son époque. Son palmarès (3 titres européens), son importance dans le Grand Reims, et son transfert vers le Real de Di Stefano témoignent de la dimension européenne du joueur. Quant à l’équipe de France, il est indispensable d’évoquer l’épopée du mondial 58 (la France finit 3ème) et son titre de meilleur joueur de ce mondial. 

 

N° 19: Franco Baresi (Défenseur)

Époque: 1977-1997 / Nationalité: Italienne

Défenseur, italien, et fidèle au grand Milan AC, Baresi possède de nombreuses similitudes avec son compatriote, Paolo Maldini. Néanmoins, Baresi a su écrire sa propre légende, ne serait-ce qu’à son poste. En effet, le Milanais jouait au poste de libéro, avec une élégance rare, et à une époque où ce rôle défensif devenait en voie d’extinction, faisant de Baresi un des derniers « vrais » libéros de métier. Enfin, sa longévité, ses 3 titres en Ligue des Champions, et surtout, sa participation à la victoire italienne du Mondial 82 (victoire 3-1 face à la RFA) font de lui l’un des plus grands défenseurs de l’histoire.

 

N° 18: Manuel Neuer (Gardien de but)

Époque: 2006-à aujourd’hui / Nationalité: Allemande

Bien que Neuer soit encore en activité, et qu’il n’a donc pas encore fini d’écrire sa légende, sa carrière le place déjà parmi les meilleurs gardiens de l’histoire. Champion du Monde avec l’Allemagne en 2014, il est le meilleur gardien du monde depuis plusieurs années déjà. Celui qui s’est installé dans les cages du Bayern Münich, en 2011, incarne le gardien moderne. Bien loin du gardien de ligne à l’anglaise, Neuer possède un excellent jeu au pied, ce qui facilite les relances défensives ainsi que la conservation du ballon, si importante dans la tactique de son ancien entraineur Guardiola.

 

N° 17: Marco Van Basten (Attaquant)

Époque: 1981-1995 / Nationalité: Néerlandaise

Double Ballon d’Or, en 1988 et 1989, l’attaquant néerlandais n’était pas qu’un simple buteur (276 buts en 373 matchs), celui-ci était également capable de décrocher pour participer au jeu, ce qui fait de lui un buteur hors-norme mais surtout un attaquant complet. Bien que cela devienne une habitude dans cet article, Van Basten fut aussi un joueur du Grand Milan AC des années 88-93, avec qui il remporta 2 Ligues des Champions. De plus, le renard néerlandais prit part à la première campagne hollande victorieuse, lors de l’Euro 88.

 

N° 16: Alessandro Del Piero (Attaquant) 

Époque: 1991-2015 / Nationalité: Italienne

Nous restons dans le nord de l’Italie, notamment du côté de Turin. C’est bien dans le club de la « Vieille Dame » qu’Alessandro Del Piero est devenu un des meilleurs joueurs de l’histoire. Malgré une grave blessure au genou en 98, qui l’a écarté des terrains 9 mois, l’attaquant italien a tout gagné avec la Juventus : Championnat d’Italie, Coupe d’Italie, Ligue des Champions. Le Champion du Monde 2006 possède une histoire particulière avec le club turinois. En effet, bien qu’il ait disputé 705 matchs sous les couleurs bianconeris, il est surtout le meilleur buteur de l’histoire de la Juventus (290 buts en 705 matchs).

 

N° 15: Gerd Müller (Attaquant)

Époque: 1963-1982 / Nationalité: Allemande

L’attaquant bavarois résume à lui seul le profil type du n°9 renard des surfaces, à contrario d’un Van Basten, Müller n’a jamais été un joueur élégant. En effet, il pouvait planter un pointu à la dernière seconde et remporter le match 1-0. En plus de résumé un type d’attaquant, il est aussi à l’origine d’un fameux dicton d’un attaquant anglais des années 70, Gary Linecker : « Le football se joue à 11 contre 11, et à la fin c’est l’Allemagne qui gagne. » Son histoire avec la Mannschaft est incroyable, 68 buts en 62 sélections, mais surtout le doublé Euro 72 / Mondial 74. Triple vainqueur de la Ligue des Champions avec le Bayern des 70’s, son principal fait d’arme reste son but, celui du 2-1, en finale du Mondial 74 (la RFA bat les Pays-Bas 2-1 après avoir été mené 1-0).

 

N° 14: Karl-Heinz Rummenigge (Attaquant)

Époque: 1974-1989 / Nationalité: Allemande

L’actuel dirigeant du Bayern Munich ne pouvait pas diriger ailleurs tant son attachement à la Bavière est viscéral. Double Ballon D’Or en 80 et 81, lui aussi incarne cette RFA insolante de réussite, comme en témoigne leur campagne victorieuse à l’Euro 80. Ce personnage imposant est loin d’être adulé en France, en raison de sa présence dans le Bayern de 76, celui qui empêcha Saint-Etienne de soulever la 1ere Ligue des Champions pour un club français (Victoire 1-0 du Bayern Munich). Comme-ci cela ne suffisait pas, c’est bien Rummenigge qui relança la RFA face à la France, en demi-finale du mondial 82, menant à une élimination des Français aux tirs au buts (la France menait 3-1 en prolongations). « Séville 82 » reste encore à ce jour l’un des plus grands traumatismes du football français.

 

N° 13: Alfredo Di Stefano (Attaquant)

Époque: 1944-1966 / Nationalité: Argentine

Figure historique du Real Madrid, il marque les années 50-60 en dominant outrageusement l’Europe. Vainqueur de 5 Ligues des Champions, détenteur de 8 titres de Champion d’Espagne, Di Stefano est à l’origine de la grandeur du Real Madrid plusieurs décennies plus tard. Double Ballon d’Or 57 et 59, il n’était pas un pur n°9, l’Argentin se rapproche plus du meneur de jeu créateur mais capable, aussi, d’être à la finition. Enfin, malgré 6 sélections avec l’Argentine, il remporte la Copa America en 1947.

 

N° 12: Dino Zoff (Gardien de but)

Époque: 1961-1983 / Nationalité: Italienne

Gardien italien des années 70-80, il n’est pas le portier le plus populaire mais il n’en était pas moins efficace pour autant. En effet, les qualités de Zoff résident notamment sur sa ligne, dans sa sobriété, mais aussi dans son leadership. Ce n’est pas un hasard si celui-ci était capitaine de l’Italie vainqueur du Mondial 82 (l’Italie bat la RFA 3-1). Étant l’un des plus grands gardiens de l’histoire, il doit aussi sa place dans ce classement à sa longévité, car Zoff faisait déjà partie du groupe italien vainqueur de l’Euro 68.

 

N° 11: Andrès Iniesta (Milieu de terrain)

Époque: 2002-? / Nationalité: Espagnole

Pur produit catalan, ce milieu de terrain, prototype du relayeur, s’inscrit dans plusieurs réussites collectives. Que ce soit avec le Grand Barcelone (2008-2011) ou avec l’immense Roja (2008-2012), son armoire à trophées déborde: 4 Ligues des Champions, 8 Championnat d’Espagne, 2 Championnats d’Europe et une Coupe du Monde. Malgré son positionnement moyen et sa nature à faire briller ses coéquipiers, le n°8 barcelonais sait se montrer décisif. Parlez-donc aux supporters de Chelsea de la demi-finale retour de la LDC 2011. Néanmoins, son principal fait d’arme reste son but en finale de la Coupe du Monde 2010, et sa volée salvatrice à la 117ème minute. Désormais, nous passons aux 10 meilleurs joueurs de football de l’histoire. Mais qui sera le premier ?

 

N° 10: Lev Yachine (Gardien de but)

Époque: 1950-1970 / Nationalité: Russe

Dans ce top 10, il était impensable de ne pas parler du poste crucial de gardien de but, notamment le meilleur, Lev Yachine. Certes, le gardien russe ne possède pas un palmarès flamboyant, mais ce sont d’abord ses qualités ainsi que sa réussite personnelle qui font sa légende. Surnommé « l’araignée noire », en raison de ses arrêts acrobatiques, il est le seul gardien à avoir reçu un Ballon d’Or, en 63. Pilier de l’URSS, Yachine a révolutionné le poste en n’hésitant pas à boxer les ballons les plus difficiles. Néanmoins, c’est son bon jeu au pied, point rare pour les gardiens de l’époque, et sa qualité de sorties qui font de lui le créateur du « gardien-libéro », dit « moderne », et surtout le meilleur gardien de but de l’histoire.

 

N° 9: Ronaldo (Attaquant)

Époque: 1993-2011 / Nationalité: Brésilienne

Joueur majeur des 20 dernières années, l’attaquant sud-américain a marqué son époque grâce à sa technique et son sens du but hors-norme. Double Champion du Monde avec le Brésil (1994 et 2002), il détient le record du nombre de buts marqués (15) dans la compétition. Bien qu’il fasse partie des Galactiques madrilènes, son talent et sa légende dépassent les clivages des supporters. En effet, le Ballon d’Or 97 et 02 a eu un parcours peu commun (Barcelone 96-97 / Inter Milan 97-02 / Real Madrid 02-07 / Milan AC 07-08).

 

N° 7 ex-aequo: Cristiano Ronaldo et Lionel Messi (Attaquants)

Époque: 2002-? — 2004-? / Nationalité: Portugaise -Argentine

La 7ème et 8ème place se devaient d’être ex-aequos, car il est encore impossible de départager C. Ronaldo et Messi. Il est compliqué de les envisager mieux classer puisqu’ils n’ont pas encore finis leurs carrières. De plus, les 2 attaquants possèdent de nombreuses similitudes en club. C. Ronaldo est le meilleur buteur de l’histoire du Real, Messi est de-même pour le Barça. Ils ont gagnés 4 Ligues des Champions chacun, avec chacun des buts de légendes. Le Portugais possède une force de caractère et une rigueur de travail exceptionnelle, mais il ne faut pas oublier son talent de finisseur et sa virtuosité du dribble. Quant au petit argentin, son aura et son génie innés font de lui un attaquant complet, alliant vision de jeu, passes et finition. Néanmoins, leurs sélections pourraient servir de juge de paix. En effet, une victoire en Coupe du Monde pourrait démontrer leurs capacités à porter leurs équipes jusqu’à la victoire dans la plus prestigieuse des compétitions. Enfin, bien que Messi ait déjà emmené l’Argentine en finale (perdue 1-0 face à l’Allemagne, en 2014), les 2 rivaux sont sans aucun doute focalisé sur cet objectif, pourquoi pas dès l’année prochaine en Russie ?

 

N° 6: Johan Cruyff (Attaquant)

Époque: 1964-1984 / Nationalité: Néerlandaise

Icône des années 70, Cruyff a marqué une génération avec son élégance. Buteur, technicien, il savait aussi revenir défendre pour soulager les lignes arrières. Triple Ballon d’Or (71,72,73), il est surnommé « le philosophe du football » en raison de sa vision moderne du jeu et son attachement au « football total ». La légende de Cruyff ne s’écrit pas tellement dans ses trophées ou dans son nombre de buts, elle s’écrit davantage dans son aura et son aisance qui vous donne l’impression que le football est simple. Idole de l’Ajax et de Barcelone, capitaine des Pays-Bas lors du Mondial 74, Cruyff est plus qu’un joueur, il est un grand personnage.

 

N° 5: Michel Platini (Milieu de terrain) 

Époque: 1972-1987 / Nationalité: Française

Président de l’UEFA de 2007 à 2015, Platini est avant tout un joueur incontournable des années 80. Formé à Nancy, puis passé par Saint-Etienne, c’est bien à la Juventus qu’il va éblouir le monde du football, par son élégance, son aisance technique, et son talent de chef d’orchestre naturel. En effet, bien qu’il ait une qualité de passes phénoménales, autant courtes que longues, « Platoche » était aussi un finisseur de qualité, qui n’avait pas peur de prendre ses responsabilités. C’est pourquoi les supporters turinois l’ont proclamés « Meilleur bianconeris de tout les temps ». Le triple Ballon d’Or consécutif (83,84,85) prendra sa retraire à seulement 32 ans. Néanmoins, le n°10 n’oubliera pas d’offrir le 1er titre international français, lors de l’Euro 84, en France.

 

N° 4: Zinédine Zidane (Milieu de terrain)

Époque: 1988-2006 / Nationalité: Française

Si l’on peut avoir encore quelques réserves sur ses qualités d’entraîneur, en tant que joueur, Zidane est incontestablement un des plus grands de l’histoire. Joueur marquant à la Juventus, il sera transférer aux Galactiques Madrilènes en 2001 pour 75 millions d’euros, faisant de lui le joueur le plus cher de l’histoire à l’époque. La carrière en club de « Zizou » n’est pas extraordinaire, le franco-algérien a surtout marqué l’histoire avec l’équipe de France. En effet, c’est un soir de juillet 98 que Zidane, auteur d’un doublé face au Brésil en finale du Mondial français, va prendre une autre dimension en offrant la 1ère étoile sur la tunique bleue. Et comme si cela ne suffisait, 2 ans plus tard, il fera partie de la campagne française victorieuse de l’Euro 2000. Logique Ballon d’Or 98, Zidane réussit son retour en sélection, après une courte retraite, en réussissant un Mondial 2006 de haute volée, emmenant ainsi les Bleus en finale. Malgré tout, il est impossible d’évoquer cette finale sans évoquer deux gestes qui marquent sa fin de carrière. Le premier, est une panenka, pleine de réussite après une barre rentrante face à Buffon. Le second, est le triste coup de tête adressé à son adversaire italien, Materazzi.

 

N° 3: Diego Maradona (Attaquant)

Époque: 1976-1997 / Nationalité: Argentine

Pour être honnête, la dernière marche du podium s’est joué en Zidane et Maradona. Et c’est bien le génie argentin, et légende napolitaine, qui prit le dessus, en raison de son génie propre à lui-même. Aussi petit que son talent est grand, sa taille n’a jamais été un problème, bien au contraire, son profil atypique représentait un véritable calvaire pour les défenses adverses. Excellent dribbleur et très vif sur ses appuis, il était difficile d’arrêter l’Argentin, par peur de se faire éliminer ou de faire faute. Bien qu’il n’ait jamais remporté de Ballon d’Or, en raisons de critères restrictifs, Maradona a marqué l’histoire comme lors du Mondial 86, qu’il remportera, avec sa chevauchée légendaire face à l’Angleterre en quarts de finale. C’est d’ailleurs dans cette même compétition qu’il divisera l’opinion : que ce soit en éblouissant le monde de son talent, comme au Mondial 86, ou que ce soit en étant exclu du tournoi pour dopage, comme au Mondial 94.

 

N° 2: Franz Beckenbauer (Défenseur) 

Époque: 1964-1983 / Nationalité: Allemande

À la deuxième place de ce classement, nous y retrouvons Beckenbauer. Libéro de métier, le bavarois était une véritable tour de contrôle possédant toutes les qualités pour être une référence à son poste : jeu de tête, vision de jeu, lecture des trajectoires, qualité de relances, capable d’intercepter debout, mais tout aussi à l’aise s’il était nécessaire de tacler, tel un prototype idéal. Double Ballon d’Or (72 et 76), il a été l’un des cadres du grand Bayern, qui a notamment réalisé le triplé européen (74,75 et 76). En plus d’avoir marqué l’histoire du Bayern, le « Kaiser » a écrit la légende de la Mannschaft. En effet, il est le capitaine de la RFA en 72, lors de l’Euro de la même année, qui sera alors le premier titre en sélection de Beckenbauer. 2 ans plus tard, lors du Mondial 74, il emmènera la RFA jusqu’à la victoire face aux Pays-Bas de Johan Cruyff (la RFA s’impose 2-1). Certes, son palmarès est extraordinaire, sa carrière en club et en sélection sont uniques, mais le défenseur allemand doit surtout sa réputation à sa classe et à l’impact visuel, plein de facilité, qu’il dégageait sur le terrain.

 

N° 1: Pelé (Attaquant) 

Époque: 1956-1977 / Nationalité: Brésilienne

À la première place de ce classement, on retrouve le génie brésilien: Edson Arantes do Nascimento, dit Pelé. Un virtuose du dribble, indéfendable en 1 contre 1, une finition irréprochable, et vous obtenez l’attaquant le plus redoutable de l’histoire. Légende de Santos, il remporta tous les trophées possibles sur le continent américain, que ce soit avec le club brésilien ou bien avec les New-York Cosmos, lors de sa fin de carrière. Mais au delà de la réussite collective auquel il a participé, c’est surtout le phénomène Pelé qui attire l’attention. Comme le fait qu’un jeune de 17 ans emmène sa sélection à la victoire lors du Mondial 58 (le Brésil s’impose 5-2 face à la Suède, avec un doublé de Pelé). Auteur de 1228 buts en 1319 matchs, l’attaquant brésilien était un joueur extraordinairement complet, capable de vous donner l’impression que le football est facile. En allant même plus loin, il était capable de vous faire passer le dribble pour un art, et que Pelé était au dribble ce que Mozart était à la musique. En effet, le triple Champion du monde est loin d’être un dribbleur récitant de simples partitions, sa technique lui permettait d’improviser des gestes de génies. Comme en témoigne ses 2 buts en finale du Mondial 58, impossible à classer tant ils sont aussi époustouflants l’un que l’autre. Le Ballon d’Or d’honneur 2014 a su allier réussite personnelle et réussite collective, tout en n’oubliant pas de garnir son palmarès, ce qui fait de Pelé le joueur idéal. 

 

En conclusion, bien que ce classement se veut objectif, il n’est pas irréprochable car il est normal de voir cette hiérarchie différemment, notamment par notre perception du football, qui est propre à chacun.

 

Crédit photo : Lucarne Opposée

The following two tabs change content below.

Benjamin Foucaud

Étudiant en Lettres dans les Yvelines.

Comments

  1. ouattara ali

    beau classement sauf. que a mon humble avis maradona est le 1 des meilleurs carrément.mais. juste une question.quelle est l,époque ou le foot pratiqué etait decrié en raison de sa brutalité et de sa rigueur défensive? cela peut aider a comparer

  2. Benjamin Foucaud

    Bonjour Ali, et merci pour ton commentaire !
    Comme il est dit dans l’article, il n’est pas surréaliste de penser que Maradona est le meilleur joueur d’entre eux !
    Pour ta question sur la brutalité et la rigueur défensive, je dirais qu’il y a toujours eu des joueurs plus sanguins que d’autres car il n’y a pas eu vraiment d’âge d’or du tacle au genou.
    Pour la rigueur défensive, la notion de « bloc-equipe » est apparue dans les années 70, mais elle est surtout réputée pour être une des caractéristiques du football, plein de « grinta », de l’Amérique du Sud.

Submit a Comment