Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

« La passion Van Gogh » : laissez parler la peinture

« La passion Van Gogh » : laissez parler la peinture
mm

La passion Van Gogh est un véritable tour de force, qui nous plonge dans les circonstances mystérieuses de la mort du célèbre peintre néerlandais. La singularité de ce film d’animation tient dans le fait qu’il a été intégralement réalisé en peinture animée, dans le style expressionniste de l’artiste.


 

Paris, été 1891, Armand Roulin est chargé par son père, le facteur Joseph Roulin, de remettre en mains propres une lettre au frère de Vincent van Gogh, Theo. En effet, la nouvelle du suicide du peintre vient de tomber. Alors qu’il lui est impossible de trouver le frère du peintre, Armand se rend à Auvers-sur-Oise, où Vincent a passé ses derniers mois, pour essayer de comprendre son geste désespéré. En interrogeant ceux qui ont connu l’artiste, il découvre combien sa vie a été surprenante, passionnée, et tout autant mystérieuse…

 

★★★★★ – À voir absolument

 

La passion Van Gogh est sûrement l’un des hommages les plus forts et les plus beaux jamais rendu à Vincent Van Gogh, 127 ans après sa mort. Ce film d’un nouveau genre est une véritable merveille pour les yeux, mélangeant fiction et réalité avec une certaine facilité. Il ne s’agit pas seulement d’un film sur le génie Vincent Van Gogh, mais plutôt d’un véritable thriller animé retraçant les derniers jours du célèbre peintre néerlandais. En effet, tout au long du film, l’esthétique de la peinture et l’imaginaire du cinéma se tutoient. Le spectateur ne peut qu’être intrigué à la fois par l’enquête trépidante que mène Armand Roulin, mais aussi par l’utilisation de la peinture animée. Il est même parfois difficile de se concentrer sur les rebondissements de l’intrigue tant cette technique d’animation nous fascine, et nous aspire presque dans l’histoire qu’elle dépeint.

 

Une version animée des peintures de Van Gogh…

 

Au fil des plans du film, plus de 130 tableaux et dessins de Vincent Van Gogh s’enchaînent et prennent vie. Quel bonheur de pouvoir contempler à nouveau sur grand écran La Nuit étoilée, L’église d’Auvers-sur-Oise, ou encore Mademoiselle Gachet au piano, le tout dans un remake très fidèle aux tableaux originels de l’artiste. Et pourtant, le film n’est en rien figé, il s’inscrit plutôt dans un mouvement constant qui ne cesse de nous éblouir. Rien n’est laissé au hasard, du mouvement délicat des champs de blé en arrière-plan, jusqu’au moindre clignement des yeux des personnages, en passant par l’évaporation tranquille de la fumée d’une cigarette.

 

Armand Roulin, le personnage principal du film. A gauche, la photographie de l’acteur Douglas Booth ; au centre, « Armand Roulin », le portrait réalisé par Vincent Van Gogh ; et à droite, le portrait repeint par les artistes pour le film. (Copyright Allociné)

 

…qui est le fruit d’un travail titanesque

 

Somme toute, ce film est une véritable prouesse tant sur le plan artistique que sur le plan technique, qui aura demandé à ses auteurs, la polonaise Dorota Kobiela et le britannique Hugh Welchman, plus de quatre ans de travail. En tout, ce sont 62.450 plans qui ont d’abord été tourné avec de véritables acteurs, ces derniers ayant été principalement choisi pour leurs ressemblances physiques avec les vrais personnages présents sur les toiles de Van Gogh. Par la suite, chaque plan a été repeint à l’huile par 91 artistes, dans le style expressionniste dont le peintre aura été le précurseur. Tous les tableaux ont enfin été numérisés, puis animés par ordinateur. La passion Van Gogh est donc un authentique exploit, mêlant art pictural et nouvelle technologie, qui va très probablement marquer un tournant dans l’exploitation de la peinture au cinéma.

 

La passion Van Gogh  est une manière ludique de (re)découvrir les tableaux du célèbre peintre expressionniste. Ce film d’animation révolutionnaire, outre sa dimension onirique, est avant tout un authentique thriller, qui se dévore littéralement des yeux.

 

 

The following two tabs change content below.
mm

Alice Ancelin

Etudiante de 20 ans en classe préparatoire aux concours des écoles de journalisme, à Paris. Lilloise de coeur. Passionnée par la musique, la lecture et l’écriture.

Submit a Comment