Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

États-Unis : le débat entre pro et anti-armes toujours d’actualité

États-Unis : le débat entre pro et anti-armes toujours d’actualité
mm

Un mois après la tuerie de masse de Las Vegas, la fusillade au Texas dimanche dernier a relancé le débat entre pro et anti-armes aux États-Unis. Un conflit toujours d’actualité dans un pays qui connait presque une fusillade de masse par jour.


 

Las Vegas : 59 morts, Orlando : 50 morts, Newtown : 27 morts, la liste des fusillades de masse aux États-Unis est encore bien longue. Au lendemain de la tuerie dans une église au Texas ayant fait 26 morts, le débat sur le port des armes aux États-Unis est de nouveau sur le devant de la scène. Depuis le début de l’année, Gun Violence Archive recense plus de 10 000 personnes tuées par balle dans le pays. Un taux 55 fois plus élevé qu’en France. Le site révèle également que les États-Unis connaissent quasiment une fusillade de masse par jour, de quoi alimenter le débat entre pro et anti-armes.

 

Les anti-armes tentent de se faire entendre

 

« Que Dieu nous accorde aussi à tous la sagesse de nous demander quelles mesures concrètes nous pouvons prendre pour réduire la violence et les armes parmi nous. » a déclaré Barack Obama à la suite de la fusillade au Texas.

Déjà durant son mandat l’ancien président avait promis un ensemble de mesures pour encadrer l’utilisation des armes à feu. Des promesses restées vaines suite au blocage du Congrès Républicain et le signe d’une difficile réforme sur les armes à feu.

Elizabeth Warren, sénatrice démocrate, appelle également à plus de contrôles. Tout comme l’ancien maire de New York, Michael Bloomberg. Ce dernier a créé l’association Majors against illegal guns – Les maires contre les armes illégales. Autre association anti-armes, Gays against Guns. Après la fusillade de Sutherland Springs, ce groupe d’activistes, allongés sur le sol du Capitole interrogent « combien de morts faut-il encore ? ».

Les célébrités hollywoodiennes se manifestent elles aussi. Dans une vidéo publiée en 2012, des acteurs, chanteurs, et journalistes américains réclament une législation afin de contrôler la vente d’armes à feu aux États-Unis. On peut y voir Beyonce, Jennifer Aniston, Cameron Diaz ou Ellen Degeneres.

 

Le débat sur les armes : régulièrement relancé mais jamais tranché

 

« La santé mentale est le problème ici (…) Ce n’est pas une question liée aux armes ». Pour Donald Trump l’heure du débat sur le contrôle des armes aux États-Unis n’a pas encore sonné. Le président américain reste dans sa lignée. Après la fusillade de Las Vegas, il avait rejeté la question « nous n’en parlerons pas aujourd’hui ». La question du port des armes, systématiquement débattue mais jamais résolue. En cause notamment, le lobby des armes et sa principale organisation la NRA (National Rifle Association). L’association pro-armes, pour s’assurer du soutien du Congrès n’hésite pas à dépenser des millions de dollars. À noter cependant, la NRA s’est dite favorable à davantage de régulations sur les « bump stocks ». Ces mécanismes sont utilisés pour transformer une arme semi-automatique en arme automatique.

Si chaque fusillade relance le débat du port des armes aux États-Unis, la question reste difficile à trancher. Plus que le lobby des armes, le droit de porter une arme est encré dans les mentalités des américains. Garanti par le second amendement de la Constitution, le droit de porter une arme aux États-Unis, c’est avant tout pouvoir se protéger.

The following two tabs change content below.
mm

Joséphine Fonteneau

Etudiante en Journalisme, en quête de voyages et d’aventures

Submit a Comment