Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

« Géopoétique » : MC Solaar est de retour

« Géopoétique » : MC Solaar est de retour
mm

Après dix ans d’absence sur la scène musicale, le rap de MC Solaar n’a pas pris une ride. Son nouvel et huitième album, « Géopoétique », est une véritable thérapie d’aujourd’hui. Radio Londres a écouté ce nouvel opus.


 

★★★★★ – À écouter absolument

 

On ne l’attendait pas voire plus du tout, et pourtant, il est revenu. En dévoilant son nouvel album, « Géopoétique », MC Solaar – de son vrai nom Claude M’Barali – signe un retour détonant, en toute humilité. Malgré dix ans de silence, l’artiste de 48 ans nous montre ici qu’il ne s’est pas laissé dépasser par son temps, et qu’il n’est pas non plus tombé dans une nostalgie à outrance du « rap d’avant ». C’est le morceau Sonotone qui avait annoncé son retour, un titre plein d’autodérision et qui laissait prévoir la renaissance de l’artiste.

 

Le retour du taulard du rap français

 

C’est un réel enthousiasme que d’écouter à nouveau le flow lunaire – ou plutôt, « solarien » – de l’artiste, qui s’accompagne sur cet opus d’instrumentales tantôt funk, tantôt soul, et parfois même rock. Pour magnifier cet album, MC Solaar s’est entouré de chanteuses inconnues du grand public, comme la russe Julia Brite sur le morceau Frozen Fire, ou encore Maureen Angot, une ex-candidate de The Voice, sur J.A.Z.Z – Kiffez l’âme et Super Gainsbarre. Ce dernier titre est d’ailleurs un sublime hommage au célébrissime Serge Gainsbourg, façon Solaar.

En tout, « Géopoétique » est composé de 19 morceaux, ou plutôt, 19 histoires. Par exemple, le morceau Les mirabelles nous dépeint un village français meurtri durant la guerre de 14-18, dont les seuls témoins de cette modification du cours de l’histoire sont les mirabelles. Une chanson aux multiples références historiques, qui a l’avantage d’être subtile et poétique, à l’image de la totalité de l’album.

 

 

Un album dense et varié

 

En démarrant son nouvel opus par le titre Intronisation, MC Solaar nous dresse une rétrospective de ses plus grands tubes, de Caroline à Bouge de là. Une manière de se présenter à ceux qui ne le connaîtraient pas, ou qui, au bout de dix ans, l’auraient oublié. D’ailleurs, dans le morceau La Clé, MC Solaar nous explique habilement sa longue absence du rap français. « Mise en ferme de prison à ma santé / Je me suis enfermé, pourtant j’avais la clé », nous rappe-t-il, affirmant avoir été en « période de camouflage », tapis « dans le maquis ». Pourtant, cette absence aura eu le mérite d’avoir permis à l’artiste de se poster en observateur de notre société, et de se permettre de la critiquer avec amusement. Dans le morceau Adam & Eve, le MC nous dépeint par exemple un monde qui ne cesse de dépérir, à un tel point que si les deux personnages bibliques arrivaient au XXIème siècle, ils repartiraient immédiatement au jardin d’Eden face à cette désillusion. Critique de la société actuelle, mais aussi de la musique et du rap d’aujourd’hui, qui voue un véritable culte à la trap, qualifiée par MC Solaar – dans un malin jeu de mots – « d’attrape-nigaud ». De quoi remettre à leur place les rappeurs d’aujourd’hui, et de montrer que son rap à lui n’est pas fini.

 

Avec « Géopoétique », MC Solaar nous démontre qu’il est toujours l’un des grands patrons du rap français, sans pour autant devenir démodé, ni tomber dans le jeunisme. À écouter sans modération.

The following two tabs change content below.
mm

Alice Ancelin

Etudiante de 20 ans en classe préparatoire aux concours des écoles de journalisme, à Paris. Lilloise de coeur. Passionnée par la musique, la lecture et l’écriture.

Submit a Comment