Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

Le festival Séries Mania dévoile son programme lillois

Le festival Séries Mania dévoile son programme lillois
Camille Baron

Cinquante séries, une centaine de séances de projection, des avant-premières internationales et des invités de marque seront au programme du festival Séries Mania. Du 27 avril au 5 mai 2018, la ville de Lille accueille le monde du petit écran dans un événement 100% gratuit. Alors, a-t-on une chance de voir Jon Snow se balader dans les rues du Vieux-Lille cette année ? Réponse avec Frédéric Lavigne, directeur artistique du festival.


 

« Il n’y aura rien sur Game of Thrones, et les séries présentes dans le trailer n’annoncent pas la programmation ». Mais pas de déception hâtive, les dragons et autres marcheurs blancs laisseront la place à une programmation large, pensée pour « raconter le monde à travers les séries ». Si les premiers titres restent encore secrets, ils devraient être distillés dans les semaines à venir.

Même son de cloche pour les invités. « Nous avons une dream-list permanente, mais beaucoup de stars américaines sont difficilement accessibles. C’est la réputation progressive du festival qui permet au bout d’un moment de parler à l’agent, puis à l’assistant, puis à la personnalité », explique Frédéric Lavigne.

 

Un programme international et éclectique

 

Le festival se déroulera en deux parties, publique et privée. Au menu des événements ouverts à tous, deux compétitions, « officielle » avec dix séries internationales, et « française » avec cette fois six séries, le tout en avant-première. Les spectateurs pourront aussi profiter de projections inédites de créations internationales, de conférences et master class sur les problématiques explorées dans les séries, et bien sûr de rencontres et dédicaces avec les stars du petit écran.

Le but du programme, offrir un panorama global et éclectique des séries d’hier et d’aujourd’hui, sans se limiter aux mastodontes américains ou productions françaises. La place est donc ouverte au reste du monde.

Tout comme le Marché du Film de Cannes, Séries Mania propose depuis 2014 un « Forum de co-production » pour les professionnels accrédités. Au programme, une cinquantaine de rencontres et conférences entre créateurs et acheteurs de séries sont prévues au Grand Palais.

Alors, volonté d’imiter le cinéma ? « Pas vraiment », explique Frédéric Lavigne. S’il estime « important de projeter des séries sur grand écran », le directeur artistique est convaincu que les festivals de séries ne seront pas aussi nombreux que leurs équivalents cinématographiques. « Il est difficile pour les chaînes de télévision de donner des avant-premières de séries, alors que la première étape pour les films est très souvent dans les festivals. Le monde des séries a une culture beaucoup plus importante du secret, la diffusion se fait souvent immédiatement après que la production soit finie, il est donc plus difficile d’obtenir des projections inédites. »

 

La ville et la région mises à contribution

 

C’est la première année que le festival Séries Mania s’implante à Lille. D’abord événement parisien, son importance croissante a nécessité de nouveaux lieux dans la capitale, difficiles à trouver. Repéré par l’Etat, il est finalement décidé de lancer un appel d’offre pour trouver la ville qui saura le mieux accueillir Séries Mania. Et c’est la capitale des Hauts-de-France qui remporte la course, notamment grâce à un soutien important de la région et de la mairie.

Pour Frédéric Lavigne, les atouts de Lille sont nombreux. « C’est une ville à taille humaine, qui peut totalement se mettre aux couleurs du festival. Mais elle offre aussi un tissu culturel dense, une forte envie d’accueil, de nombreuses possibilités de partenariat, beaucoup d’étudiants, qui sont un public moteur pour le festival, et un grand choix de lieux culturels. » Parmi les adresses retenues, le Nouveau Siècle, le Tripostal, la gare Saint-Sauveur, le théâtre Sébastopol et le Palais des Beaux-Arts. « Le festival est maintenant destiné à Lille, il n’est pas prévu pour l’instant de retourner à Paris », conclut Frédéric Lavigne.

Et la région ne sera pas en reste, avec des événements programmés à Amiens, Saint-Quentin, Roubaix, Beauvais et Arras. Pour ceux qui veulent parfaire leur culture des séries, les Hauts-de-France sont donc « the place to be » au printemps 2018.

The following two tabs change content below.

Camille Baron

Étudiante en troisième année de l'académie ESJ Lille.

Submit a Comment