Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

« En Guerre » : palme de l’engagement du festival de Cannes 2018

« En Guerre » : palme de l’engagement du festival de Cannes 2018
mm

Trois ans après « La Loi du marché », le réalisateur Stéphane Brizé revient à Cannes avec « En Guerre ». Présenté en compétition officielle du 71e festival, le film s’inscrit plus que jamais dans l’actualité. Un récit poignant et immersif au coeur d’une lutte sociale et syndicale. Critique.


A Agen, la direction de l’usine Perrin Industrie, sous-traitant automobile, décide de fermer son site, malgré un bénéfice record de l’entreprise. Laurent Amédéo (Vincent Lindon), ouvrier et dirigeant syndicaliste, va tout tenter pour sauver ces 1100 emplois.

 

★★★★☆ – À ne pas manquer

 

Octobre 2015, à la sortie d’une réunion du comité central d’entreprise d’Air France. Deux dirigeants de l’entreprise, qui vient d’annoncer la suppression de plusieurs milliers de postes, se font arracher leur chemise par des salariés. L’image avait marqué les esprits et fait le tour des médias. 

Avec « En Guerre », Stéphane Brizé tente d’expliquer ce qui précède de telles images, le cheminement qui peut conduire des salariés à tenter le tout pour le tout pour sauver leurs emplois. Bref : comment le mouvement social part « en guerre », s’organise et lutte au delà des images parfois violentes et diffusées dans les journaux télévisés. 

Le film s’ouvre d’ailleurs sur un reportage de BFM TV puis enchaine sur une réunion entre les salariés et la direction, cette fois-ci hors caméra. Dès les premières secondes, le spectateur est donc littéralement plongé dans le combat. 

 

Pour ce film, Stéphane Brizé a rencontré énormément de personnes pour comprendre ces phénomènes : ouvriers, syndicalistes, patrons, avocats… Chacun a, on le sent, apporté par son expertise une justesse incroyable au scénario.

Le récit montre par d’habiles plans-séquence les négociations, les tentatives de compromis et d’arbitrage jusqu’à l’Elysée… A la fougue grandissante des manifestations s’oppose donc la lenteur des avancées concrètes pour les salariés. Mais Stéphane Brizé pousse surtout la rupture au delà de la dichotomie classique salariat/patronat. Il montre en effet un front syndical qui finit, lui aussi, par se désunir. 

 

C’est la quatrième collaboration de Vincent Lindon avec Stéphane Brizé (Crédit photo : Nord Ouest Films)

 

Quand l’humain se heurte à la finance

 

Là est toute la problématique du film : comment peut-on comprendre qu’une entreprise qui réalise des bénéfices mette, du jour au lendemain, fin à son activité et licencie ? Comment la vie et le quotidien de 1100 individus sont-il, du jour au lendemain, bouleversés en raison d’un « manque de compétitivité » ? 

Ce sont toutes ces questions que le film soulève et présente avec une force poignante et déconcertante. 

 

Stéphane Brizé a choisi de faire tourner des acteurs presque tous non professionnels. Un choix assumé qui renforce la véracité et le réalisme de son propos. Toute l’équipe est emmenée par Vincent Lindon, qui signe sa quatrième collaboration avec Stéphane Brizé. Son interprétation dans « La loi du Marché », il y a trois ans, lui avait valu un prix à Cannes. 

Là encore, il parvient à incarner avec force et empathie un personnage hors du commun qui va prendre part au fameux « dialogue social » au nom des siens. De tous, il est peut-être même celui qui a le moins à perdre…Vincent Lindon, connu pour ses rôles engagés, déclare d’ailleurs régulièrement que « tout est politique » et le montre une fois de plus ici.

 

Au milieu des strass et paillettes cannois, le film a pu bénéficier d’une visibilité devant des critiques du monde entier. Et s’il n’a pas été récompensé dans le palmarès cette année, Stéphane Brizé a néanmoins réussi avec « En Guerre » à obtenir une palme : celle du réalisateur le plus engagé de cette 71e édition.

 

« En Guerre », de Stéphane Brizé, en salles

The following two tabs change content below.
mm

Hortense Crépin

Étudiante en Droit à l'Université de Lille 2 et à l'Académie ESJ Lille.

Submit a Comment