Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

No Comments

CAVAL, la marque qui casse les codes de la mode

CAVAL, la marque qui casse les codes de la mode
mm

Fraîchement diplômés d’HEC, trois jeunes ont créé une marque de chaussures dépareillées, nommée CAVAL.  Retour sur cette création made in France.


Loin d’eux les chaussures Stan Smith et les modèles monochromes, et place au futur de la mode : Porter du dépareillé. Pour cela, Achille, Simon et Benoît ont eu l’idée, en février 2017, de créer une marque de chaussures dont la particularité est de proposer un pied au design distinct par paire. Ainsi, la chaussure droite et la chaussure gauche ont un design différent, tout en se complétant. Un pari osé que celui de porter des chaussures « Hors paires ».

Korben&Leeloo, une des collections de la marque.

L’histoire de la marque

A la fin de leur scolarité à HEC, les trois compères veulent créer un produit hétéroclite. Pour cela, ils décident de s’orienter vers une paire de basket dépareillée. Après quelques semaines à réfléchir aux designs et à les retranscrire sur Photoshop, ils rencontrent des professionnels du métier, et partent à la rencontre des producteurs de chaussures. En décembre 2017, ils décident de lancer leur marque sur Ulule, un site de financement participatif. Ils demandent alors aux internautes une contrepartie de 115€, en l’échange d’une paire de basket. Le projet nécessite 200 précommandes pour lancer la production des différents modèles proposés. Après un mois, il atteint 400%, avec plus de 700 précommandes. « On se sentait capable de remplir les 200 précommandes, mais jamais nous aurions imaginé atteindre des niveaux si élevés. » Confie Simon, l’un des fondateurs de CAVAL.  Les quelque 700 chaussures précommandées partent donc en production. La matière première, en l’occurrence le cuir, provient d’Italie,  l’assemblage quant à lui se fait au Portugal, et la vente en France. « Nous sommes fiers de créer du travail et d’avoir ce label Made in Europe autour de la marque. » Précise Benoît, un autre fondateur. « En plus de la vente qui se fait en France, il ne faut pas oublier tout le processus de création qui se fait également dans l’Hexagone. » Depuis la fin du projet Ulule en janvier dernier, la marque possède son propre site web, disponible ici : CAVAL.  Entre-temps, ils ont intégrés l’incubateur de Startups d’HEC, situé dans le grand complexe de la Station F, crée par Xavier Niel. « Cette intégration nous a permis de rencontrer bon nombre de professionnels et anciens élèves d’HEC, et ainsi d’avancer plus sereinement dans le processus de création », poursuit Benoît.

Une paire édition limitée pour célébrer la victoire de l’équipe de France

Des chaussures à l’international

Après la réussite du projet Ulule, les chiffres tombent : 782 paires ont été vendues, la production est donc lancée, et une partie d’entre-elles sera remis en mains propre aux acheteurs quelques semaines plus tard, dans les locaux d’Ulule à Paris. « Ce chiffre de précommande était gigantesque ! Même les responsables d’Ulule nous ont confié qu’ils ne s’attendaient pas à un tel succès. » Renchérit Benoît. Environ 200 paires ont été distribuées ce jour-là à Paris, et le reste des baskets expédié un peu partout en France et à l’international, comme au Japon, en Australie, aux Etats-Unis, au Canada, et au Mexique. « Environ 50% de nos paires sont à Paris, le reste voyage à travers la France et le monde, et c’est assez fou ! « 

Une tournée en France

La difficulté d’une jeune marque, est sa capacité à se vendre et à trouver des locaux pour exposer. Mais depuis quelque temps, la marque Caval est, comme une star, en tournée dans toute la France. Si elle n’est pas sur scène, elle s’offre tout de même les Pop-Up stores des plus grandes villes de France. A l’heure actuelle, la marque à booké dès la rentrée les villes de Paris, Bordeaux, Lyon, ou encore La Baule pour cet été.

Vincent&Mia, une des collections de la marque.

Une marque plus qu’une start-up

Pour le moment, la totalité des bénéfices ont été réinjectée dans la Start-Up, de manière à proposer plus de choix, et avoir un stock permanent. Mais les trois créateurs espèrent pouvoir vivre de leur création, et créer de l’emploi en France et en Europe avec la marque d’ici la fin de l’année. A se demander si Achille, Benoît et Simon ne sortent pas plutôt d’ESMOD, une grande école de mode à Paris. Une chose est néanmoins sûre, il faudra garder un œil sur ces trois jeunes entrepreneurs. Et la prochaine fois que vous voyez un objet un peu farfelu, avant de crier à l’erreur, assurez-vous qu’il ne s’agisse pas d’un produit CAVAL.

Site WEB de la marque : CAVAL 

The following two tabs change content below.
mm

Valentin Demé

Valentin Demé - 20 ans - Rédacteur pour Radio Londres. - Travail à Ouest-France
mm

Derniers articles parValentin Demé (voir tous)

Next Story

This is the most recent story.

Submit a Comment